2 Secondes

Vive le vélo  !

Année de Production : 1998

Réalisation : Manon Briand

Scénario : Manon Briand

Avec : Charlotte Laurier (Laurie), Dino Tavarone (Lorenzo), Jonathan Bolduc (Jeune Lorenzo), Suzanne Clément (La Bella), Yves Pelletier (Steff), Louise Forestier (Mere de Laurie), André Brassard (Gasket), Pascal Auclair (Lebland), Jici Lauzon (Willie), France Galarneau (Marcia), Alexis Belec (Tom), Jude-antoine Jarda (Grolo), Marie-Hélène Gagnon (Mme Blackburn)

Nationalité : Canadienne

Genre : Drame

Durée : 1h 42min.

Titre Original : 2 Seconds

2 Secondes : Résumé

2 Secondes est un film de Manon Briand sorti en 1998.

Avant le départ d’une course, Laurie hésite l’espace de deux secondes. Deux secondes qui lui valent de perdre. La jeune femme est donc virée. Mais elle ne pense qu’au vélo, à son vélo qu’elle doit d’abord faire réparer, et cela à tout prix. Elle fait alors la connaissance de Lorenzo, le propriétaire grincheux et autoritaire de la boutique dans laquelle elle s’est rendue.

Prisonnière entre sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer et son frère passionné de physique, Laurie se rapproche de Lorenzo, qui se met à lui parler de sa vie.

2 Secondes est un film de Manon Briand sorti en 1998. Avant le départ d'une course, Laurie hésite l'espace de deux secondes. Deux secondes qui lui valent de perdre. La jeune femme est donc virée. Mais elle ne pense qu'au vélo, à son vélo qu'elle doit d'abord faire réparer, et cela à tout prix. Elle fait alors la connaissance de Lorenzo, le propriétaire grincheux et autoritaire de la boutique dans laquelle elle s'est rendue. Prisonnière entre sa mère atteinte de la maladie d'Alzheimer et son frère passionné de physique, Laurie se rapproche de Lorenzo, qui se met à lui parler de…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Homosexualité très anecdotique.

Note des lectrices : Soyez la première !
50

Un film passé relativement inaperçu en France et qui pourtant aurait mérité un peu plus de considération. Bien sûr, on sent dès les premiers instants qu’il s’agit d’une première réalisation tant certains épisodes sont lourds et cassent le rythme, mais en fin de compte, le message est simple et beau.

Laurie est une jeune femme de 28 ans qui a dédié toute sa vie au vélo. Elle adore le vélo. Oui, mais elle a laissé de côté sa vie. Elle n’a pas vécu jusqu’à présent. Par peur ? Pour se protéger ? Pour fuir la réalité ? Pour se consacrer exclusivement à sa passion ? Un peu des quatre en fait. Mais lorsqu’elle se fait renvoyer de son équipe, elle est bien obligée de se confronter à ladite réalité. Il lui faut trouver un endroit où loger et un travail pour gagner sa vie.

Ne pouvant abandonner le vélo, elle décide de devenir coursière et adore son travail, puisqu’elle arbore sans cesse ce stupide sourire et qu’elle oublie régulièrement de s’arrêter aux adresses indiquées, préférant tracer la route.

Le personnage de Lorenzo est superbe quant à lui. Il a tout du vieux ronchon et s’avère un homme sensible, tendre et malheureux. Les scènes de confrontation entre Laurie et Lorenzo représentent tout l’intérêt du film et entraînent une réelle dynamique. J’ai particulièrement apprécié le passage où ils font une compétition pour savoir lequel des deux a le plus souffert pour le vélo. Amusant et instructif.

Le happy-end final est excessif et fait ressembler le long-métrage à de la guimauve. C’est dommage quand on sait tout le chemin parcouru par l’héroïne. Fallait-il vraiment qu’elle tombe amoureuse d’une femme dans les dernières minutes, et qu’elle renonce à la course avant d’être sauvée par Lorenzo ? Je pense que cette fin aurait pu être différente. Enfin…

Un film intéressant et inégal qui mérite tout de même le coup d’œil.

2 Secondes : Critiques Presse et Récompenses

Compétition Officielle au Festival des Films du Monde en 1998.

2 Secondes : Extraits

ENTRAINEUR  : Qu’est-ce qui s’est passé en haut, sur le départ ? T’es pas partie tout de suite. T’as perdu au moins deux secondes au départ. Tu as hésité.
LAURIE  : Je m’excuse.
ENTRAINEUR  : Moi j’en veux pas, d’excuses. […] Laurie, je vais te dire, moi, ce qui s’est passé. Ton hésitation, en haut, dans le box, c’est parce que tu t’es mise à penser. Et quand on commence à penser, c’est là qu’on a peur et qu’on hésite.
LAURIE  : J’ai pas eu peur.
ENTRAINEUR  : Laurie, tu commences à vieillir et puis tu réfléchis avant d’agir. C’est normal. Je peux l’accepter. Mais c’est un très grave défaut pour un job comme le tien. Toi, t’es pas là pour réfléchir. T’es là pour gagner.
LAURIE  : C’est pas vrai. Je suis pas trop vieille. Et puis j’ai pas peur.
ENTRAINEUR  : C’est pas facile pour moi. Moi je pense qu’il serait temps que tu prennes ta retraite. Écoute, ne le prends pas personnellement. […] Tu vas pouvoir enfin faire un break. Avoir une vie.
LAURIE  : J’en veux pas de vie. C’est ça ma vie.

LAURIE  : Je voudrais aussi un pignon de 11 dents, 1 ère de 8, XTR. Shimano. Mais non, pas ça, monsieur. Non, juste le pignon de 11.
LORENZO  : Ça n’existe pas.
LAURIE  : Ben voyons. Mais oui, ça existe.
LORENZO  : Ça n’existe pas !
LAURIE  : Mais oui, voyons, je le sais.
LORENZO  : Ça n’existe pas ! Ça n’existe pas dans ma boutique. Et si ça n’existe pas dans ma boutique, c’est parce que j’en vends pas. Et si j’en vends pas, c’est une très bonne raison pour laquelle j’en ai pas.
LAURIE  : Si vous en aviez eu aujourd’hui, vous en auriez vendu.
LORENZO  : Vous êtes qui, vous ? Vous arrivez d’où ? Je vous ai jamais vue. Ah, c’est que le monde tourne autour de mademoiselle.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre