À l’Épreuve de ma Vie de Manon Loisvaine

À l’Épreuve de ma Vie de Manon Loisvaine

Titre Français : A l'Épreuve de Ma Vie

Titre Original : A l'Épreuve de Ma Vie

Auteur : Manon Loisvaine

Date de Sortie : 26 Février 2010

Nationalité : Française

Genre : Roman d'Amour

Nombre de Pages : 256 pages

Editeur : Éditions Gaies et Lesbiennes

ISBN : 978-2356800152

A l'Épreuve de Ma Vie : Quatrième de Couverture

« (…) Là, Sophie s’est approchée de moi, m’a demandée si je voulais qu’elle me lave le dos pour me détendre après le match. Au début j’ai hésité, mais comme je la trouve super mignonne et gentille, j’ai accepté. Et puis je crois que j’étais aussi vachement curieuse de savoir l’éffet que ça me ferait.
Alors, elle a frotté doucement, cela ressemblait à des caresses, puis ses mains ont glissé petit à petit vers mon ventre ; elle s’est rapprochée de moi, elle est venue se coller à moi : je n’en revenais pas de ce qui m’arrivait, j’avais le cœur qui battait à 15 000, et alors ses mains ont commencé à remonter de mon nombril vers ma poitrine ! (…)
J’ai commencé à paniquer, je me suis demandé ce qui allait se passer après, j’ai tourné légèrement la tête pour la regarder et j’ai senti ses lèvres se poser sur les miennes ; elle m’a embrassée ! Comme ça ! C’était aussi tendre que dans mes rêves les plus fous ! »

Manon Loisvaine née en 1975 à Paris, écrit depuis son adolescence, en parallèle d’une carrière dans le travail social. À l’Épreuve de Ma Vie est son premier roman et la concrétisation d’un désir de partage d’émotions de la vie.

A l'Épreuve de Ma Vie : Avis Personnel

La quatrième de couverture ce roman ne donne pas vraiment idée de ce dont il s’agit. Franchement, juste coller un extrait, c’est bon pour un site Internet comme le nôtre afin d’aider les lecteurs à se faire un avis mais je pense que c’est limite pour une véritable quatrième de couverture. Pour vous aider un peu plus à comprendre, il s’agit du journal intime ou plutôt des journaux intimes d’Amélie, une jeune femme qui va commencer à écrire le 22 mars 1991 alors qu’elle est âgée de quatorze ans jusqu’au 23 mai 1997. Elle est collégienne quand tout commence, elle joue au handball, son père est médecin, sa mère infirmière de bloc opératoire. Elle a un jeune frère du nom de Julien qu’elle ne peut pas supporter (normal me direz-vous). Et elle va donc raconter au jour le jour ce qu’elle vit.

Le concept du journal intime est intéressant et pas si répandu lorsqu’il est question d’homosexualité féminine. Pourtant, quand on y réfléchi, le sujet se prête plutôt bien à ce type de narration. Je reconnais que cela m’a tout de suite plu et intéressé d’autant plus que l’auteure fait un véritable effort de style en écrivant le début du livre comme une adolescente avec un vocabulaire simple et facile.

Par contre, j’ai assez vite déchanté. Principalement à cause de l’invraisemblance de l’histoire. Manon, à elle toute seule, va vivre avant ses dix-huit ans, trois histoires d’amour lesbiennes (tout en restant dans le placard), un viol par trois garçons en réunion, une tentative de suicide, une résurrection (parce qu’elle est réanimée), un internement en hôpital psychiatrique, le divorce de ses parents, plusieurs mois en Allemagne, un plan à trois (avec deux autres filles) sous une tente etc… Je veux bien que certaines filles soient précoces mais là ça frôle l’excès quand même.

J’ai aussi été un poil dérangée par les clichés alignés sur les gays. Vas-y que ce sont des gros fêtards, qu’ils sont incapables de rester fidèles et que le sexe passe avant tout. Super ! Vous êtes sûrs que c’est un livre gay-friendly ? Pareil pour les moments de révoltes d’Amélie contre l’homophobie ambiante et la société hétérosexiste dans laquelle nous vivons. Cela sonne faux. Comme si c’était obligatoire mais qu’en même temps elle n’y croyait pas vraiment. Dommage.

Ensuite j’ai eu un vrai souci dans la manière dont l’héroïne vit son viol. Dans le fait que la seule solution qu’elle trouve soit le suicide et qu’ensuite, pour se reconstruire, elle continue de n’en parler à personne. Je ne sais pas. Je veux bien que cela existe, je le sais et je le crois. Mais qu’ensuite elle arrive à mener de telles études à la faculté et porte plainte à ce moment-là, c’est un peu facile. Les conséquences psychologiques ne peuvent pas s’effacer si rapidement. Surtout après cette tentative de suicide, ultime appel au secours. Elle continue de ne pas en parler quand même. Et la fin en happy-end. Je ne sais pas, j’ai l’impression que le viol était un peu une obligation que l’auteure s’est imposée mais qu’ensuite elle a oublié de traiter des conséquences de ce dernier. De vraiment les traiter en profondeur. La notion de confiance, de rapport au corps, aux relations intimes… Tout est quand même un peu trop facile.

Même s’il y a de bonnes idées et un point de départ intéressant avec le choix du journal intime, j’ai trouvé l’histoire peu crédible. Comme s’il fallait à tout prix de l’action sans réflexion. Le nombre de relations amoureuses de l’héroïne en est la preuve flagrante. Franchement pas le bouquin de l’été que je vous recommande. Je vous laisse juger.

A l'Épreuve de Ma Vie : Extraits

« Alors voilà, hier j’avais un match assez important avec le club, et l’équipe s’est fait super plaisir : on les a éclatées 25 à 11 ! La méga pile ! Et grâce à ce match on va pouvoir jouer en quart de finale du championnat départemental. Mais ce n’est pas le plus génial, c’est surtout ce qui s’est passé après le match, dans les vestiaires : oh oui, il s’en passe des choses là-bas… Tout le monde avait pris sa douche, sauf Sophie et moi. On était restées avec le coach pour ranger le matériel et discuter du match avec lui (Sophie est la capitaine de l’équipe) ; donc on a été prendre nos douches en dernier. Et là, Sophie s’est approchée de moi, m’a demandée si je voulais qu’elle me lave le dos pour me détendre après le match. Au début j’ai hésité, mais comme je la trouve super mignonne et gentille, j’ai accepté. Et puis je crois que j’étais aussi vachement curieuse de savoir l’effet que ça me ferait.
Alors, elle a commencé à faire glisser le savoir partout sur mon dos, elle a frotté doucement, cela ressemblait à des caresses, puis ses mains ont glissé petit à petit de mon ventre ; elle s’est rapprochée de moi, elle est venue se coller à moi ; je n’en revenais pas de ce qui m’arrivait, j’avais le cœur qui battait à 15 000, et alors ses mains ont commencé à remonter de mon nombril vers ma poitrine ! Là, j’arrivais presque plus à respirer, jamais personne ne m’avait touché à part mes parents, et même pas à cet endroit-là ! J’ai commencé à paniquer, je me suis demandé ce qui allait se passer après, j’ai tourné légèrement la tête pour la regarder et j’ai senti ses lèvres se poser sur les miennes ; elle m’a embrassée ! Comme ça ! C’était aussi tendre que dans mes rêves les plus fous ! Je me suis retournée pour la regarder, tellement j’y croyais pas : et je l’ai vu nue, si belle, le corps musclé par le sport, elle était tellement sexy, j’étais soufflée ! Je ne la voyais plus avec les même yeux que d’habitude… J’en revenais pas qu’elle ait eu la même envie que moi, la même attirance que moi pour une fille… Je l’ai embrassée à mon tour, j’allais la prendre dans mes bras quand on a entendu du bruit dans les vestiaires, on s’est alors vite séparées, et on a fini notre douche en un temps record… » (Page 7)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre