A Marine Story

Un film très réussi sur la loi “don’t ask, don’t tell” dans l'armée

Année de Production : 2010

Date de Sortie : 05 Novembre 2010

Réalisation : Ned Farr

Scénario : Ned Farr

Avec : Dreya Weber (Alexandra Everett), Paris P. Pickard (Saffron), Christine Mourad (Holly), Rob Beddall (Meth Head), Anthony Michael Jones (Leo), Jason Williams (Turk), Deacon Conroy (Burner), John Lee Ames (Dale), Brad Light (Stenny), Ned Mochel (Bill)

Nationalité : Américaine

Genre : Drame, Romance

Durée : 1h 38min.

Titre Original : A Marine Story


Interview(s) :

Interview de Dreya Weber pour le site Afterellen.com
Interview de Dreya Weber pour le site Gaydarradio.com
Interview de Paris Pickard pour le site GaydarNation

A Marine Story : Résumé

Alexandra Everett est une Marine décorée à plusieurs reprises. Aujourd’hui, alors que la guerre en Irak continue de faire rage, elle est de retour aux États-Unis. Sa famille et ses amis sont ravis de la retrouver mais ne comprennent pas son retour à la vie civile.

Lorsqu’elle intervient pour empêcher de jeunes drogués de voler quelques articles dans une supérette, elle retrouve un ami policier. Ce dernier lui demande un service. Saffron est une adolescente difficile qui, vu ses démêlés avec la Justice n’a plus que deux choix qui s’offrent à elle. Intégrer l’armée ou aller en prison. Alexandra accepte alors d’entraîner Saffron pour qu’elle passe les tests physiques et psychologiques de l’armée.

Mais en parallèle, Alexandra tente de se réhabituer à la vie civile et de trouver un nouveau sens à son existence, loin de tout ce qu’elle connaît. Et son passé, loin de la laisser tranquille, lui rappelle sans cesse qu’elle a été renvoyée à cause de la loi du « don’t ask, don’t tell »…

Alexandra Everett est une Marine décorée à plusieurs reprises. Aujourd’hui, alors que la guerre en Irak continue de faire rage, elle est de retour aux États-Unis. Sa famille et ses amis sont ravis de la retrouver mais ne comprennent pas son retour à la vie civile. Lorsqu’elle intervient pour empêcher de jeunes drogués de voler quelques articles dans une supérette, elle retrouve un ami policier. Ce dernier lui demande un service. Saffron est une adolescente difficile qui, vu ses démêlés avec la Justice n’a plus que deux choix qui s’offrent à elle. Intégrer l’armée ou aller en prison. Alexandra accepte…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Une lesbienne guide une jeune femme dans la vie...

Note des lectrices : 3.6 ( 12 votes)
78

A Marine Story est un film fort, touchant et impossible à oublier. Écrit et réalisé par Ned Farr, l’homme qui est à l’origine de The Gymnast, il offre une nouvelle fois une vision magnifique des femmes, une image terriblement soignée et une histoire, une vraie. On sent que Ned Farr aime son épouse, l’actrice principale Dreya Weber une nouvelle fois superbement mise en valeur. Mais ne nous égarons pas tout de suite.

L’histoire est donc celle d’Alexandra Everett. Issue d’une famille de militaires, elle n’a jamais rien connu d’autre et a toujours voulu intégrer le corps des Marines, le plus dur de tous. Elle aime l’effort physique, elle aime se dépasser, elle aime l’esprit de groupe, elle aime son pays. Elle est militaire dans l’âme, comme son père et son frère. Oui mais voilà, elle a fauté et elle a été renvoyée. Cela, on ne le découvre pas tout de suite. On ne le comprend que petit à petit, au gré des flash-back d’Alexandra.

Les flash-back sont nombreux et permettent de comprendre le pourquoi de sa vie actuelle et ses difficultés d’adaptation. Ils ne sont jamais inutiles ou lourds et permettent en permanence à l’action d’avancer. On sent le parfait équilibre entre l’histoire actuelle qui est conditionnée par tout ce que la jeune femme a vécu.

L’arrivée de Saffron dans la vie d’Alexandra pourrait laisser penser que comme la première est lesbienne et la seconde rebelle, une relation amoureuse va se nouer comme dans Loving Annabelle par exemple. Il n’en est rien. Le sujet n’est pas là et c’est toute la classe de l’auteur que d’avoir choisi justement de ne pas tomber dans cette facilité. Saffron n’est pas lesbienne. Elle est perdue et en quête d’un avenir qu’elle ne pense pas mérité. Elle a besoin de repères, de modèles et surtout de croire en elle.

La force de ce film réside dans son équilibre parfait entre les vies de chacune des deux jeunes femmes. On pourra trouver certains passages excessifs, notamment la fin. Je ne l’ai pas du tout ressenti comme cela tant la violence physique va crescendo en même temps que la violence psychologique de deux femmes qui affrontent la réalité de leur vie.

C’est très bien tourné. C’est vraiment maîtrisé du début à la fin. Les actrices sont excellentes. Et je suis une nouvelle fois retombée sous le charme de Dreya Weber dont le corps tout en muscles et en puissance dégage quelque chose d’incroyable. Des abdos comme ça, on aime ou on n’aime pas mais on est obligé de reconnaître que c’est un sacré travail ! D’ailleurs, elle est hyper crédible dans la scène de combat. On dirait une vraie Marine qui se bat.

Le film ne manque pas d’humour pour alléger certaines scènes assez dures. Et encore une fois, ce qui fait que le tout fonctionne réside dans cet équilibre difficile entre humour et drame, passé et présent, l’être et le paraître…

Un excellent long-métrage dont on pourrait écrire des pages et des pages. Mais, pour ne pas vous gâcher tout le suspense, je vous invite plutôt à le découvrir parce que c’est pour moi le film de l’année 2011.

A Marine Story : Critiques Presse et Récompenses

Meilleur Film au Festival International du Film de Beaufort en 2011.
Grand Prix du Jury au Festival Outfest en 2011.
Meilleure Actrice pour Dreya Weber au Festival du Film Outfest en 2011.
Prix du Public au Festival du Film Outfest en 2011.
Prix du Jury au Festival SoCol Film en 2011.
Prix du Jury au Outflix Film Fest en 2011.
Grand Prix du Jury au Festival du Film de Colorado en 2010.
Prix du Public au Festival du Film LGBT d’Atlanta en 2010.
Prix du Public au Festival International du Film LGBT de Sacramento en 2010.
Prix du Public au Festival du Film LGBT de Pittsburg en 2010.

A Marine Story : Extraits

ALEXANDRA : Hey, Max, laisse-là ici. Je la ramènerai chez elle plus tard. (À Saffron) Il y a de l’eau là-bas si tu as besoin.
SAFFRON : (en la regardant réparer la Mustang) Vous avez appris à faire ça dans l’armée ?
ALEXANDRA : Corps des Marines.
SAFFRON : Vous êtes pas censée me faire un discours de motivation sur les militaires ou un truc dans le genre ?
ALEXANDRA : Je ne pense pas.
SAFFRON : Ah bon ? Pourquoi pas ?
ALEXANDRA : Ta grand-mère a dit que tu n’écoutais plus de toute façon… Je ne pense pas gaspiller ma salive avant d’avoir toute ton attention.
SAFFRON : Je suis désolée vous avez dit quelque chose ?
ALEXANDRA : Je vais te dire. Reviens ici demain matin par tes propres moyens et je t’aiderai si tu es intéressée.
SAFFRON : Ok, peu importe. Vous avez une autre voiture ?
ALEXANDRA : Non.
SAFFRON : Mais vous avez dit que vous me ramèneriez.
ALEXANDRA : Oh, tu as entendu ça ?
SAFFRON : Très bien ! Alors est-ce que je peux utiliser votre téléphone ?
ALEXANDRA : Utilise tes jambes.
SAFFRON : J’habite à 5 miles d’ici !
ALEXANDRA : Ça ne devrait pas te prendre trop longtemps alors.

NONA : Je suis désolée. Je dois te poser une question directe.
ALEXANDRA : Quoi ?
NONA : Est-ce que tu as voté pour George Bush ?
ALEXANDRA : Non.
NONA : Bien. Il n’y a qu’une seule réponse à cette question.
ALEXANDRA : En réalité, je ne vote pas pour les présidents. Le commandant en chef est le commandant en chef. Je trouve ça mieux de ne pas être impliquée dans les résultats.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

2 commentaires

  1. Un film très beau ! Qui m’a laissée sans voix lorsque je l’ai regardé ! A contrario d’Erwelyn j’ai regretté la non-existence d’une histoire d’ammour entre l’héroïne et son élève… comme elle le dit si bien aussi ça évite des clichés… Mais c’est un film vraiment beau !

  2. Bonne surprise et inattendue. Je m’attendais à une version G.I. Jane sans grand intérêt mais en fait rien à voir. C’est un téléfilm donc pas de grands moments de cinéma mais même s’il y a quelques clichés, on évite de loin les caricatures faciles. Mieux ! on nous épargne une romance entre l’ancienne soldat et son élève (ce n’est pas le propos) et on s’attarde sur un sujet de fond intéressant : la fameuse loi du « Don’t ask, don’t tell » abrogée depuis par Obama (d’ailleurs le film se termine sur ce revirement de la loi américaine) qui interdisait aux homosexuels de se dévoiler. Le sujet est aussi traité dans quelques épisodes de la série TV Army wives (aka American Wives) et dans un autre très célèbre téléfilm avec Glenn Close Les galons du silence.

Répondre