A Titre Provisoire de Véronique Bréger

A Titre Provisoire de Véronique Bréger

Titre Français : À Titre Provisoire

Titre Original : À Titre Provisoire

Auteur : Véronique Bréger

Date de Sortie : 14 Septembre 2007

Nationalité : Française

Genre : Roman d'Amour

Nombre de Pages : 178 pages

Editeur : KTM Éditions

ISBN : 978-2-913066-33-5

À Titre Provisoire : Quatrième de Couverture

À peine Gabrielle a-t-elle découvert son appartement sens dessus dessous que l’on sonne à sa porte. La police vient l’interroger à propos de sa compagne : rapidement, la disparition de Fanny ne fait aucun doute. Tandis que Gabrielle va se plonger dans leur histoire pour tenter de comprendre ce qui se passe, le capitaine Marie-Jeanne Paradis va devoir démêler des liens obscurs et inavouables, pour retrouver la jeune photographe.

La vie des deux femmes pourra alors reprendre son cours, même si la vérité les aura à jamais transformées.

Véronique Bréger a choisi le suspense pour son 4e roman qui, au détour d’une intrigue habilement menée, nous entraîne dans les méandres de l’histoire récente.

À Titre Provisoire : Avis Personnel

À Titre Provisoire est le quatrième roman de Véronique Bréger et autant dire tout de suite qu’il est aussi réussi que les précédents. J’avais adoré les autres livres, j’ai suivi celui-là avec la même passion et ai encore trouvé qu’il se terminait trop tôt. Pourtant, l’histoire est beaucoup plus grave, beaucoup plus dramatique. L’humour est absent et la tension policière est très présente.

Tout commence par un appartement vandalisé, l’appartement que Gabrielle partage avec sa compagne, Fanny. Alors que les policiers l’interrogent afin de mener l’enquête, Gabrielle se pose rapidement des questions et essaie de joindre Fanny. Malheureusement cette dernière, partie en reportage, ne répond pas. Elle est introuvable. Elle a disparu. Comprenant que quelque chose de grave lui est arrivé, Gabrielle se plonge dans leur histoire et leur passé pour essayer de percer le mystère de cette disparition.

Plus elle fouille plus elle découvre une partie qu’elle ignorait de la personnalité de la femme qu’elle croyait connaître. Une partie qui va petit à petit la conduire sur les traces de ces enfants volés à leurs parents…

La construction du roman est vraiment très agréable parce que l’enquête de Fanny et celle du capitaine Paradis se déroulent en parallèle et se complètent. En même temps, le passé du couple Fanny/Gabrielle, au lieu d’être ignoré ou d’être présenté au tout début, s’intercale au rythme des souvenirs heureux de Gabrielle. Leur première rencontre, leur première sortie, leur première fois…

Le roman se dévore du début à la fin. Il aurait pu être deux fois plus gros ça ne m’aurait pas gênée le moins du monde. Ce qui est vraiment génial c’est qu’on n’a pas l’impression de lire un énième roman lesbien. On a l’impression de découvrir une histoire où les personnages sont homosexuels. Ils auraient été hétéros le résultat aurait été le même. Et ça, j’adore par-dessus tout.

À découvrir d’urgence.

À Titre Provisoire : Extraits

« Gabrielle regardait le lait submerger les pétales de maïs soufflés. Elle stoppa sa rêverie juste à temps pour éviter de faire déborder sa mixture de petit déjeuner. Son regard embrumé suivait les mouvements de rotation de la cuillère dans le bol, son esprit fixé sur d’autres visions. Elle avait rêvé de cette fille et les images issues du songe nocturne se répétaient en boucle et en filigrane de la réalité. Elle voyait les mains aux longs doigts fins se poser sur son visage, caresser les contours de ses lèvres. Elle frissonna, le trouble qui l’assaillait n’avait rien d’une illusion. Elle sentait la pression du corps énergique contre le sien qui s’abandonnait.
– Tu es en plein fantasme hormonal, grommela-t-elle en repoussant une mèche rebelle. Il faut que j’aille chez le coiffeur, ces cheveux sont infernaux.
Et puis il y avait l’odeur de ce parfum mélangé à celle de la peau. Gabrielle se frotta les yeux en soufflant sur ses corn-flakes. La fille – comment s’appelait-elle déjà ? – ne l’avait pas approchée au point d’être en contact avec son épiderme, tout sortait de son imaginaire incontrôlé. Gabrielle soupira. Il était temps de passer à la vitesse supérieure si elle ne voulait pas rater le début de la conférence. La présentation des résultats de l’entreprise était le rendez-vous incontournable de ce début d’année. Gabrielle avait sélectionné avec soin tout le gratin de la presse professionnelle et fait appel à une société spécialisée dans l’événementiel pour la gestion et le traitement de l’image. Les premiers repérages lui avaient permis de rencontrer les techniciens ainsi que cette photographe aux allures androgynes. Gabrielle ne se souvenait pas avoir vu des yeux aussi noirs que ceux de cette femme. De grands yeux noirs dessinés en amande et bordés de cils d’une longueur incroyable. » (Pages 27-28)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre