American Crime

Une journaliste lesbienne à la poursuite d'un tueur

Affiche : American Crime

Année de Production : 2004

Date de Sortie : 02 Novembre 2004

Réalisation : Dan Mintz

Scénario : Jack Moore, Jeff Ritchie

Avec : Rachael Leigh Cook (Jesse St. Claire), Annabella Sciorra (Jane Berger), Kip Pardue (Rob Latrobe), Cary Elwes (Albert Bodine), Cyia Batten (Alice Prescott)

Nationalité : Américaine

Genre : Policier & Thriller

Durée : 1h 32 min.

Titre Original : American Crime

American Crime : Résumé

Dans American Crime, Jesse Saint Claire est une jeune et talentueuse journaliste d’investigation. Prise en main par la productrice Jane Berger, elle se retrouve bientôt à la tête d’une émission très regardée. Lors d’un sujet sur la prostitution, elle devient amie avec l’une des intervenantes qui se fait assassiner.

Le shérif est peu préoccupé par cette mort suspecte et déclare que cela devait arriver vu le travail de la jeune femme. En triant les affaires de la morte, Rob, le caméraman de Jesse, découvre une cassette vidéo. Sur celle-ci, Jesse, Jane et Rob observent que leur amie était suivie et espionnée à son insu et que son meurtre a été filmé en totalité.

Tous les trois décident d’enquêter et font appel à un spécialiste des enquêtes criminelles. Ils découvrent bientôt que plusieurs femmes ont disparu et que Jesse risque d’être la prochaine victime. Filmés 24 heures sur 24, ils se retrouvent rapidement plongés au cœur de l’affaire et deviennent la cible du tueur.

Dans American Crime, Jesse Saint Claire est une jeune et talentueuse journaliste d'investigation. Prise en main par la productrice Jane Berger, elle se retrouve bientôt à la tête d'une émission très regardée. Lors d'un sujet sur la prostitution, elle devient amie avec l'une des intervenantes qui se fait assassiner. Le shérif est peu préoccupé par cette mort suspecte et déclare que cela devait arriver vu le travail de la jeune femme. En triant les affaires de la morte, Rob, le caméraman de Jesse, découvre une cassette vidéo. Sur celle-ci, Jesse, Jane et Rob observent que leur amie était suivie et…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un film raté, à éviter.

Note des lectrices : Soyez la première !
26

SOURIEZ, VOUS ÊTES FILMÉ !

Par un tueur en série, en l’occurrence. Un bon concept me direz-vous. Oui, mais ne vous réjouissez pas trop vite, ce n’est malheureusement pas suffisant pour faire un film. Les invraisemblances se succèdent, le scénario semble cousu de fil blanc et le long-métrage s’achève de manière abrupte et inexplicable.

Les acteurs sont loin d’être mauvais et se débrouillent d’ailleurs plutôt bien pour nous faire peur. Le scénario n’abuse pas de l’hémoglobine et parvient tout de même à nous faire frissonner (ce qu’il faut signaler étant donné qu’il s’agit d’un film américain). Par contre, la fin est vraiment ratée et bâclée, elle gâche tout. Et même si American Crime n’est pas le long-métrage du siècle, il méritait un meilleur traitement.

Il y a une lesbienne dans American Crime. Il s’agit de Jane, la productrice. Même si rien n’est ouvertement dit, ses actes parlent pour elle. Elle est filmée en train d’embrasser Jesse, ce qui laisse supposer au spectateur que les deux jeunes femmes entretiennent une liaison et est profondément ébranlée par le départ de celle-ci. Elle semble amoureuse lorsqu’elle parle de Jesse alors que cette dernière donne le sentiment d’avoir utilisé Jane pour atteindre son objectif, à savoir devenir présentatrice. Et pourtant, c’est Jane qui est filmée en train de masser une jeune femme avant qu’elle ne fasse son témoignage devant les caméras. C’est elle qui est filmée en train de lui masser les seins et qui est renvoyée pour harcèlement et conduite déplacée. En plus, il paraît que ce n’était pas la première fois ! Encore une lesbienne qui ne peut pas se maîtriser et qui saute sur toutes les femmes qu’elle croise !!!

Cependant, il faut bien reconnaître que le spectateur se rapproche rapidement de Jane. Elle donne l’impression de souffrir du départ de Jesse, a été filmée à son insu alors qu’elle embrassait celle-ci et risque donc sa place et elle est plus ou moins harcelée par un collègue qui n’ignore rien de son homosexualité et semble la détester. Mais surtout, elle est extrêmement bien interprétée par Annabella Sciorra. Alors, oui, je sais, à elle seule Jane véhicule un paquet de clichés : la femme de pouvoir qui couche avec ses subordonnées, la lesbienne haut placée qui n’est pas mariée, la nymphomane qui saute sur toutes les femmes. Mais en même temps, j’ai bien aimé l’actrice. Seulement pour être honnête, le rôle est nul et la représentation lesbienne affligeante.

À vous de juger mais ce film ne mérite pas une grande attention.

American Crime : Critiques Presse et Récompenses

« Un thriller de série B tout juste honnête souffrant de trop de lenteurs, d’invraisemblances au niveau scénario et qui en fait un étrange mélange de Scream, Blair Witch, Massacre à la Tronçonneuse et The Ring … Mais certains mélanges, même à partir de bons éléments, ne donnent pas toujours un bon résultat… A voir si vous êtes curieux et que vous voulez vous faire un tout petit peur. » (dvdcritiques.com)

« …a complete and utter mess. » David Nusair (Reel Film Reviews)

American Crime : Extraits

ALBERT  : À cet instant très précis, Jesse Saint Claire ignorait que le corps en décomposition qu’elle venait de découvrir avait jadis était agile et gracieux car il s’agissait de celui d’une danseuse de 24 ans nommée Diana Cox, portée disparue quelques mois plus tôt. […] Et ce fut au cours de cette nuit que Jesse Saint Claire vit pour la toute première fois le visage de la mort en face. Je me présente, je suis Albert Bodine et vous allez suivre American Crime.

ROB  : Tu t’en vas déjà ?
JESSE  : Non, je vais visionner cette cassette envoyée par un mystérieux expéditeur.
ROB  : Hum. C’est peut-être le Père Noël à poil. Je pense que ça vaut le coup que je filme ça.
MACK  : Je crois que c’est une mauvaise idée. Ces dames ont sûrement besoin d’être seules.
ROB  : Qu’est-ce qu’il raconte ? Il est bourré.
JANE  : C’est l’intervention la moins professionnelle que tu aies jamais osé faire, Mack. Tu sais que je risque de me faire virer à cause de tes conneries. Réfléchis à l’avenir, tu seras gentil.
ROB  : C’est rien Jane, t’inquiètes pas. Je vais le couper au montage. Et puis, il dit ça pour rire.

JANE  : C’est au cours du mois de janvier qu’elle a souhaité que je lui accorde quelques jours de vacances et je lui ai bien sûr dit que c’était quand elle voulait. Mais elle ne revint jamais. Ensuite, nous avons reçu sa lettre de démission et… Cette vidéo l’a tellement effrayée. Elle voulait tirer un trait sur ce cauchemar.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre