American Mullet

Un documentaire sur une coupe de cheveux...

Année de Production : 2001

Réalisation : Jennifer Arnold

Scénario : Jennifer Arnold

Avec : Matthew Bose (Narrateur)

Nationalité : Américaine

Genre : Documentaire

Durée : 52 minutes

Titre Original : American Mullet

American Mullet : Résumé

American Mullet est un documentaire original qui se concentre sur une coupe de cheveux mythique et unique : le mullet. Porté aussi bien par les rock stars, les chanteurs, les fans de country, les lesbiennes que les motards, les Indiens, les Latinos et les footballeurs. Que savons-nous vraiment de cette mode particulière ?

American Mullet est un documentaire original qui se concentre sur une coupe de cheveux mythique et unique : le mullet. Porté aussi bien par les rock stars, les chanteurs, les fans de country, les lesbiennes que les motards, les Indiens, les Latinos et les footballeurs. Que savons-nous vraiment de cette mode particulière ?

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Surprenant et drôle.

Note des lectrices : Soyez la première !
49

Le plus amusant quand vous regardez American Mullet, c’est qu’au bout de 20/vingt minutes de film, vous vous demandez pourquoi vous regardez un documentaire traitant d’une coupe de cheveux. Une coupe de cheveux !

Tout vous est expliqué : court sur le devant, long dans le cou. Différentes coiffures vous sont présentées, les hommes et femmes posent, la caméra s’attarde sur leur coiffure et vous, vous êtes tranquillement installée dans votre canapé. Surréaliste !

J’ai donc appris (et c’est sérieux) que le Mullet est plus qu’une simple coupe de cheveux. C’est un moyen d’affirmer son identité, notamment pour les lesbiennes, de montrer sa force et à quel point le regard des autres importe peu, c’est le moyen de prouver sa liberté et son indépendance ! Je continue ? Oui parce que je ne peux oublier le monsieur qui, très sérieusement, explique que les hommes aux cheveux longs sont des rebelles qui dérangent et prend pour exemple Jésus qui avait les cheveux longs et a plutôt mal fini. Là, j’arrête.

Arboré aussi bien par les lesbiennes que les motards en passant par les footballeurs, les Latinos et les Indiens, sans oublier les rockeurs et les fans de musique country, vous découvrez des personnes pour lesquelles le capillaire est vital et sérieux. Et si vous leur proposez de se couper les cheveux, vous obtiendrez la même réponse catégorique : Non.

À prendre au second degré, parce que personnellement mon identité ne dépend pas de ma coupe de cheveux et heureusement soit dit en passant.

À vous de juger.

American Mullet : Critiques Presse et Récompenses

« Gives Mullet wearers a voice » (New York Times)
« You may e ven contemplate a trip to the salon » (Chicago Tribune)
« Insightful and incendiary » (V Magazine)
« Engrossing and entertaining » (Inside Film Magazine)

American Mullet : Extraits

FEMME INTERVIEWÉE DANS LA RUE  : C’est un Mullet ! C’est horrible.

NARRATEUR  : En 1995, le Grand Royal Magazine publie « Making sense of the Mullet », de multiples articles présentant la coupe de cheveux définie par court devant et long derrière. Il attira l’attention plus tard. Depuis quelques années, il y a de nombreux magazines et des articles de journaux, des dizaines de sites Internet et même un livre. C’est comme si tout le monde avait un avis sur cette coiffure et les gens qui la portent.

NANCY  : Vos cheveux c’est tellement qui vous êtes. C’est important pour moi. Je me sens comme une personne unique. Donc je veux avoir une coupe de cheveux qui représente ça. […] C’est une partie de qui je suis. Je suis tellement plus que mes cheveux.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre