And Then Came Lola

Un film lesbien bourré d’humour et d’énergie

Année de Production : 2009

Réalisation : Ellen Seidler, Megan Siler

Scénario : Ellen Seidler, Megan Siler

Avec : Ashleigh Sumner (Lola), Jill Bennett (Casey), Cathy DeBuono (Danielle), Jessica Graham (Jen), Angelyna Martinez (Meter Maid), Candy Tolentino (Alex), Linda Ignazi (Seri), Jenoa Harlow (Speed Freak)

Nationalité : Américaine

Genre : Comédie

Durée : 1h 08 min.

Titre Original : And Then Came Lola


Interview(s) :

Interview d’Ashleigh Sumner
Interview d’Ellen Seidler


English versions :

Interview with Ashleigh Sumner
Interview with Ellen Seidler

And Then Came Lola : Résumé

Lola est une jeune photographe talentueuse mais distraite. Avide de liberté, elle sort depuis quelques mois avec Casey. Lorsque cette dernière lui téléphone pour lui demander un service d’une importance capitale pour son avenir, Lola s’engage dans une terrible course contre la montre pour arriver à temps au rendez-vous.

Arrivera-t-elle à conserver sa petite amie et son travail ?

Lola est une jeune photographe talentueuse mais distraite. Avide de liberté, elle sort depuis quelques mois avec Casey. Lorsque cette dernière lui téléphone pour lui demander un service d’une importance capitale pour son avenir, Lola s’engage dans une terrible course contre la montre pour arriver à temps au rendez-vous. Arrivera-t-elle à conserver sa petite amie et son travail ?

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un film 100% lesbien.

Note des lectrices : 3.23 ( 12 votes)
81

Comment donner un avis construit sur un film que l’on a adoré sans avoir l’air d’en faire des tonnes ? Non parce que c’est très simple, j’ai totalement adoré ce film. Je me suis amusée du début à la fin, j’ai souri, je me suis laissée emporter par cette héroïne qui « adore les fenêtres » et je le reconnais, j’ai succombé à cette Comédie romantique lesbienne sans le moindre scrupule.

Tout commence par deux femmes très belles mais sans faire poupées Barbie non plus, qui s’embrassent. Elles arrivent dans un appartement, commencent à se déshabiller, c’est chaud chaud. Déjà ça débute sur les chapeaux de roue. Puis on découvre Lola qui explique les prémices de cette relation et explique qu’elle est douée pour les débuts dans une relation mais qu’elle n’est pas douée pour être à l’heure ni pour s’engager. Au moins, elle est franche et elle nous prévient. La suite n’est qu’une succession de tentatives de Lola pour être à l’heure et s’engager. Ce long-métrage est inspiré du film Lola, cours Lola. J’avoue ne jamais avoir regardé l’original mais j’ai adoré le remake.

Le scénario peut paraître relativement mince raconté comme ça mais c’est sans tout le reste autour. Les personnages sont croqués avec humour, les relations lesbiennes en prennent pour leur grade, les relations tout court en même temps. Différents sujets pas si faciles comme l’engagement, les enfants, la monogamie, le sexe sont abordés l’air de rien, avec humour. J’ai aimé ce côté rafraîchissant. On comprend qu’Afterellen ait parié que ce serait le succès de 2010. Je suis du même avis.

Et puis je reconnais que l’idée de supprimer les cascades inévitables en transformant le tout en dessin animé m’a beaucoup plu. Ça aurait été moche et pas crédible pour deux sous en vrai, le coup de la marche d’escalier, du tram et tout le reste. Mais là, en faisant de Lola le personnage central d’une pseudo bande dessinée, on s’amuse du fait qu’effectivement, tout semble être réuni pour qu’elle n’arrive pas à l’heure.

Rajoutez à cela l’idée que tout le monde apprécierait au moins une fois dans sa vie de pouvoir revivre une journée cruciale de son existence et l’améliorer jusqu’à ce qu’elle se termine bien et vous obtenez un film bourré d’humour et de vitalité. Elle est sportive Lola, elle court, elle fait du vélo, elle escalade, elle se bouge vraiment pour Casey.

Que dire des actrices, toutes excellentes ? Ashleigh Sumner, une rousse aux yeux verts, est la véritable révélation du film. C’est à se demander comment elle a pu passer inaperçue jusqu’à présent. Elle est Lola, tout simplement. Jill Bennett fait un travail génial et nous permet pour une fois d’admirer un grand nombre de ses tatouages. J’adore Jill Bennett et je reconnais, j’aime beaucoup quand elle se déshabille. Cathy DeBuono se débrouille très bien en élément perturbateur et n’en rajoute pas des tonnes. Son physique, très bien mis en valeur, travaille pour elle.

Ne boudez pas votre plaisir. Le film sort en dvd en France ce 12 mai 2010 au prix de 23, 99 euros. Je sais, c’est hyper cher mais si vous avez envie d’une Comédie romantique qui finit bien, And Then Came Lola est fait pour vous.

And Then Came Lola : Critiques Presse et Récompenses

« Des ébats lesbiens drôles et pétillants. » (Curve Magazine)

« Le hit de l’année. » (Reel Pride Fresno LGBT Film Festival)

« Probablement le film lesbien le plus plébiscité par les festivals outre-atlantique, And then came Lola est déjà en passe de devenir LE futur classique de 2010 ! Un film sur-vitaminé. » (AfterEllen.com)

And Then Came Lola : Extraits

LOLA : Est-ce que je t’ai déjà dit ce que je voulais te faire ?
CASEY : Non…

LOLA : Je suis toujours douée pour le début. Je suis bonne pour les débuts mais pas tant pour les milieux. Et je ne vais jamais jusqu’à la fin. Donc… Mais cette fois, ça pourrait être différent je pense. On sort ensemble depuis quelques mois. Est-ce que c’est sérieux, est-ce qu’on va s’engager ? Je ne sais pas. C’est nouveau. C’est nouveau et c’est bon. Et honnêtement c’est ce qui me fait un peu peur. Parce que, vous connaissez les femmes, elles veulent que vous vous engagiez. Et je ne suis pas, je ne suis pas ce genre de lesbienne. Je suis un peu comme un mec de ce côté-là.

LOLA : Je n’aime pas la pression d’être à l’heure. Les fenêtres. J’aime les fenêtres. Pas d’engagement.

LOLA : C’est de la communication. Le sexe c’est totalement de la communication. De la communication physique. Et… j’aime communiquer…

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

3 commentaires

  1. Malgré des actrices charmantes, et une affiche qui faut l’avouer nous tente on se dit ça y est ça sent l’histoire de lesbiennes dramatique (Un coup je vais avec celle de gauche un coup celle de droite) .. Eh bien moi non plus je n’ai pas du tout accroché :/ j’ai réessayé plusieurs fois même ! Mais le mélange cartoon m’a encore plus repoussé :s !

  2. :/ j’ai pas accroché du tout, du tout, en même temps quand je lis la critique et l’enthousiasme, je pense le regarder à nouveau, pour voir et ne pas passer à côté de quelque chose.

Répondre