Ardentes de Laurence

Ardentes de Laurence

Titre Français : Ardentes

Titre Original : Ardentes

Auteur : Laurence

Date de Sortie : 06 Février 2003

Nationalité : Française

Genre : Erotique

Nombre de Pages : 144 pages

Éditeur : Editions Blanche

ISBN : 2-84628-056-8

Ardentes : Quatrième de Couverture

Curiosa rare publié à la fin des années 50, Ardentes est un teste dédié aux amours saphiques.

Laurence prépare son baccalauréat. Elle est encore vierge et aspire à connaître les secrets de l’amour.
Lors d’une visite chez sa cousine Mado et son mari, elle surprend le couple s’adonnant à des pratiques d’une grande violence charnelle qui la troublent et la choquent à la fois. De cette vision, Laurence gardera une grande méfiance vis-à-vis de la gent masculine et de ce sexe brutal et conquérant.
C’est avec Gerda, une surveillante de son lycée, qu’elle va découvrir la volupté des caresses, la douceur des amours clandestines. Et rien ne pourra jamais autant la combler que ce doux apprentissage.

Ardentes : Avis Personnel

Il y a des fois, comme ça, où on se procure des livres estampillés lesbiens et où on se retrouve devant ce que je nommerais quelque chose de terriblement dérangeant. Je vous le dis tout de suite, n’achetez pas Ardentes, franchement ça, n’en vaut pas la peine.

L’écriture est inintéressante et vulgaire. Il n’y a pas d’histoire, simplement une succession de scènes qui se veulent érotico-lesbiennes mais qui sont aussi nombreuses que les scènes érotiques hétéros. En plus le vocabulaire est vraiment vraiment vulgaire. Et ne me faites pas croire que c’est l’époque. Oui, parce que le livre daterait des années 50 et aurait été réédité en 2003. Ils auraient mieux fait de s’abstenir.

Donc en fait c’est l’histoire d’une fille de 17 ans qui découvre la sexualité. Elle rêve d’un gentil prince charmant très doux, à des années lumières de ses camarades de classe. La rencontre de sa cousine qui lui parle de ses préférences sexuelles sado-masochistes lui fait peur et elle se tourne donc vers les femmes. Elle est initiée par une surveillante de son lycée mais rompt tout contact avec cette dernière lorsque ses parents décèdent dans un accident de la route parce qu’elle pense que c’est la faute de cette sexualité hors norme. Elle se marie avec un homme qui ne la fera jamais jouir et finit des années après par revenir à son amour des femmes dans les bras de la première qui l’ait aimé, Gerda.

Donc le livre est bourré de cliché, le pire étant celui-ci, attention âmes sensibles s’abstenir « Un clito auquel de précédents et savants gougnotages avaient donné des proportions inhabituelles. J’aspirais cette bite miniature. » Et là je me suis demandée si Laurence n’était pas un homme.

Heureusement, j’ai appris quelque chose d’important lors de cette lecture qui concerne Bilitis. N’ayant pas compris l’allusion et ne connaissant pas, une rapide recherche m’a apprise que Bilitis avait été considérée comme une rivale de Sappho. Cette jeune grecque de Turquie aurait vécu sur l’île de Lesbos au VIe siècle av. J.-C. mais en fait cette personne n’a jamais existé et a été créé de toute pièce par Pierre Louÿs qui lui attribua des poèmes sulfureux et passionnés. Intéressant, non ?

En conclusion, passez votre chemin sans le moindre regret.

Ardentes : Extraits

« … A dix-sept ans, mon regard nourri d’audace, mon sourire plein de défi et mes rondeurs particulièrement arrogantes causaient quelques ravages parmi les potaches du collège mixte d’Amiens, où je préparais mon baccalauréat. Mais ces apprentis tringleurs n’avaient jamais pu m’entraîner au-delà des limites du flirt.
Il faut dire que ces maladroits ignoraient l’art des lentes caresses qui, troublant les donzelles, les poussent peu à peu vers l’ultime abandon.
Tout en luttant contre les mains de pirate qui tentaient avec plus ou moins de bonheur de dégrafer mon corsage ou de se jeter sous ma jupe, je me sentais frissonner de dégoût.
Ce qui ne m’empêchait pas cependant, la nuit, dans la tiédeur des draps, de me branler la chagasse.
Une douce chaleur se répandant dans mon ventre, j’imaginais qu’un individu se glissait dans ma chambre. Un inconnu au visage d’ange tombé du ciel qui, sachant lutter contre son impatience, faisait preuve de cette tendresse perverse seule capable de faire chavirer les sens des soeurs de Bilitis. » (Page 8)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre