Beignets De Tomates Vertes

Plus qu'une amitié...

Année de Production : 1991

Date de Sortie : 23 septembre 1992

Réalisation : Jon Avnet

Scénario : Fannie Flagg, Carol Sobieski

Avec : Jessica Tandy (Ninny Threadgoode), Mary Stuart Masterson (Idgie Threadgoode), Kathy Bates (Evelyn Couch), Mary-Louise Parker (Ruth Jameson), Cicely Tyson (Sipsey), Chris O’Donnell (Buddy Threadgoode), Gailard Sartain (Ed Couch), Stan Shaw (Big George), Gary Basaraba (Grady Kilgore), Grace Zabriskie (Eva Bates)

Nationalité : Américaine

Genre : Comédie, Drame

Durée : 2h 10min.

Titre Original : Fried Green Tomatoes at the Whistle Stop Cafe


Interview(s) :

Interview de Mary Louise Parker

Beignets De Tomates Vertes : Résumé

À Birmingham, en Alabama, Evelyn s’ennuie ferme entre son fils parti de la maison et son mari qui lui préfère la télévision. Pour rompre la monotonie de ses journées de femme au foyer, elle se gave de sucreries en cachette et se rend à d’idiotes réunions féminines qui la dépriment.

Par obligation, Evelyn accompagne régulièrement son mari, Ed, dans une maison de retraite où réside une cousine de ce dernier. Celle-ci, acariâtre et méchante, refuse de parler à Evelyn et la renvoie à chaque fois de la chambre. C’est ainsi qu’Evelyn rencontre Ninny Threadgoode.

Ninny Threadgoode est une vieille dame vive, volontaire et profondément gaie. Bien décidée à rentrer rapidement chez elle, elle se met à lui parler de sa ville, Whistle Stop et de son enfance. Ninny capte ainsi l’attention d’Evelyn en lui contant des récits émouvants, passionnants et épiques. Nostalgique, elle lui parle de la famille Threadgoode et de l’un de ses personnages les plus marquants, Idgie.

Idgie était une rebelle et une jeune effrontée qui vénérait son grand frère. En grandissant, elle devint belle, séduisante et libre et rencontra Ruth, une jeune catholique douce et gentille. Toutes les deux devinrent rapidement très amies et, ensemble, ouvrirent un restaurant qui devint incontournable pour les habitants de Whistle Stop.

À Birmingham, en Alabama, Evelyn s'ennuie ferme entre son fils parti de la maison et son mari qui lui préfère la télévision. Pour rompre la monotonie de ses journées de femme au foyer, elle se gave de sucreries en cachette et se rend à d'idiotes réunions féminines qui la dépriment. Par obligation, Evelyn accompagne régulièrement son mari, Ed, dans une maison de retraite où réside une cousine de ce dernier. Celle-ci, acariâtre et méchante, refuse de parler à Evelyn et la renvoie à chaque fois de la chambre. C'est ainsi qu'Evelyn rencontre Ninny Threadgoode. Ninny Threadgoode est une vieille dame…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un film culte.

Note des lectrices : 4.7 ( 7 votes)
64

Un film sensationnel, magnifique, sublime et bouleversant. Les deux histoires racontées sont touchantes et s’entrecroisent. D’un côté, il y a cette inébranlable amitié entre deux femmes que tout oppose. Idgie, véritable « garçon manqué » qui adore grimper aux arbres, voler aux riches pour donner aux pauvres, raconter des histoires aberrantes et jouer au poker. Et Ruth, une femme idéale pour l’époque, douce, sensible, effacée, catholique et battue par son mari. La première sauve la seconde, enceinte et violentée, qui la suit parce qu’elle est sa meilleure amie, qu’elle a confiance en elle et qu’elle l’aime.

D’un autre côté, il y a cette vieille dame de 82 ans qui ne les fait absolument pas et s’avère plus jeune d’esprit qu’Evelyn, la quarantaine, à laquelle elle se met à raconter l’histoire d’Idgie. Une femme qui revit un pan de son passé à travers ces conversations et qui, sans le savoir, rend sa dignité et le désir de vivre à une femme soumise et délaissée qui s’affirme petit à petit.

Deux histoires parallèles qui se rejoignent dans le désir de liberté, de vie et d’indépendance qu’elles reflètent.

La question de l’homosexualité n’est pas abordée de front. Pourtant, tout laisse à croire qu’il existe plus qu’une simple amitié entre Idgie et Ruth. Elles vivent ensemble, travaillent ensemble, partagent des moments intimes et tendres près du lac, dans leur cuisine. Mais ne s’embrassent jamais et ne révèlent aucun geste prêtant à confusion. Cependant, Idgie n’a jamais fréquenté aucun homme et ne s’est jamais rangée. Par ailleurs, à plusieurs reprises, elle est apparue en public vêtue en homme. Ruth, elle, avoue au juge qu’elle a suivi Idgie plutôt que de rester avec son mari parce qu’elle aime Idgie, qu’elle est sa meilleure amie. Une relation tendre et pure qui s’achève avec le décès de Ruth et la veillée d’Idgie qui reste à ses côtés jusqu’à la fin.

On pourrait continuer ainsi pendant des pages mais je pense qu’il est préférable de conseiller ce chef d’œuvre incontournable. Culte !

Beignets De Tomates Vertes : Critiques Presse et Récompenses

Nommé aux Academy Awards en 1992 dans la Catégorie Meilleur Second Rôle Féminin pour Jessica Tandy.

Nommé aux Academy Awards en 1992 dans la Catégorie Meilleur Scénario pour Fannie Flagg et Carol Sobieski.

Vainqueur aux BMI Film Music Award en 1993.

Vainqueur d’un GLAAD Media Award en 1992.

Nommé aux Golden Globes en 1992.

Beignets De Tomates Vertes : Extraits

NINNY  : Dites, vous savez qu’ils m’ont ôté ma vésicule ?
EVELYN  : Non, j’en savais rien.
NINNY  : Ben si. Elle est toujours à l’hôpital, dans un bocal. Je crois que c’est dans ces machins-là qu’ils les gardent.
EVELYN  : Je suppose.
NINNY  : Quand j’étais à l’hôpital, y a l’infirmière qui m’a fait un de leurs lavements. Elles en sont folles des lavements. Madame Threadgoode, veuve de 82 ans, vous vous rendez compte ! Naturellement, tout le monde m’appelle Ninny. Je suis seulement de passage ici. On vous en a déjà fait, à vous de ces lavements ?
EVELYN  : Hum, ma foi, non.
NINNY  : Vous ne l’auriez pas oublié. Mon amie, Mme Otis et moi, on est de Whistle Stop. Vous êtes déjà passée à Whistle Stop ?
EVELYN  : Mais oui, c’est justement par là qu’on est venus.
NINNY  : Toutes les deux ont a habité la même rue pendant trente ans et plus. Et quand elle a perdu son fils, sa belle-fille a eu l’idée bizarre de la mettre dans cette maison de repos. Alors ils m’ont demandé de partager sa chambre. Mme Otis ne le sait pas mais moi je rentrerai chez moi dès qu’elle aura pris ses petites habitudes. Vous avez entendu parler d’Idgie Treadgoode ou pas ?
EVELYN  : Heu, non madame, ça ne me dit rien du tout.
NINNY  : Vous ne l’auriez pas oubliée celle-là. Vous voyez, j’ai été pour ainsi dire adoptée par les Treadgoode parce que j’ai épousé son frère Cléo.
EVELYN  : Oh.
NINNY  : Oui. Idgie et son amie Ruth tenaient le Whistle Stop Café. Idgie, c’était une sacrée nature. Houlàlà. Mais qu’on ait pu penser que c’était elle qui avait assassiné cet homme, ça, ça me dépasse.

IDGIE  : Y a tellement de choses que j’ai envie de te dire.
RUTH  : Non. J’adore tes histoires. Raconte-moi une histoire, Idgie. Allez, ma charmeuse d’abeilles, raconte-moi un beau bobard. Tiens, pourquoi pas l’histoire du lac ?
IDGIE  : Quel lac ?
RUTH  : Celui qui était tout près d’ici.
IDGIE  : Oh ! Y a pas un mot de vrai là-dedans.
RUTH  : Je le sais, imbécile. Raconte-moi quand même. Raconte-moi celle du lac.
IDGIE  : Hé ben, dans le temps, y avait ce fameux lac, juste, juste à la sortie du patelin. C’est là qu’on allait pêcher, nager, faire du canoë. Un jour, un jour du mois de novembre, une grosse passée de canards est venue se poser sur le lac. Et la température a baissé si vite que le lac a gelé d’un seul coup et et, les canards se sont envolés. Ils ont emporté le lac avec eux et maintenant on dit que le lac est quelque part en Géorgie. T’imagines un peu ?

SIPSEY  : Tout le secret est dans la sauce.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

2 commentaires

  1. @Erwelyn : tout a fait d’accord avec toi!
    Ce film est marquant. On pourrait regretter la censure faites par rapport au livre, ce qui fait qu’on sait sans vraiment le savoir explicitement que Ruth et Idgie sont ensemble, mais je trouve aussi que c’est cette censure qui fait que ce film est si beau et touchant. J’ai vraiment adoré, et même plus que le livre :)

  2. Même si ce film est assez long je le revois très très régulièrement. Ce film a marqué ma vie d’une certaine manière. Je crois bien le connaître par coeur. Ce destin de femmes est une leçon de vie incroyable !

Répondre