Beneath The Blonde de Stella Duffy

Beneath The Blonde de Stella Duffy

Titre Français : Beneath the blonde

Titre Original : Beneath the blonde

Auteur : Stella Duffy

Date de Sortie : 1997

Nationalité : Anglaise

Genre : Roman Policier

Nombre de Pages : 314 pages

Éditeur : J'ai Lu

ISBN : 2-290-30941-9

Beneath the blonde : Quatrième de Couverture

Beneath The Blonde est un roman policier de Stella Duffy

Lorsque survient le meurtre d’Alex, le batteur de Beneath the blonde, Saz Martin est déjà au service du célèbre groupe de rock anglais.

Siobhan, la chanteuse, a fait appel à elle quelque temps plus tôt. Elle a reçu des coups de fil anonymes et des brassées de roses jaunes. Tout cela commence à l’inquiéter sérieusement.

Saz a accepté ce boulot d’enquêtrice – garde du corps de Siobhan Forrester – avec enthousiasme. D’abord l’idée de suivre la tournée du groupe ne lui déplaît pas, et puis la chanteuse ne la laisse pas non plus totalement insensible. Elle n’aurait rien contre le fait, à l’occasion, de se laisser aller dans les bras de la star.

Qui aurait pu prévoir la tournure tragique que prendraient les évènements ?

Beneath the blonde : Avis Personnel

Beneath The Blonde est un roman policier bien construit et relativement captivant. Je dois dire que je n’avais pas du tout vu arriver le dénouement. L’histoire est intéressante et prenante et les personnages riches et complexes.

Pour la seconde fois nous retrouvons Saz Martin, détective privée rencontrée dans le premier livre de l’auteur, Les Effeuilleuses. Elle est toujours aussi surprenante et indépendante. Après plusieurs mois de convalescence auprès de sa petite amie, elle décide de reprendre le travail et devient détective pour le compte de Siobhan, chanteuse d’un célèbre groupe de rock anglais.

Lorsque le batteur du groupe est assassiné, Saz se charge de l’enquête.

Un bon policier comme je les aime. Du suspense, des morts, du sexe et de la violence. Que demander de plus ?

Beneath the blonde : Extraits

«  Saz, allongée sur le sol aux pieds de Molly, se redressa pour repousser le carton de pizza vide. Elle venait de fourrager distraitement dans la pile de vieilles cassettes vidéo : l’une des boîtes, elle le savait, contenait la Jane Eyre d’Orson Welles que Molly et elle avaient prévu de visionner ce soir, confortablement installées. Si elle parvenait à la trouver. Tirant de son dossier trois pages de chiffres imprimés, elle baissa les yeux pour les consulter.
– Si j’en crois ma recherche, la plupart des gens achètent des roses rouges. Ensuite viennent les blanches, en troisième position des oeillets rouges tout ce qu’il y a de plus ringard ; en quatrième, encore plus ringard, des oeillets roses.
– Tu leur reproches quoi, aux oeillets ?
– Ca sent mauvais, c’est pas cher, et je déteste ça.
– Depuis Carrie ?
– Qui veux-tu d’autre ? Elle m’en a envoyé trois douzaines en l’espace d’une semaine.
– Pour s’excuser ?
– Non. C’était la semaine avant de me quitter, pour me passer de la pommade. »
(Pages 75 – 76)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre