Blue de Kiriko Nananan

Blue de Kiriko Nananan

Titre Français : Blue

Titre Original : Blue

Auteur : Kiriko Nananan

Date de Sortie : 1996

Nationalité : Japonaise

Genre : Manga

Nombre de Pages : 236 pages

Éditeur : Casterman

ISBN : 2-203-37313-X

Blue : Quatrième de Couverture

Paru en 1996 dans la revue « Comic Are », puis édité par Magazine House, Blue est emblématique de l’œuvre de Kiriko Nananan, dédiée aux tourments de la jeunesse japonaise d’aujourd’hui.

Le bleu, c’est celui de la mer que Kayako vient contempler, après les cours. Un jour, la secrète Masami l’y accompagne. L’amitié se mue en amour, puis en souffrance, chacune ayant des aspirations et obligations différentes.

Pour interpréter ce blues sentimental, Kiriko Nananan colle au plus près des visages et des corps de ses deux héroïnes. Son trait sensuel et épuré, et ses aplats de noir, blanc et gris, apportent une limpidité très esthétique au récit. De la BD intimement féminine, violemment sensuelle sous des dehors tendres.

Blue : Avis Personnel

Blue est un manga pour filles. Un shojô de plus me demanderez-vous ? Non, parce que même si l’histoire se déroule dans un lycée japonais exclusivement féminin, il s’agit plus d’un parcourt initiatique, d’une quête de soi que d’une histoire d’amour. Il est bien sûr question d’amour, il s’agit même de la principale préoccupation des trois adolescentes au centre du livre mais ce manga va plus loin.

L’héroïne est Kayako, une adolescente qui dès les premières pages déclare qu’elle est intriguée par Endô, une camarade de classe. En cherchant à la connaître, elle apprend à se connaître elle-même. Elle découvre qui elle est et part en quête de son identité. Kayako tombe amoureuse d’Endô qui lui confie qu’elle a couché avec un homme et qu’elle est tombée enceinte. Pour se rapprocher de son amie, Kayako couche alors avec un garçon qu’elle n’aime pas.

Je dois avouer que Blue ne ressemble à aucun autre manga que j’ai lu. Les graphismes sont particulièrement épurés, les cadrages étranges et inhabituels et les personnages se ressemblent étrangement. Au cours de ma lecture, je suis régulièrement revenue en arrière pour essayer de dissocier les personnages. J’étais plus ou moins perdue alors que d’autres lecteurs que je connais ne l’étaient absolument pas (manque d’entraînement je présume).

Blue amène le lecteur à s’interroger sur l’amour, l’homosexualité et la sexualité adolescente. Et cela, il le fait de manière intéressante et originale. Que vous aimiez ou non, vous serez de toute manière touchée par cette histoire.

Blue : Extraits

« La mer immense et le ciel au-dessus, nos uniformes, notre enthousiasme malhabile d’adolescentes.
Si je devais donner une couleur à toutes ces choses du passé, je choisirais un bleu profond. » (Page 8)

« Jusqu’au coucher du soleil, on a bavardé.
Je trouvais Endô tellement jolie. La forme de ses yeux, l’alignement de ses dents.
Son haleine, comme la mienne, sentait bon la menthe.
J’étais bien. Heureuse de sentir que je commençais à aimer Endô. » (Page 30)

« Le dernier jour du trimestre, j’ai téléphoné à Masami. Sa mère m’a répondu qu’elle n’était pas là. Et puis, je ne sais pas pourquoi, elle s’est confondue en excuses.
Le mois d’août est arrivé. Je n’avais pas de nouvelles de Masami.
Que pouvait-elle bien faire ? » (Page 122)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre