Breaking The Girls

Séduction. Trahison. Meurtre. À quoi servent les meilleurs amis ?

Année de Production : 2013

Date de Sortie : 26 juillet 2013

Réalisation : Jamie Babbit

Scénario : Mark Distefano, Guinevere Turner

Avec : Agnes Bruckner, Madeline Zima, Shawn Ashmore

Nationalité : Américaine

Genre : Policier & Thriller

Durée : 1h 23 min

Titre Original : Breaking the girls

Breaking The Girls : Résumé

Sara est une jeune femme forte, ambitieuse et très belle. Alex, sa camarade de classe tout aussi jolie la prend sous son aile. Les deux femmes se rapprochent de plus en plus…

Sara est une jeune femme forte, ambitieuse et très belle. Alex, sa camarade de classe tout aussi jolie la prend sous son aile. Les deux femmes se rapprochent de plus en plus...

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Note des lectrices : 2.38 ( 7 votes)
29

En résumé, nous avons Sara qui arrive à l’université et qui va se faire courtiser par Alex, une camarade bourgeoise pourrie-gâtée excentrique, et aussi par le mec le plus courtisé de l’université dont je ne me souviens plus du prénom. Donc Sara fait tourner toutes les têtes, c’est un peu vu et revu mais pourquoi pas.

Une sorte de trio amoureux va rapidement se mettre en place, et très vite ça va dégénérer en manipulation et plein d’autres choses sympathiques. Une des phrases d’accroche de ce film était: « même les meilleurs plans sexe peuvent dégénérer ». Je me suis dit que c’était un peu violent de le mettre en avant d’entrée de jeu alors j’ai opté pour le plus sobre : « Séduction. Trahison. Meurtre. À quoi servent les meilleurs amis ? » mais tout aussi appétissant, vous en conviendrez. Cependant, je m’étais tout de même dit que je n’allais pas m’enlever le plaisir de proposer ces deux phrases d’accroche au moment de la critique afin que vous compreniez bien la situation délicate dans laquelle je me trouve.

Le problème est le suivant: comment critiquer un film qui est à la fois bien et pas bien ? Bon, je sais ce que vous allez me dire, c’est mon job de me débrouiller avec ça, pas le votre !

En gros, j’ai aimé le genre film de manipulation avec des situations improbables qui tombent dans le mauvais extrême.

Ça commence innocemment à l’université et ça se termine avec des histoires de meurtre. J’apprécie ce côté « on ne sait pas sur quel pied danser » jusqu’à la fin, quand c’est impossible de dire qui est vraiment le méchant ou comment ça va se terminer. Enfin, quand je dis « on ne sait pas comment ça va se terminer », en principe, c’est le cas pour les films qui sont réussis, ou qui sont originaux. Malheureusement, Breaking the girls n’est ni l’un ni l’autre.

D’où le côté mitigé de ma critique: j’apprécie ce genre mais ici ce n’est pas super bien exécuté, ou, du moins, c’est déjà vu. On avait Sexcrimes qui était une sorte de remake moins bien (mais bien quand même parce que je l’avoue volontiers, j’ai complément adoré ce film) de Basic Instinct. Et bien là, c’est un peu comme si on avait un mauvais remake, ou un succédané (j’ai réussi à placer le mot « succédané », est-ce que je gagne quelque chose ?!), de Sexcrimes 3. Oui oui, vous avez bien lu, pas un remake de Sexcrimes qui était tout de même pas si mal, non, un remake de Sexcrimes 3 qui était déjà trois fois moins bien que Sexcrimes qui était lui-même une fois moins bien que Basic Instinct. Certes, si vous voulez on peut en débattre, mais c’est mathématique.

Et comme vous le savez, les mathématiques ont toujours raison. Donc, en gros, Breaking the girls est au moins cinq fois moins bien que Basic Instinct dont il est un remake rejeton au quatrième degré. Et chez moi, dans le sud, pour traduire en langage des mortels le concept d’un film « cinq fois moins bien », on ne passe pas par quatre chemins et on se contente de dire que le film était merdique mais que faute de mieux, il se regarde quand même. Par contre, vous reprendrez une goutte de pastis. Vraiment. Je vous rassure, ça demandera moins de réflexion de regarder le film que d’essayer de comprendre ce que j’ai voulu écrire dans cette chronique. Donc si vous voulez tenter votre chance, vous aurez au moins la certitude que vous ne perdrez (ni ne gagnerez) des neurones.

Ah oui, j’oubliais de parler de la représentation lesbienne */se tape le front du plat de la main* (c’est vrai qu’on est un peu là pour ça). On a des filles qui s’embrassent et qui couchent ensemble (y compris dans une piscine, ça vous rappelle quelque chose ?? Et aussi dans une sorte de plan à trois avec un mec. Ça vous rappelle quelque chose??). Je ne sais pas si c’est parce que je viens d’écrire un roman, mais je ne trouve rien d’autre à dire à ce sujet. La représentation n’est pas forcément intéressante, mais elle a le mérite d’être là. Faites-vous votre propre avis et revenez le partager, je serais curieuse de savoir ce que vous en avez pensé.

Wild Beasts  ( DVD )

De

Avec Madeline Zima, Agnes Bruckner, Shawn Ashmore

Prix : EUR 10,08
5 neufs & occasions à partir de EUR 1,04

(0 commentaires client)

Breaking The Girls : Extraits

SARA: Qu’est-ce que tu bois ? C’est offert par la maison. ALEX: Jack Daniel’s et coca. Je suis Alex au fait. SARA: Sara.

A propos de Edwine Morin

Relectrice et Chroniqueuse Occasionnelle. Passionnée par les séries télévisées, elle en dévore depuis des années dans tous les thèmes possibles et ses préférences sont si hétéroclites qu'il est difficile d’en trouver les limites. Romantique dans l’âme, elle a succombé au charme d’I Can’t Think Straight et de Loving Annabelle tout en étant fan du travail de Quentin Tarantino.

Répondre