Butch Jamie

Une comédie osant aborder les questions de genre sans jamais sombrer dans l’excès

Année de Production : 2007

Date de Sortie : 18 Novembre 2008

Réalisation : Michelle Ehlen

Scénario : Michelle Ehlen

Avec : Michelle Ehlen (Jamie), Olivia Nix (Lola), Tiffany Anne Carrin (Jill), David Au (David), Andrea Andrei (Andi), Joe McDaniel (Dan), Nathan Edmondson (Glen), Mary Lynch (Francine)

Nationalité : Américaine

Genre : Comédie

Durée : 1h 24 min.

Titre Original : Butch Jamie


Interview(s) :

Interview de Michelle Ehlen

Butch Jamie : Résumé

Jamie est une jeune actrice butch qui rêve de gagner sa vie en jouant la comédie. Après un énième casting infructueux où elle s’est déguisée en femme sexy, elle décide de suivre les conseils de son meilleur ami, David. Elle se rend donc à sa nouvelle audition telle qu’elle est.

Retenue par l’équipe de production, Jamie se voit offrir son premier contrat. Malheureusement elle déchante vite en réalisant que le rôle qui lui est accordé est celui du héros, Steve. Convaincue par le producteur et réalisateur qui croient en ses talents d’actrices, Jamie accepte de se faire passer pour un homme interprétant un homme.

Tout se complique quand Jamie rencontre, sur le tournage, la sublime Jill. Cette dernière l’apprécie et lui témoigne de l’intérêt en ignorant que Jamie est en réalité une femme…

Jamie est une jeune actrice butch qui rêve de gagner sa vie en jouant la comédie. Après un énième casting infructueux où elle s’est déguisée en femme sexy, elle décide de suivre les conseils de son meilleur ami, David. Elle se rend donc à sa nouvelle audition telle qu’elle est. Retenue par l’équipe de production, Jamie se voit offrir son premier contrat. Malheureusement elle déchante vite en réalisant que le rôle qui lui est accordé est celui du héros, Steve. Convaincue par le producteur et réalisateur qui croient en ses talents d’actrices, Jamie accepte de se faire passer pour un…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Une lesbienne se fait retrouve piégée en tant qu'homme.

Note des lectrices : Soyez la première !
50

Butch Jamie est un long-métrage écrit, produit et réalisé par Michelle Ehlen qui tient également le rôle principal de Jamie. Expliquer que cette dernière porte littéralement le film sur ses épaules semble être facile quand on a dit tout cela mais c’est tellement vrai que l’on est obligé de souligner son incroyable prestation. Michelle Ehlen, loin de dépeindre un personnage faux et blessant, permet aux spectateurs de découvrir une femme intelligente, mais perdue, qui connaît les codes actuels de beauté. Lors de sa première audition, elle se « déguise » en femme fatale pour séduire et obtenir le rôle. Elle écoute en boucle des conseils débiles qui lui disent que ses seins font sa féminité, qu’elle est terriblement féminine etc etc… Mais elle n’est pas elle-même dans cette robe près du corps, ces chaussures à talons et ce maquillage outrancier. Elle se ridiculise lors de l’audition et déclenche le rire de son meilleur ami. En même temps, c’est une réalité qui n’a rien de comique, cette obligation de rentrer dans un rôle, un moule.

Jamie est attachante grâce à cet humour dont elle parsème sa vie et ses conversations avec ses amis alors même qu’elle est terriblement perdue. Elle aimerait réussir mais comment réussir sans être elle-même ? En même temps peut-elle être elle-même alors que la société entière lui renvoie une image de la femme totalement différente de celle qu’elle est ? Perdue par toutes ces questions, elle suit finalement le conseil de son ami, David, qui lui dit d’arrêter de se cacher.

Et là, elle obtient un rôle qui l’oblige, loin de cacher son côté masculin, à cacher son côté féminin. Un retournement de situation qui pourrait être drôle si seulement Jamie n’aimait pas être une femme et n’était pas une femme. Contrainte d’accepter ce travail, elle va alors jouer deux rôles. Celui de Steve et celui du « male Jamie » par opposition à ce qu’elle est réellement, « Butch Jamie ». Au début, je me suis dit que j’allais détester ces pastiches masculins qu’elle s’impose. Ces fausses pattes et cette fausse barbichette de couleur foncée alors même qu’elle est une blonde décolorée. Fait assez incroyable, on oublie vite ces accessoires alors qu’ils sont très visibles. Peut-être une manière de pouvoir crier « mais ne voyez-vous pas que je ne suis pas un homme ? »

On comprend très bien que Jamie se sente flattée par l’attrait de Jill. Même si elle se fait passer pour un homme, Jill semble apprécier sa conversation, ses petites blagues, son attitude. Elle aime être avec elle et on comprend que Jamie succombe à cette belle blonde au point de lui mentir. Ce n’est pas tous les jours que votre ego peut être regonflé à ce point.

Mes passages préférés sont ceux réunissant Jamie et Lola parce qu’il y a une réelle intimité entre les deux actrices. Une intimité qui rend leur colocation crédible. J’ai adoré la tête de Jamie quand elle ouvre la porte au rendez-vous de Lola et découvre que le rendez-vous en question est une femme. Lola le sait-elle ? Oui elle le sait et elle a souhaité ce rendez-vous. Non, elle n’est pas hétéro, elle est bisexuelle. Et non, être bisexuelle, ce n’est pas vraiment être lesbienne.

J’aime le naturel avec lequel les questions de genre et de relations sont déconstruites dans ce film. La manière dont Jamie essaie d’être un homme. La manière dont Jill essaie d’être hétéro. La manière dont Lola explique ce qu’est, pour elle, la bisexualité. Les a priori sont détruits avec simplicité et humour et c’est ce qui fait tout le charme de ce film dont on perçoit à peine le petit budget.

Ma seule réticence concerne le chat. Je ne savais pas que l’on pouvait vivre par procuration à travers la carrière d’un chat. Je trouvais déjà que c’était limite de le faire avec la carrière de ses enfants… Bon, ok, alors que toute lesbienne devrait s’extasier sur la place du chat et son rôle crucial, moi, j’ai trouvé ça excessif et lourd. J’avoue, je préfère quand les animaux restent à leur place d’animaux… Vous avez le droit de me jeter la première pierre sans problème.

Un film à voir, sincèrement, parce que j’ai rarement vu une butch aussi crédible et à son avantage dans un film.

Butch Jamie : Critiques Presse et Récompenses

Meilleure Performance au Festival du Film Queer The Fairy Tales en 2008.
Meilleur Scénario au Festival du Film Chicago Reeling en 2007.
Mention Spéciale au Festival du Film Gay et Lesbien de Barcelone en 2007.
Meilleur Performance Féminine au Festival du Film de Long Island en 2007.
Meilleur Rôle Féminin au Festival du Film Outfest en 2007.

« Une Comédie surprenante. » (The Advocate)
« Premier, second et troisième degré, tout y est ! Un film drôle et plein d’esprit. » (Lesbian News)

« Extremely well written, acted, and hysterically funny and engaging… a definite must see for all lesbians. » Cherry Grrl

« One of the year’s best examples of doing more with less…thanks to Ehlen’s fantastic comic timing and her smart, tight script, the film had an infectious charm and a slew of laugh-out-loud moments. » Danielle Riendau (AfterEllen.com)

« A modern day Tootsie for a whole new generation. » Lisa Cohen (Edge)

« Its sincerity, humor and sharp satirical edge give it a leg up…[Michelle Ehlen] tackles this potentially uncomfortable territory — after all, it’s her looks we’re talking about — with brave aplomb…[A] fresh entry into the gay cinema pantheon. » Laura Tiffany (Home Media Magazine)

« Ehlen originality lies in this sly, laid-back mix of gender theory and classic screwball…Which is a fancy way of saying, this film is funny ! » Erin Blackwell (Film Review)

« Consistently charming…clearly a movie from the heart. Butch Jamie is a big success. » Frank Paiva (Edge)

« Full of funny, original characters, Butch Jamie is an irresistible mix of drag, sarcasm and slapstick. » Candace Moore (Curve)

Butch Jamie : Extraits

JAMIE (à son miroir) : Regarde-moi ça. Jolis pectoraux. Tu vas à la gym ? Un peu. Regarde-moi ça. Je suis un vrai mec. Un vrai mec. Ok, vrai mec… Parle-moi. […] Je me la suis tapée. Cinq fois. Elle était bonne mais j’étais meilleure. Tu vois ce que je veux dire.

LOLA : Il n’y a pas de petits rôles. Seulement de petits chats.

JILL : Je trouve les petits mecs sexys.

JILL : Qu’est-ce que tu fais ? Un régime pauvre en glucides ?
MALE JAMIE : Oh, je suis végétarien.
JILL : Vraiment ? Je n’ai jamais rencontré d’homme végétarien avant.
MALE JAMIE : Il y a des hommes qui sont végétariens.
JILL : Je sais qu’il y en a ! Mais je n’en avais jamais rencontré. Juste des lesbiennes.
MALE JAMIE : C’est un stéréotype. Il y a un grand nombre des gens, je suis sûr, qui sont végétariens et qui ne sont pas des lesbiennes.
JILL : Ouais ! Comme les hippies !
MALE JAMIE : Exactement.
JILL : Je pense que c’est vraiment sexy.
MALE JAMIE : Quoi ? Les végétariens ?
JILL : Oui, que tu sois un homme hétéro végétarien. C’est vraiment sexy.
MALE JAMIE : Un petit végétarien.
JILL : Encore plus sexy.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre