Interview de Natasha Negovanlis et Elise Bauman

Interview liée à la websérie Carmilla

Natasha Negovanlis Elise Bauman

Interview accordée à Dana Piccoli le 15 septembre 2016 pour le site Afterellen.com

Après une longue année à attendre, la dernière saison de la websérie à succès Carmilla commence enfin. La série est devenue l’une des préférées d’Afterellen, et je porte personnellement cette websérie dans mon cœur. Organiser la fête de fin de saison de l’année dernière a été l’une des meilleures expériences de ma vie, et je sais que beaucoup de fans se sentent également très connectés à cette superbe websérie, drôle et souvent profondément émouvante.

J’ai eu le plaisir de discuter avec les stars de Carmilla : Natasha Negovanlis et Elise Bauman. Nous avons parlé de la saison 3, de la merveilleuse équipe de tournage et du casting fantastique, et bien sûr des adieux qu’il a fallu faire à cette série tant aimée.

Comment était-ce de poser le pied sur le plateau de Carmilla pour la dernière fois ?

Elise Bauman : C’était vraiment émouvant ! Cette série a été une part tellement importante de ma vie, de nos vies, ces deux dernières années. C’était un peu comme si c’était un match décisif. Genre, tout le monde était là, ensemble, à travailler en équipe. On savait tous quel était notre objectif, et nous visions tous la même chose. Mais il y avait aussi une espèce d’irrévocabilité là-dedans. C’était définitivement très émouvant et vraiment épique. C’était aussi absolument génial. Je crois qu’on a abattu un boulot vraiment super cette année.

Natasha Negovanlis : Pour ma part, j’ai juste eu l’impression de rentrer chez moi.

Tout simplement ?

NN : Oui, je ne sais pas si j’ai grand-chose à ajouter. J’ai eu l’impression de revenir chez moi. Il y a une ambiance tellement familiale sur le plateau et cette impression de famille avec notre équipe et les acteurs, et je trouve ça assez unique. Parce que très souvent, on tourne quelque chose et on créé des liens avec quelques personnes sur le plateau et parfois on les rencontre de nouveau lors de futures auditions. Mais, ici, tout le monde est vraiment lié à tout le monde, à la moindre personne. Je crois qu’on devient aussi beaucoup plus conscients de ça maintenant qu’on a davantage de projets à notre actif. Oui, il y avait définitivement une espèce de mélancolie sur le plateau, mais c’est aussi l’endroit où je me sens bien, heureuse. L’endroit où je suis la plus heureuse au monde.

La production a bénéficié de plus de moyens cette année. Est-ce que cela a changé quoi que ce soit pour vous au niveau de vos jeux d’acteurs ?

NN : C’est marrant, on n’arrête pas de nous dire ça, mais on n’a pas plus de moyens que pour la première saison. Ce n’est que de la poudre aux yeux.

[Rires]

NN : On n’arrête pas de nous dire ça et de nous dire que ça rend super bien. Je crois que la différence, cette fois-ci, c’est qu’on a tourné en studio plutôt qu’en extérieur. Il y a donc peut-être un côté un peu plus « Hollywoodien » parce que les lumières sont plus importantes et tout ça. Au niveau du budget, Smokebomb gère tellement bien : ils rendent quelque chose fantastique à partir de très peu.

D’après la bande-annonce, ça a vraiment l’air génial. J’ai vu chaque épisode plusieurs fois et en voyant la bande-annonce on aurait dit une série complètement différente [rires] donc…

EB : C’est juste qu’au fil des saisons, on a tous travaillé comme des fous et tout le monde est si doué, tous les services ont fait leur travail en quatre à cinq jours, c’est fou. Mais, tout le monde était tellement génial cette année. Le service artistique a fait quelque chose de magnifique avec ce plateau. Tout le monde travaillait tard. Tout s’est très bien passé et les gens, comme pour chaque saison, ont mis tout leur cœur dans le moindre petit détail. Au final, tout s’est bien goupillé et le rendu est plutôt fantastique.

Je suis curieuse, comment cette saison peut-elle être encore plus queer que les précédentes ? Est-ce que des paillettes vont sortir de notre écran ?

NN & EB : [Rires]

NN : Je crois qu’on a dit ça parce qu’on parle un peu plus de sexualité cette saison-ci. Dans les saisons précédentes, ce n’était pas au premier plan, ce qui, je trouve, était très cool parce que, quelque part, ça normalisait cet aspect queer et l’histoire se concentrait beaucoup sur le côté mystique. Et évidemment, elle se concentrait aussi sur Hollstein et sur leur relation, mais c’est bien que dans cette saison on ait enfin prononcé le mot « lesbienne », et qu’on mette en avant ces sujets. Je ne peux pas dire qui le dit mais…

EB : Et je crois aussi que ce n’est pas tant que la saison est un peu plus queer, c’est juste qu’elle est un peu plus torride [rires].

Oh, oh, oh ! Vous venez juste de faire exposer tout Internet, Elise.

EB : [Rires]

Et merci pour ça. Donc, ce sera plus torride. La saison deux était définitivement plus caliente que la une et cette saison-ci le sera encore plus que la deux ?

[La productrice de Carmilla, Emily Claire Afan, arrive] : Vous verrez !

Aaaaah, mon Dieu !

EB : Je suis en train de me mordre la langue, là.

Je sais, j’ai bien vu la façon dont vous avez toutes les deux regardé Emily.

EB & NN : [Rires]

Je sais que vous ne pouvez pas nous dire grand-chose, mais que pouvez-vous nous dire sur la saison 3 ?!

NN : Il y a beaucoup plus d’action, beaucoup plus de magie, et on voit beaucoup plus de choses à la caméra alors que les saisons précédentes on décrivait ce qu’il se passait hors champ. C’était vraiment cool de tourner cette saison, et je crois que c’est aussi le fait de filmer des scènes d’action qui nous donne l’impression que c’est beaucoup plus épique. Et, comme cela a été annoncé, Enrico [Colantoni] est là, ce qui fait de Laura une vraie Veronica Mars. C’était tellement génial d’avoir un acteur si adorable et expérimenté avec nous sur le plateau.

Retour à la fiche de présentation Carmilla

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre