Chroniques

L’Homosexualité Féminine en Inde

L'Homosexualité Féminine en Inde

C’est sans doute par le film indien Fire, produit en 1996 et sorti sur les écrans en 1998, que la majorité des lesbiennes du monde occidental a découvert le statut de l’homosexualité féminine en Inde. La réalisatrice, née en Inde mais formée au Canada et vivant à Toronto, avait entamé avec ce film une trilogie consacrée à la situation déplorable ...Lire la suite »

La criminelle était-elle une lesbienne ?

La criminelle était-elle une lesbienne ?

Au tournant du XXe siècle, aux États-Unis comme en Europe, les histoires de meurtres commis sur des femmes par leurs « petites amies » défraient la chronique et déclenchent de vifs débats sur la criminalité « homosexuelle ». Elles servent aussi à délégitimer les aspirations à l’égalité politique, à l’autonomie économique et à des alternatives à des vies domestiques bien réglées portées par des ...Lire la suite »

La Duchesse d’Aiguillon et Mme de Vigean, une amitié passionnée

La Duchesse d’Aiguillon

« Mme de Vigean se jeta à corps perdu dans les bras de Mme d’Aiguillon ; c’eut été une tygresse si elle l’eut rejetée. Elle a été son intendante, sa secrétaire, sa garde-malade et a quitté son ménage pour se donner entièrement à elle » : voici comme Tallemant de Réaux décrit les relations qui unissent une dame de la Cour très en vue ...Lire la suite »

La Nouvelle Visibilité des Lesbiennes à San Francisco dans les années 50-60

La Nouvelle Visibilité des Lesbiennes à San Francisco dans les années 50-60

Aux États-Unis et aujourd’hui encore dans le monde entier, une ville plus que toute autre est associée à la visibilité homosexuelle : c’est San Francisco. Pourquoi cette place toute particulière et pourquoi San Francisco plus que d’autres villes américaines ? Enfin, pourquoi les années 1950 sont-elles un tournant dans la visibilité des lesbiennes ? Pour le comprendre, il nous faut faire un bond ...Lire la suite »

La Pensée Queer Selon Judith Butler

La Pensée Queer Selon Judith Butler

Une fois n’est pas coutume, l’histoire d’aujourd’hui est beaucoup moins biographique que philosophique. Plusieurs raisons peuvent l’expliquer. La première tient au fait que Judith Butler a déjà fait l’objet d’une présentation sur le site dans la rubrique des personnalités. La deuxième tient à l’auteure elle-même qui refuse la biographie en tant que discours prétendant à dire la vérité d’un sujet. ...Lire la suite »

La romance en France – Ce paria aux oeufs d’or

Romance Lesbienne

Mais quelle est donc cette schizophrénie bien française qui frappe la romance ? Quelle est la place de la romance en France ? En termes de chiffres, la romance est loin d’être anecdotique. Il y a quelques années, le directeur général de Harlequin France, le géant du secteur, annonçait que la France était l’un des plus gros marchés du groupe en dehors ...Lire la suite »

La scène de sexe ou le syndrome de la planche savonneuse

scene sexe

[Voix off profonde, chaude et mystérieuse] : Le sexe… *pause théâtrale*… En littérature (Je sens une légère déception dans l’assistance ou c’est moi ? ^_^), c’est un sujet épineux s’il en est, qu’on soit auteure ou lectrice. La scène de sexe, par définition, peut se retrouver n’importe où, de la SF au thriller, elle est loin d’être réservée à la romance érotique. ...Lire la suite »

La Secte des Anandrynes

La Secte des Anandrynes

En 1770, à Paris, aurait existé une secte des Anandrynes fondée par Thérèse de Fleury et dirigée par la comédienne Françoise de Raucourt. Le mot « anandryne » est un terme savant, utilisé plutôt dans le vocabulaire biologique, pour désigner des femelles « privées de mâles ». La secte des Anandrynes serait donc une sorte de loge maçonnique secrète rassemblant des lesbiennes, ou plutôt ...Lire la suite »

Lady Amy Redpath Roddick (1868-1954)

Lady Amy Redpath Roddick

Lady Amy Redpath Roddick et sa bonne Rose posent toutes les deux en 1908 : cette photo étonnante est celle qu’a choisie Rosemary Rowe pour accompagner son interview à redécouvrir dans la catégorie ULTEC. Mais qui sont donc ces deux femmes et que savons-nous d’elles aujourd’hui ? Après quelques recherches sur Internet, voici ce qu’on peut retracer de la vie de ces ...Lire la suite »

Laura de Force Gordon (1838-1907), celle qui aimait son propre sexe

Laura de Force Gordon

En 1979, à San Francisco, les hasards de la fouille ont permis de découvrir une capsule enterrée dans Washington Square. Cette capsule renfermait un livre de Laura de Force Gordon intituléThe Great Geysers of California and how to reach them, publié en 1877. Sur la première page, on pouvait y lire une dédicace manuscrite : « Let it be known that the ...Lire la suite »

Le Cadeau (The Gift) de Taylor Rickard

Fictions Lesbiennes

Rachel errait dans le salon, contemplant tristement le calme de la pièce, ses livres, l’écran noir de la télévision et la chaine stéréo silencieuse. Aux murs, deux tableaux, une magnifique reproduction d’une carte du XVIIe siècle, et une pièce colorée d’art abstrait évoquant l’explosion de bâtiments sous une lune réconfortante. Un cadre solitaire trônait sur la télévision, une jeune femme ...Lire la suite »

Le Mal « Florentin »

Le Mal "Florentin"

Cette semaine, partons un peu en voyage pour explorer une référence à la subculture gay en la revisitant pour voir ce qu’en ont fait les lesbiennes. Mais d’abord, un peu d’histoire. En décembre 1415, le clergé florentin déclencha une campagne d’écrits et de sermons contre l’homosexualité. En 1432, des officiers avaient été institués pour surveiller les mœurs. L’archevêque Antonin n’osait ...Lire la suite »

Le mystère de la « disparition » de la romance lesbienne

Sherlock Holmes

Il y a quelques semaines, à l’occasion d’une table ronde sur la romance homosexuelle, j’ai été interrogée par une bloggeuse, sur l’absence ou supposée absence de la romance lesbienne chez les éditeurs classiques, alors même que la romance gay est, semble-t-il, en plein boom éditorial. Interpelée par cette question, et pas trop au fait de ce phénomène, je me suis ...Lire la suite »

Le numérique : le diable en binaire ou le paradis en Mégabytes ?

Cable de connexion

Le numérique a envahi de nombreux domaines, et l’on entend éloges et critiques à son propos. La photo numérique, par exemple, aurait démocratisé ce hobby. Plus besoin de s’inquiéter du coût de la pellicule, de compter chaque cliché. On mitraille et on trie au retour. En ce qui me concerne, ça m’a surtout permis d’avoir une chance de trouver le ...Lire la suite »

Les Dames de Llangollen

Les Dames de Llangollen

Les Dames de Llangollen ont souvent été décrites par leurs contemporains comme deux Irlandaises excentriques qui ont vécu ensemble pendant des années dans un petit village perdu du Pays de Galles et qui, non seulement, n’ont pas été traitées comme des parias mais ont provoqué la curiosité, la fascination et l’admiration de leurs voisins, de leurs compatriotes mais aussi des ...Lire la suite »

Les femmes cathares, ces bougresses

Les femmes cathares, ces bougresses

Au Moyen-Âge, l’Europe est majoritairement chrétienne. Depuis le XIe siècle, l’Église romaine, dominée par le Pape, essaie d’imposer ses règles à l’ensemble des sociétés qui se situent au nord du Bassin méditerranéen. Elle développe un christianisme de combat, à l’offensive, qui repousse les Musulmans vers les rives sud de la Méditerranée, convertit les païens de l’Europe du Nord, persécute les ...Lire la suite »

Les Garçons Manqués – Un choix ?

Les Garçons Manqués - Un choix ?

Si les hommes et les femmes ont des « identités » de genre prêtes à l’emploi et qu’ils intègrent et incarnent dans leur grande majorité, il est des cas où identités biologiques ou sexuelles et identités de genre ne coïncident pas. Ces garçons efféminés et filles viriles sont le plus souvent mal vus, sauf dans certains cas bien particuliers où une communauté ...Lire la suite »

Les Lesbiennes en Prison

Les Lesbiennes en Prison

Jusqu’à cet été s’est tenue à Paris une belle exposition de photographies que je n’ai malheureusement pas vue mais qui a marqué certaines d’entre nous. Son titre : « L’Impossible prison. Prison parisienne 1851-2010 » organisée par Catherine Tambrun et Christel Courtois. Parmi les clichés, celle d’un graffiti laissé par une détenue dans une prison pour femmes : « La femme que j’ai choisi (sic), ...Lire la suite »