Claire Of The Moon

Intellectualisation du désir

Année de Production : 1992

Réalisation : Nicole Conn

Scénario : Nicole Conn

Avec : Trisha Todd (Claire Jabrowski), Karen Trumbo (Dr. Noel Benedict), Faith McDevitt (Maggie), Craig Damen (Brian), Leslie Hidula (Erika), Caren Graham (Tara), Sheila Dickenson (B.J.), Patricia Blem (Arrow), Melissa Mitchell (Adriennce), Gathering Marbet (Amy), Sherilyn Lawson (Lynn)

Nationalité : Américaine

Genre : Drame

Durée : 1h 47min.

Titre Original : Claire Of The Moon

Claire Of The Moon : Résumé

Claire Of The Moon est un film de Nicole Conn sorti en 1992.

Dans l’Oregon, sur la côte américaine, plusieurs femmes romancières se réunissent afin de participer à un atelier d’écriture à Arcadia. Le Docteur Noël Benedict et Claire Jabrowski, satiriste, se voient alors obligées de partager le même bungalow pour leur plus grand malheur.

Les deux jeunes femmes sont très différentes l’une de l’autre et la cohabitation est non seulement très difficile mais devient vite insupportable. Claire est bruyante, distraite et couche avec des inconnus rencontrés dans des bars. Noël quant à elle, est une personne calme, distante, concentrée et elle essaye de se remettre d’une histoire d’amour sans avenir avec une patiente.

Tous les jeudis soir, toutes ces femmes écrivains se réunissent afin de discuter de rhétorique et de sémantique. Maggie, la propriétaire des lieux, une lesbienne militante, mène les débats. Au cours de tous ces échanges, Noël et Claire passent leur temps à s’affronter. Puis Noël révèle son homosexualité durant une discussion. Claire est troublée par cette révélation et va petit à petit se rapprocher de la jeune femme.

Un chassé-croisé amoureux va alors commencer à s’engager entre Noël et Claire, le tout parsemé de réflexions philosophiques.

Claire Of The Moon est un film de Nicole Conn sorti en 1992. Dans l'Oregon, sur la côte américaine, plusieurs femmes romancières se réunissent afin de participer à un atelier d'écriture à Arcadia. Le Docteur Noël Benedict et Claire Jabrowski, satiriste, se voient alors obligées de partager le même bungalow pour leur plus grand malheur. Les deux jeunes femmes sont très différentes l'une de l'autre et la cohabitation est non seulement très difficile mais devient vite insupportable. Claire est bruyante, distraite et couche avec des inconnus rencontrés dans des bars. Noël quant à elle, est une personne calme, distante, concentrée…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un mauvais film lesbien.

Note des lectrices : 2.68 ( 2 votes)
46

Ce film traite avec subtilité du désir, de la force de celui-ci et de sa persistance qui peut devenir des plus entêtantes. Il aborde de manière intéressante la peur qui résulte de l’attirance et de la passion.

Les actrices jouent extrêmement bien et donnent vie à leurs personnages. Elles s’affrontent au début puis s’observent, se découvrent et finalement se rapprochent.

Une seule chose peut être reprochée à ce long-métrage, ses longueurs. Ses longueurs et ses discours pseudo-philosophiques qui à la fin finissent par devenir lassant voire ennuyeux même si les thèmes abordés sont forts intéressants. L’histoire est réfléchie et les dialogues ont une consistance plutôt rare pour un film traitant de l’homosexualité féminine.

Claire of The Moon se laisse voir. Pourtant à la fin, persiste une impression désagréable difficile à définir. Comme si ce long-métrage s’était égaré dans un dédale de réflexion et un abyme de questions sans apporter la moindre réponse à part une belle scène d’amour.

Claire Of The Moon : Critiques Presse et Récompenses

« Gracieux, sensuel et persuasif… élégant et articulé de manière impressionnante » (L.A. Times)

Claire Of The Moon : Extraits

TARA  : Avez-vous oublié le mouvement féministe ?
NOËL  : Pas du tout. Mais nous nous comportons comme des enfants qui veulent s’affirmer et qui au premier problème retournent dans les jupons de leur mère. Nous n’allons pas au fond de ce que nous réclamons.
TARA  : Vous pensez à la préférence sexuelle ?
NOËL  : À tout ça. Théoriquement, nous sommes un groupe de femmes évoluées qui réfléchissent sur notre mode de vie, notre travail ou nos compromis.
TARA  : Certains compromis n’en valent simplement pas la peine.
NOËL  : Si par ceci, vous faites référence à mon lesbianisme. Si j’avais fait un autre choix, c’est un compromis qui m’aurait coûté cher. Vous êtes épouvantée par mes choix. Je ne le prends pas pour moi. Mais vous avez illustré mon point de vue. Même nous les lesbiennes n’exploitons pas notre diversité dans notre sous-culture et simplement parce que nous avons peur de prendre le pouvoir.
CLAIRE  : Peut-être collectivement. Mais individuellement, il y a un énorme pouvoir à être une femme si vous savez comment l’utiliser.

NOËL  : Je ne flirte jamais avec les hétéros.
CLAIRE  : Non ? Comment se fait-il ?
NOËL  : Elles ont trop de prérogatives hétéros.
CLAIRE  : Mais si elles ne faisaient que suivre leur destin ?
NOËL  : Leur destin ? C’est plutôt un intérêt passager.
CLAIRE  : Qu’en est-il de cette supposition exotique. Oh oui, votre théorie du Vampire.
NOËL  : Ce n’est pas ma théorie, c’est une allégorie.
CLAIRE  : Qu’importe, elle est intéressante.
NOËL  : Pour qui ?
CLAIRE  : Convertir quelqu’un peut être le summum de la séduction. Vous transpercez la peau, vous aspirez la passion et vous la laissez pantelante pour toujours.
NOËL  : Jusqu’à ce que cela devienne inconfortable et que le mari le découvre. Ouvrir des portes peut être très excitant mais je ne suis pas la lesbienne de service. De plus, je n’ai jamais été impliquée dans une relation avec une bisexuelle.
CLAIRE  : Je pense que vous n’avez jamais été impliquée du tout.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Un commentaire

  1. Je crois que c’est MON film préféré de tous les temps (ou presque). Je ne pourrais pas dire pourquoi, mais j’ai été totalement emporté par le film, son rythme, ces actrices, et je ne parle même pas de la scène de la danse qui est certainement celle que j’ai vu le plus, tout film confondu.
    Bon je suis certainement une des seules sur cette planète à penser ca, mais film à voir!!!!!! 😀

Répondre