Cul Nu de Cy Jung

Cul Nu de Cy Jung

Titre Français : Cul Nu

Titre Original : Cul Nu

Auteur : Cy Jung

Date de Sortie : 15 Mai 2001

Nationalité : Française

Genre : Erotique, Nouvelles

Nombre de Pages : 203 pages

Editeur : KTM Éditions

ISBN : 2-913066-08-9

Cul Nu : Quatrième de Couverture

Fantasmes, émotions, tendresse…
Que ce soit la visite imprévue d’une voisine ou bien les retrouvailles de deux amies d’enfance, que l’on soit au néolithique ou au XXIe siècle, dans un couvent ou une cabine d’essayage, les mises en scène drôles et coquines se succèdent.
Sam, Céline, Diane, Marinette, Fatou et les autres peuvent alors laisser libre cours à leurs désirs.
Quant à la narratrice, si vous saviez tout ce qu’elle fait !

Cy Jung a posé dès son premier roman (Once Upon A Poulette – 1998) les jalons d’une écriture du désir féminin.
Avec ce recueil elle propose un érotisme lesbien à multiples facettes, libre et libertin.

Cul Nu : Avis Personnel

Cul Nu est un roman érotique. Vous pensez qu’une fois que j’ai dit cela, j’ai tout dit et à dire vrai avant de l’acheter, je pensais que ce genre de présentation était suffisant. Eh bien non. Je veux dire ça ne suffit pas. L’introduction d’Isabelle Thézé est à ce titre magnifique, puisqu’elle donne un autre aperçu de ce type de littérature.

Cul Nu est un recueil de nouvelles érotiques lesbiennes. Il n’y a pas d’hommes qui arrivent inopinément au meilleur moment et il n’est même pas question de ces derniers. Il est uniquement question de désir, de sexualité et de jouissance féminine. Je n’ai jamais lu de livre ou de roman qui aborde autant de facettes de la sexualité lesbienne en passant d’une histoire à une autre en quelques pages.

Cy Jung révèle ici tout son talent et son humour. L’histoire est parfois agréablement revisitée du mésolithique (j’ai absolument adoré celle-là) à la Révolution Française. Et on a aussi chaud qu’on sourit en découvrant ce recueil de nouvelles.

J’ai vraiment adoré parce qu’il existe une réelle unité entre les histoires alors que l’écriture est parfois très différente de l’une à l’autre.

C’est à vous de voir ce que vous attendez d’un livre…

Cul Nu : Extraits

« Le lendemain, elle se réveille à l’intérieur de la hutte. Ce doit être l’inconnue qui l’a portée là. Une écorce concave contenant un breuvage noirâtre l’attend au pied de sa couche. Elle s’empare du bol et sort. Le soleil est déjà haut. Elle boit à petites gorgées cherchant du regard son hôtesse. Elle ne la voit pas. Alors qu’elle a la possibilité de fuir, elle s’installe pour l’attendre : personne ne lui avait encore apporté son petit déjeuner au lit et une telle attention lui inspire l’envie de ne plus jamais la quitter. En ce matin de l’an neuf mille cinq cent trente-six avant Jésus-Christ, elle vient de découvrir la monogamie. Avec le macramé, cela commence à faire !
Sa boisson avalée, elle se relève et inspecte son nouvel univers, un petit plateau parsemé d’arbres qui surplombe la forêt. L’endroit est charmant. A l’entour de son logis, l’inconnue a délimité avec des pierres un espace où la terre est retournée et où poussent des végétaux étrangement alignés. Un peu plus loin, des combustibles sont empilés à côté d’une petite hutte où des aliments ont été mis à sécher. Une peau est étendue sur une branche.
Par un chemin escarpé, elle contourne le rocher et déniche une cascade suffisamment haute pour y tenir debout et qui s’écoule dans un bassin avant de fluer en contrebas dans la plaine. L’onde est claire. La fille de Cro-Magnon retire sa peau de bête et plonge. Après quelques brasses, elle se remet debout pile sous la chute d’eau et se lave en chantonnant.
– La, la, la, schtroumph lala, schtroumph lala, schtroumph lala…
La fille de Cro-Magnon est radieuse. Elle vient de découvrir les vertus euphorisantes de la musique. L’époque est faste.
– Gouhhh !
Le grognement familier lui fait tourner la tête. Son hôtesse est au bord de l’eau, un harpon où sont embrochés cinq poissons à la main, un grand sourire aux lèvres. La fille de Cro-Magnon la prie de la rejoindre.
– Douhhh !
L’autre ne se fait pas prier. Elle se dévêt et court à sa rencontre. Spontanément, elles tombent dans les bras l’une de l’autre. Un instant gênées de ce contact inhabituel, elles restent coites. La fraction de seconde d’après, elles resserrent leur étreinte et s’embrassent du bout des lèvres. Elles viennent d’inventer le baiser sans la langue. Décidément… » (Pages 25-26)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre