D.E.B.S.

Une histoire loufoque d'espionnage et d'amour saphique

Année de Production : 2004

Réalisation : Angela Robinson

Scénario : Angela Robinson

Avec : Sara Foster (Amy), Jordana Brewster (Lucy), Devon Aoki (Dominique), Jill Ritchie (Janet), Meagan Good (Max), Michael Clarke Duncan (le Président de la D.E.B.S. Academy), Holland Taylor (la directrice Me Peatree), Geoff Stults (Bobby), Jimmi Simpson (Scud), Jessica Cauffiel (Ninotchka), Scoot McNairy (Stoner), Ryan Xavier (Hutch), Eric Bochniarz (David), Michael Mastro (Kirk)

Nationalité : Américaine

Genre : Comédie, Policier & Thriller, Romance

Durée : 1h 31min.

Titre Original : D.E.B.S.


Interview(s) :

Interview d’Angela Robinson
Interview de Jordana Brewster

D.E.B.S. : Résumé

Le D.E.B.S. est une agence secrète gouvernementale qui a pour mission de protéger les États-Unis. Elle recrute ses espions lors d’un test d’aptitude dissimulé derrière l’examen de fin d’études secondaires. Celui-ci permet de découvrir quels individus sauront mentir, tricher, se battre et tuer et ainsi devenir de parfaits agents secrets.

Amy a obtenu le meilleur score à ce test et apparaît donc comme l’espionne idéale. Cette jeune femme poursuit ses études à l’académie du D.E.B.S. avec ses amies, Max, la chef impitoyable et carriériste, Janet, une adolescente timide, polie et peureuse ainsi que Dominique, une grande fumeuse irrespectueuse et accro aux garçons.

Lors d’un briefing, ces quatre étudiantes se voient confier une mission par la directrice et le président de l’académie en personnes. Elles doivent surveiller Lucy Diamond, la plus grande criminelle au monde. Elles sont chargées de découvrir quelles sont les raisons qui ont amené cette superbe jeune femme à sortir de sa retraite et à rencontrer une tueuse à gages russe.

Durant la mission de surveillance, Bobby, l’ex-petit ami d’Amy, fait une erreur. En voulant récupérer le bracelet qu’il avait offert à la jeune femme, il dévoile leur présence et une fusillade éclate dans le restaurant. Cette fusillade oppose Lucy et Ninotchka, la tueuse à gages russe aux D.E.B.S., à la C.I.A.et au F.B.I.

Lors de sa fuite, Lucy croise Amy. Les deux jeunes femmes se menacent respectivement de leur arme mais aucune ne tire. Lucy explique qu’elle n’a rien fait, qu’il s’agissait seulement d’un rendez-vous amoureux arrangé et elle demande à Amy de la laisser s’enfuir. Amy refuse mais intriguée par la criminelle, lui parle de la thèse qu’elle réalise à son sujet.

Profitant d’un instant d’inattention d’Amy, Lucy parvient à s’échapper. Elle retrouve son ami Scud et lui fait part de sa rencontre avec la jeune D.E.B.S. Séduite par celle-ci, Lucy met ensuite tout en œuvre pour la revoir. Kidnapping, braquage de banque, elle ne recule devant rien.

Amy, l’espionne au score parfait tombe finalement amoureuse de Lucy, la criminelle la plus recherchée au monde qu’elle devait arrêter.

Le D.E.B.S. est une agence secrète gouvernementale qui a pour mission de protéger les États-Unis. Elle recrute ses espions lors d'un test d'aptitude dissimulé derrière l'examen de fin d'études secondaires. Celui-ci permet de découvrir quels individus sauront mentir, tricher, se battre et tuer et ainsi devenir de parfaits agents secrets. Amy a obtenu le meilleur score à ce test et apparaît donc comme l'espionne idéale. Cette jeune femme poursuit ses études à l'académie du D.E.B.S. avec ses amies, Max, la chef impitoyable et carriériste, Janet, une adolescente timide, polie et peureuse ainsi que Dominique, une grande fumeuse irrespectueuse et accro…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un incontournable lesbien !

Note des lectrices : 4.07 ( 44 votes)
84

Un film kitch à prendre au second degré. La réalisatrice, Angela Robinson, avoue elle-même s’être inspirée de films tels que Cody Banks et Spy Kids. Si vous parvenez à oublier les invraisemblances, si vous avez envie de vous détendre sans vous prendre la tête, ce film est idéal. Il y a vraiment de très bons passages complètement délirants.

Ce long-métrage qui mélange action, suspense et romance est à mon sens d’une grande originalité. Parce que James Bond, à chaque mission, s’envoie en l’air avec la criminelle de service et que là, pour une fois, c’est l’héroïne parfaite, mesurée, bien sous tout rapport qui tombe amoureuse de la Grande Méchante.

Bien sûr, toute la dynamique du film aurait pu être perturbée par cette relation lesbienne, pourtant il n’en est rien. C’est là le tour de force de D.E.B.S. Faire d’une histoire d’amour saphique une simple histoire d’amour entre une gentille et une méchante sans aller plus loin, sans poser de questions existentielles. Leur liaison n’est pas impossible parce qu’elles sont deux femmes mais parce qu’elles sont ennemies. Et ça c’est du jamais vu.

Ne manquez pas ce film si vous avez envie de changer d’air.

Pour la petite histoire, D.E.B.S. était au départ un court-métrage réalisé en 2003 par Angela Robinson. Cette dernière a écrit et réalisé cette adaptation homonyme sur grand écran.

D.E.B.S. : Critiques Presse et Récompenses

Prix des lecteurs du journal Siegessäule au Festival de Berlin 2004.
Présenté au Festival de Sundance en 2004.

D.E.B.S. : Extraits

SCUD  : La rencontre est prévue à 20 heures ce soir.
LUCY  : D’où tu la sors ?
SCUD  : C’est Zeta qui nous a filé le tuyau. Elle est disponible, elle arrive de Prague, elle vient s’installer dans le coin.
LUCY  : Une tueuse ?
SCUD  : Exact.
LUCY  : Où est-ce qu’on se voit ?
SCUD  : Les deux amours. Tendance. Discret.
LUCY  : Annule.
SCUD  : Pourquoi ? J’ai réservé la table !
LUCY  : J’ai horreur qu’on m’arrange un rencard.
SCUD  : Oui eh ben si tu compares avec les autres fois, tu verras que c’est très différent.
LUCY  : Dis-lui, dis-lui que je pourrai pas venir, que j’ai un imprévu de dernière minute.
SCUD  : C’est bon Lucy, ça fait deux ans. Il va falloir aller voir ailleurs.
LUCY  : C’est bien ce que j’ai fait. Je suis sortie avec la batteuse du groupe pop. La fille qui parlait fort.
SCUD  : Non, t’es pas sortie avec elle. On est sortis tous ensemble. Et t’as raconté une connerie comme quoi t’avais bouffé un truc pourri et t’es rentrée plus tôt.
LUCY  : Oui, mais elle te hurle dans les oreilles même juste à côté de toi.
SCUD  : Ouais, c’est vrai. Je sais très bien ce que t’essayes de faire. T’essayes de tout oublier avec tes petits plans merdiques pour détruire le monde. Mais il est temps de dépasser ça maintenant, ok ? Tu t’es fait larguer.
LUCY  : J’me suis pas fait larguer.
SCUD  : Oh et de façon très moche. Et c’est nul ! Ça a été long et pour oublier t’as été en Antarctique, au bout du monde
LUCY  : À Reykjavik, c’est en Islande.
SCUD  : Maintenant, il est grand temps de reprendre une vie normale, Lucy. Eh ! T’as rencard ce soir. Avec une superbe tueuse à gages russe. Et tu vas y aller point barre. Lucy ?
LUCY  : Ça va. J’irai. Ok, t’inquiète pas, je vais y aller.
SCUD  : Promets-moi d’être ouverte.
LUCY  : Ouverte à quoi ?
SCUD  : Ouverte à l’amour !

LUCY  : Je suis partante dès qu’il s’agit de prendre toute la planète en otage ; pourquoi je suis liquéfiée pour un plan à la con ?
SCUD  : Parce que… L’amour c’est plus hard que le crime. À toi de jouer. Sois mortelle ! Au sens figuré !

LUCY  : Je suis pas fréquentable ? Je vais lui en donner une bonne raison.
SCUD  : Qu’est-ce que tu fais ?
LUCY  : L’Australie est foutue.
SCUD  : C’est quoi ton problème avec les Australiens ?
LUCY  : Je déteste leur accent.
SCUD  : Ok. Ça suffit. Amène-toi.
LUCY  : Pfff. Scud, je sais pas comment ça m’est arrivé. J’ai perdu le goût d’être la méchante.
SCUD  : Est-ce que tu l’aimes ? T’es prête à tout abandonner ? Tu serais prête à tout lâcher ?
LUCY  : À tout lâcher, oui.
SCUD  : Bon. Dans ce cas, on passe à l’attaque.
LUCY  : Quoi ?
SCUD  : Il faut qu’on la ramène.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

6 commentaires

  1. Ce film est très rafraîchissant, il m’a beaucoup fait rire !

  2. Tout est bon dans ce film :) Jordana brewster quoi 😉

  3. Sam 24 Déc 2011 22:35

    finally!! j’ai enfin le court-métrage et le film

    je savais qu’il fallait le prendre comme Bitch Slap dans le style…. et franchement j’ai surkiffé!!

    j’ai plus rigolé sur le court-métrage mais le film est génial aussi.

    la BO est top, les actrices nickel et la photographie bien faites.

    si on veut passer un bon moment bien rigolo, à voir absolument!

    sinon Jordana Brewster est juste 😀 😀 woaw!

    • Bitch Slap !! Ah ah.

      Non quand même pas ! Enfin si, mais les deux films ne jouent pas dans la même cour, bien que les deux soient des cours du second degré.

      En tout cas oui DEBS est un film culte, c’est drôle, inventif, improbable (il y a même un décor de « American history X » !), et ça donne envie de le voir régulièrement, juste pour admirer : comment des filles peuvent courir avec des jupes aussi courtes sans montrer leurs dessous, les soquettes d’Amy, le sourire de Lucy, l’accent français de Dominique, les T shirt de Scud,le coucher de soleil, le range flingue de Janet, la tête de premier de la classe macho de Bobby et plein de scènes qui mises bout à bout doivent faire la longueur du film en entier.

  4. J’aime beaucoup ce film qui nous projette dans l’histoire d’amour la plus improbable !

Répondre