Deux Femmes Amoureuses

Originalité : zéro

Année de Production : 2014

Date de Sortie : 13 février 2015

Réalisation : Rainer Kaufmann

Scénario : Kathrin Richter, Jürgen Schlagenhof

Avec : Ina Weisse (Marie), Erika Marozsán (Ayla), Linda Gegusch (Justine), Dorothee Krüger (Britta), Jordan Elliot Dwyer (Fridy), Margot Nagel (Susanne), Aljosha Horvat (Vladec)

Nationalité : allemande

Genre : Drame, Romance

Durée : 1h 27min.

Titre Original : Ich will Dich

Deux Femmes Amoureuses : Résumé

Deux Femmes Amoureuses est un film de Rainer Kaufmann sorti pour la première fois en France en 2015.

Marie et Bernd, mariés et parents de deux ados, gèrent pour le mieux leur cabinet d’architectes. Dom, un vieil ami de Marie, leur présente un jour Ayla, sa nouvelle compagne. Marie tombe immédiatement sous le charme de cette fille peu conventionnelle et débordante d’énergie. Elle ne tarde pas à réaliser que son trouble est réciproque et les deux femmes entament une liaison passionnée, qui ne leur fait toutefois pas renoncer à leurs hommes. Ayla se marie comme prévu avec Dom et attend bientôt un enfant. Mais le fils de Marie et Bernd finit par faire éclater la vérité lors du réveillon de Noël.

Deux Femmes Amoureuses est un film de Rainer Kaufmann sorti pour la première fois en France en 2015. Marie et Bernd, mariés et parents de deux ados, gèrent pour le mieux leur cabinet d’architectes. Dom, un vieil ami de Marie, leur présente un jour Ayla, sa nouvelle compagne. Marie tombe immédiatement sous le charme de cette fille peu conventionnelle et débordante d’énergie. Elle ne tarde pas à réaliser que son trouble est réciproque et les deux femmes entament une liaison passionnée, qui ne leur fait toutefois pas renoncer à leurs hommes. Ayla se marie comme prévu avec Dom et attend…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : À regarder en faisant autre chose

Note des lectrices : 3.05 ( 9 votes)
43

Je n’avais pas envie de regarder ce film, j’avais vu la bande-annonce et elle ne laissait rien présager de bon à mon sens. Je l’ai tout de même visionné et le point positif c’est que je n’ai pas été déçue : je n’ai pas aimé, c’était pile ce à quoi je m’attendais.

Le scénario n’a absolument rien d’original, j’aurais pu écrire tous les « rebondissements » du film en ayant simplement lu les deux lignes du synopsis. Pire encore, si la grande majorité des scènes est prévisible, certains passages tombent, pour moi, dans le ridicule. Je ne vous en dirai pas plus pour ne rien vous spoiler, mais je crois que le coup de l’échelle m’a achevée.

Si l’histoire ne casse pas trois pattes à un canard, peut-être que les personnages sont bien écrits et attachants, me direz-vous. Perdu. Marie m’a un peu fait penser à Mia dans Kyss Mig : elle affiche toujours la même expression et se laisse porter par les événements. Elle a beau eu se sentir revivre en tombant amoureuse d’Ayla, je la trouvais toujours aussi terne et fade.

En parlant d’Ayla, elle est assez insupportable. « Comment je fais pour aller à la boulangerie ? », « Comment je fais pour me préparer une tasse de café ? », « Oh la la, j’ai perdu ma bague de fiançailles dans la forêt, vite il faut que je rentre à la maison pour demander à Marie de m’aider à la chercher. Oh, ben mince, maintenant qu’on est dans la forêt, je ne me souviens plus du chemin que j’avais emprunté la première fois. »

La question que je me pose donc est : est-ce qu’Ayla est capable de faire quelque chose toute seule ? La réponse est apportée plus tard par Bernd : non. Lorsque Dom (le futur mari d’Ayla) s’absente quelques jours, Bernd dit à Marie, en parlant d’Ayla : « Il faudra qu’on s’occupe d’elle ». C’est donc officiellement une enfant. Ou un animal de compagnie. J’ai aussi eu l’impression qu’elle aurait pu avoir un léger côté folle psychopathe, un peu à la manière d’Hedy dans JF partagerait appartement (Single White Female). Malheureusement, ce côté-là n’est pas du tout exploité. Dommage, ça aurait peut-être rendu le film un petit peu plus intéressant.

Les maris des deux femmes, quant à eux, ne servent honnêtement pas à grand-chose. Bernd est là uniquement pour tromper sa femme qui aura la conscience plus « tranquille » lorsque celle-ci le trompera à son tour avec Ayla.

Enfin , bref, Deux Femmes Amoureuses est un téléfilm qui, comme je l’avais pressenti, ne vaut pas le détour. Si vous voulez le regarder pour vous faire votre avis, allez-y, mais je vous conseille tout de même de faire autre chose en même temps : nettoyer, balayer, astiquer…

Deux Femmes Amoureuses : Extraits

Marie : Que les choses soient claires, je ne suis pas lesbienne.

Ayla : Mais, moi non plus.

Bernd: Parfois je me demande ce qu’il se passe dans ta tête.

Ayla : J’ai fait une grosse erreur en acceptant ce mariage.

Ayla : Tout tourne toujours autour de soi sinon la vie n’a aucun sens.

Marie : Tu couches avec Dom ?

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

3 commentaires

  1. bof, il y a quelques années cela aurait pu faire les après-midi de M6. Alors que je crois l’avoir regardé sur ARTE. Les temps changent… Je me rappelle avoir été déprimée en le regardant. Tout m’avait paru terne, les personnages, les décors, l’automne allemand, l’hiver allemand, les actrices (et je ne parle pas des acteurs parce que je ne me rappelle rien des personnages masculins).

  2. J’ai trouvé ta critique très drôle et tristement réaliste, c’est vrai que j’ai tiqué aussi sur le moment où elle revient la supplier pour aller chercher la bague au milieu d’une immense forêt – remplie de feuilles mortes qui plus est (et je vous laisse deviner l’issue très crédible de cette recherche de bague) – mais aussi sur le moment où le mari dit qu’il va falloir s’occuper d’elle. Pourquoi? Elle est adulte à ce que je sache.
    En bref, je n’ai pas du tout aimé le téléfilm non plus, et j’ai trouvé certaines tournures de scénario si risibles que j’ai complètement décroché (exemple la manière dont se fait l’annonce de la grossesse ou encore le délire bizarre de vivre tous ensemble dans une maison et élever le gamin en communauté comme s’ils étaient les meilleurs amis du monde alors qu’en fait, ils ne se connaissent pas si bien et s’étaient perdu de vue pendant super longtemps); mais cependant, je comprends aussi que l’on ait pu aimer cette narration vers une histoire d’amour qui se concrétise et qui fait doucement son chemin, comme le souligne Nathalie dans son commentaire. J’ai aimé que le personnage de Marie lache un peu du lest et devienne une meilleure mère pour ses enfants. Ca ne casse pas trois pattes à un canard, mais ça reste un téléfilm avec une bonne intention (malheureusement, ça ne suffit pas pour autant).

  3. Oh je suis étonnée Lou que tu n’ai pas aimée. Personnellement j’ai trouvé que c’était le meilleur téléfilm lesbien de l’an dernier. Certainement pas a regarder en faisant autre chose. Je conseille à celles et ceux qui ne l’ont pas vu de le regarder. J ‘ai beaucoup aimer l’évolution des 2 femmes vers l’acception de cet amour qu’elles rejettent au départ pour rester dans la « normalité » .Belle interprétation aussi d’Ina Weisse.
    Une belle histoire d’amour 5/5!!!

Répondre