Fièvre à Columbus University

Une femme violée qui devient bisexuelle

Année de Production : 1995

Réalisation : John Singleton

Scénario : John Singleton

Avec : Omar Epps (Malik Williams), Kristy Swanson (Kristen Connor), Michael Rapaport (Remy), Jennifer Connelly (Taryn), Ice Cube (Fudge), Tyra Banks (Deja), Laurence Fishburne (Professeur Maurice Phipps), Busta Rhymes (Dreads)

Nationalité : Américaine

Genre : Drame

Durée : 2h 08min.

Titre Original : Higher Learning

Fièvre à Columbus University : Résumé

Dans Fièvre à Columbus University, Columbus University est l’une des universités les plus cotées des États-Unis. L’enseignement y est de qualité, les professeurs y sont charismatiques et les étudiants de toutes races, sexe et nationalités s’y côtoient sans problème apparent.

Kristen Connor, issue de la petite bourgeoisie, entre en première année tout comme Remy, un jeune homme silencieux, timide et perdu ainsi que Malik, un coureur noir titulaire d’une bourse sportive. Chacun d’eux cherche sa place de son côté.

Après une soirée arrosée, Kristen est violée. Meurtrie, elle essaie de reprendre pied et rencontre Taryn, une jeune lesbienne qui la soutient et l’écoute après cette terrible épreuve. Elle intègre l’association antisexiste créée par son amie et devient militante. Remy, seul et sans ami, rencontre Scott Moss, un néo-nazi. Il se fait endoctriner par celui-ci et sa bande de skinheads. Remy, de plus en plus agressif et violent, menace Malik et achète une arme à feu. Malik, de son côté, s’insurge constamment contre le racisme omniprésent sur le campus. Il fait connaissance avec Maurice Phipps, son professeur de sciences politiques et Fudge, un leader noir étudiant. Alors qu’il s’entraîne, il croise Deja, une très belle athlète noire, intelligente et douce dont il tombe amoureux.

Malgré leurs différences, chacun des étudiants doit se battre pour s’imposer, être reconnu et devenir enfin celui qu’il est.

Dans Fièvre à Columbus University, Columbus University est l'une des universités les plus cotées des États-Unis. L'enseignement y est de qualité, les professeurs y sont charismatiques et les étudiants de toutes races, sexe et nationalités s'y côtoient sans problème apparent. Kristen Connor, issue de la petite bourgeoisie, entre en première année tout comme Remy, un jeune homme silencieux, timide et perdu ainsi que Malik, un coureur noir titulaire d'une bourse sportive. Chacun d'eux cherche sa place de son côté. Après une soirée arrosée, Kristen est violée. Meurtrie, elle essaie de reprendre pied et rencontre Taryn, une jeune lesbienne qui la…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Moyen. Bof.

Note des lectrices : 4 ( 1 votes)
46

Un film dérangeant, dur et efficace. On comprend qu’à sa sortie en 1995, ce long-métrage ait eu peu de succès, il était sacrément osé et en avance sur son temps. Higher Learning aborde les questions de sexualité, de racisme, d’intégration, de reconnaissance et de liberté. Tout ça dans un seul film.

Les acteurs, peu connus lors de la sortie en salle, font aujourd’hui partie du paysage cinématographique et télévisuel du moment. Omar Epps joue dans la série télévisée House, M.D. et a fait plusieurs apparitions dans Urgences, Kristy Swanson avait participé au film Buffy contre les Vampires, Michael Rapaport était l’un des personnages principaux de Boston Public, tout comme Jason Wilkes l’était sur NY 911, Laurence Fishburne fait partie de la Trilogie Matrix, Jennifer Connelly a joué dans le film Hulk et enfin Ice Cube s’est vu consacré dans XXX 2 : State of the Union. Que du beau monde.

Dans Higher Learning, l’aspect du racisme, de la ségrégation raciale, de la violence et des groupuscules extrémistes est très bien dépeint et fait froid dans le dos. Ça sonne juste et c’est ce qui est le plus effrayant à mon avis. Par contre, la représentation de la bisexualité et de l’homosexualité est plus mitigée, plus en retrait et moins parfaite.

Kristen Connor, lorsqu’elle arrive à l’Université, semble un peu perdue. Elle est douce, gentille, innocente et ne connaît rien à la vie. Elle se fait violer après une soirée un peu trop arrosée et ne porte pas plainte parce que « ça ne servirait à rien. » Kristen rencontre ensuite Taryn, une jeune femme sensible, réservée et douce. Celle-ci l’aide et la soutient durant cette épreuve.

Les deux jeunes femmes se rapprochent de plus en plus et une amitié sincère naît entre elles. La sexualité de Taryn, même si elle n’est jamais nommée, apparaît claire dès les premiers instants. Elle est lesbienne parce qu’elle appartient à un groupe antisexiste qui refuse les hommes et qu’elle est amie uniquement avec des femmes. Elle n’a pas le physique de la lesbienne typiquement hollywoodienne, elle a les cheveux longs, elle est naturelle et douce. Taryn n’est pas dangereuse.

L’amitié entre Kristen et Taryn se transforme petit à petit en attirance et un soir, Kristen propose à son amie de passer la nuit avec elle. Taryn semble touchée mais elle déclare à Kristen : «  Est-ce que tu es sûre d’être prête ? Ne le fais pas uniquement par fascination. Je veux que tu n’ais pas de doutes. » Si ce n’est pas parfait comme réponse, ça.
Si Taryn semble attirée par Kristen, c’est normal, cela s’explique par le fait qu’elle est lesbienne. Par contre, si Kristen souhaite coucher avec son amie, cela apparaît comme le résultat de son viol. Elle a peur qu’un homme la touche. Et pourtant, lorsqu’elle rencontre Wayne, un gentil garçon aux cheveux longs, elle semble très attirée par celui-ci.
La scène d’amour est l’apogée de la bisexualité de Kristen. Elle embrasse Taryn qui devient Wayne qui redevient Taryn. Enfin, ce qui signifie qu’elle a couché avec les deux ou qu’elle compte le faire. Seulement quelque part, ça ôte tout son sens à la relation Taryn/Kristen puisque cette dernière pense à un homme alors qu’elle couche avec une femme.

De plus, la bisexualité de Kristen semble le résultat de son viol et ça c’est un cliché qui ne devrait plus être représenté. Par ailleurs, la ligne narrative de Kristen a été réduite pour privilégier celles de Malik et Remi. Seulement au final, cette réalité se ressent. C’est comme si des moments clés avaient été coupés au montage. On a la rencontre entre Kristen et Wayne mais pas la suite par exemple, on a la scène d’amour puis on a Kristen qui regarde les deux personnes qui l’attirent mais pas de choix ni de fin. Et c’est réellement dommage sur un film aussi fort et intéressant.

Fièvre à Columbus University : Critiques Presse et Récompenses

Vainqueur d’un Image Award en 1996 dans la Catégorie Meilleur Second Rôle Masculin pour Laurence Fishburne.

Nommé aux Image Awards en 1996 dans la Catégorie Meilleur Second Rôle Masculin pour Ice Cube.

Fièvre à Columbus University : Extraits

TARYN  : Hé ! Pourquoi tu es toute seule ?
KRISTEN  : Je sais pas.
TARYN  : La nuit, sur le campus, il ne faut pas se promener toute seule, tu sais.
KRISTEN  : J’ai quitté la fête parce que mes amies étaient devenues hors contrôle. Je me suis éclipsée.
TARYN  : Les amies, de temps en temps…
KRISTEN  : À qui le dis-tu. C’est très joli ces lampes toutes bleues.
TARYN  : Tu ne sais pas à quoi elles servent ?
KRISTEN  : Non. C’est de la déco ?
TARYN  : Non. Ça s’appelle le système balise bleue. Il y a une borne d’appel à tous les croisements. Tu peux joindre la sécurité si un homme t’agresse ou te fait peur. Il faudra apprendre à faire attention.

KRISTEN  : Bon sang, c’était géant !
TARYN  : C’était bien oui. Il y a eu des choses qui pouvaient être améliorées mais j’étais fière de toi.
KRISTEN  : Merci.
TARYN  : De rien.
KRISTEN  : Je me sens tellement mieux.
TARYN  : Je suis contente.
KRISTEN  : Dis-moi, tu sais, on pourrait… on pourrait peut-être passer la nuit chez toi, enfin si tu veux. Je ne sais pas, on pourrait discuter un peu. Alors, tu en penses quoi ?
TARYN  : Est-ce que tu es sûre d’être prête ? Ne le fais pas uniquement par fascination. Je veux que tu n’aies pas de doutes.
KRISTEN  : Bien.
TARYN  : Bonne nuit.
KRISTEN  : Bonne nuit.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre