Fils de… de Taina Tervonen et Zabou Carrière

Fils de... de Taina Tervonen et Zabou Carrière

Titre Français : Fils de...

Titre Original : Fils de...

Auteur : Taina Tervonen et Zabou Carrière

Date de Sortie : 06 Octobre 2011

Nationalité : Française

Genre : Photographies

Nombre de Pages : 100 pages

Éditeur : Trans Photographic Press Editions

ISBN : 978-2-913176-928

Fils de... : Quatrième de Couverture

Ils ont entre dix-huit et quatre-vingt-sept ans,
ils vivent dans de grandes villes ou dans de petits villages.
Ils n’ont en commun que le fait d’être majeur
et d’avoir au moins un parent homosexuel.
Ils ont accepté de partager leur histoire
et de poser devant l’objectif de la photographe.

Trente portraits, trente histoires.
Trente regards sur la famille.

Fils de... : Avis Personnel

Fils de… est avant tout un livre de photographies. Après l’excellente introduction qui explique le choix du thème et l’indispensable avant-propos d’Olivier Roller qui présente le travail de Zabou Carrière, on entre dans le vif du sujet. Une courte déclaration d’une personne prise en photo sur la page de gauche et son portrait sur la page de droite. Trente visages se découvrent ainsi, simplement. Pas de fierté particulière, de mise en avant spéciale et d’utilisation de photoshop. Nous sommes face à des êtres humains qui nous ressemblent.

J’ai d’abord été surprise par ces visages que je trouvais sans expression, vides sur la couverture. C’était avant d’avoir lu l’avant-propos. J’ai pu faire le lien avec ces portraits peints de la Renaissance. Ces visages de trois quart qui ne sourient pas et dont on se souvient longtemps. Aussi surprenant que cela paraisse plus je regardais ces visages plus j’avais envie de connaître les sujets.

Du coup j’ai beaucoup aimé les témoignages à la fin du livre. Les auteurs ont donné la parole à leurs sujets et ils témoignent de leur enfance et du fait d’avoir un parent homosexuel. Les discours sonnent justes. On sent qu’ils sont réels et pas travaillés de façon à être enjolivés.

Tout dans ce livre sonne juste et cela apporte une véritable force à l’ouvrage. Ceux qui recherchent des témoignages risquent d’être surpris, ce n’est pas ce qui est au centre du livre. Ce sont vraiment les photographies qui sont en vedette. Et je peux vous assurer que certains visages restent gravés dans nos mémoires.

Un travail intéressant et riche que je conseille vivement.

Fils de... : Extraits

« Ils ont entre dix-huit et quatre-vingt-sept ans, ils vivent dans de grandes villes ou dans de petits villages. Ils n’ont en commun que le fait d’être majeur et d’avoir au moins un parent homosexuel. Ils ont accepté de partager leur histoire et de poser devant l’objectif de la photographe.

Trente portraits, trente histoires.
Trente regards sur la famille.

Parfois la question nous était posée : pourquoi vouloir catégoriser ainsi ? N’y a-t-il pas là le danger d’étiqueter, de pointer du doigt ?
En effet, un enfant ne s’intéresse pas à la sexualité de ses parents.
Alors pourquoi un livre sur des fils et des files de parents homosexuels ?

Peut-être pour donner à voir ce qu’ils ont en commun avec tout un chacun : une histoire de filiation, heureuse, douloureuse, comme toutes les filiations.

Que celle-ci soit construite avec des parents homosexuels importe peu, au fond. Comme le dit l’un d’eux : « L’homosexualité, c’est quelque chose d’accessoire. Ce qui importe dans une histoire de famille, c’est tout le reste. La séparation, le deuil, les secrets. » Ou comme le conclut une autre : « Ma famille, c’est de la présence au quotidien, de l’éducation, du bonheur, des souvenirs, des disputes, des valeurs transmises, des échecs… »

Pourquoi alors un livre sur ces fils-là, ces filles-là ?

Peut-être pour rappeler que dans les débats idéologiques des « pour » et des « contre », il y a une parole qu’on n’entend pas : celle de l’intime. Cette parole ne proclame rien, elle n’est pas là pour revendiquer, mais simplement pour raconter la réalité d’une histoire familiale.
Toutes les étiquettes deviennent alors futiles.

Le livre aurait pu s’appeler Enfants d’homos. Il s’appelle Fils de… parce que c’est ce que nous sommes tous : fils ou filles de nos parents. »

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre