Fly Cherry

Parce qu’il faut continuer à rêver

Affiche : Fly Cherry

Année de Production : 2003

Réalisation : Jessica Sharzer

Scénario : Michele Greene

Avec : Caitlin Goldstein (Cherry Goode), Sharon Lawrence (Mère de Cherry), Shirley Knight (Miss Christina), Ashley C. Nelson (Mandy), Jonathan Patterson (Todd)

Nationalité : Américaine

Genre : Court-Métrage, Drame

Durée : 14 : 20 minutes

Titre Original : Fly Cherry

Fly Cherry : Résumé

 Cherry est une adolescente de 10 ans qui vit dans la banlieue de Los Angeles. Elle habite avec sa mère, une femme divorcée, et sa grande sœur, une adolescente. Souffre-douleur de tout le monde, Cherry s’est inventé un monde imaginaire. Elle rêve de quitter tout ce qui l’entoure en s’envolant.

Alors qu’elle s’entraîne à voler comme d’habitude, elle rencontre un jour sa mystérieuse voisine, Miss Christina qui va lui donner la force de continuer à croire en ses rêves…

 Cherry est une adolescente de 10 ans qui vit dans la banlieue de Los Angeles. Elle habite avec sa mère, une femme divorcée, et sa grande sœur, une adolescente. Souffre-douleur de tout le monde, Cherry s’est inventé un monde imaginaire. Elle rêve de quitter tout ce qui l’entoure en s’envolant. Alors qu’elle s’entraîne à voler comme d’habitude, elle rencontre un jour sa mystérieuse voisine, Miss Christina qui va lui donner la force de continuer à croire en ses rêves…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Rien de lesbien.

Note des lectrices : Soyez la première !
36

Fly Cherry est un court-métrage très sympathique, une ode à l’imagination fertile si l’on peut dire. Le scénario est bien construit et permet de découvrir les différentes facettes des personnages. Il nous offre une vision plutôt dure du milieu familial dans lequel évolue l’héroïne et son besoin d’évasion prend donc toute son importance. En même temps, alors que ce serait facile, le scénario ne tombe jamais dans l’exagération. On comprend l’énervement et l’exaspération de la mère.

Porté par un casting presque exclusivement féminin à l’exception du petit ami de la sœur, ce court-métrage est maîtrisé du début à la fin, que ce soit au niveau de la direction des acteurs, de la manière de filmer ou du déroulement de l’histoire. On a parfois le sentiment de regarder les fables de notre enfance. L’innocente héroïne, la méchante marâtre, la gentille fée.

Il est très joli et amusant de voir la manière dont Cherry fait évoluer ses paires d’ailes. Il est évident que voler est très sérieux et le personnage de Miss Christina aurait à mon avis mérité d’être vu plus d’une fois pour qu’on puisse saisir toute l’importance qu’il a sur l’évolution de Cherry.

Au final c’est une belle histoire, très onirique mais elle assume son côté conte pour adultes. Pas de contenu lesbien à proprement parler mais le court-métrage a été produit par Power Up, l’association qui vise à produire des films et autres œuvres à contenu lesbien. C’est pour cela que ce court-métrage est étiqueté lesbien alors que ce n’est pas du tout le cas. Il n’empêche que Fly Cherry est très réussi.

Fly Cherry : Critiques Presse et Récompenses

Finaliste dans la Catégorie Meilleur Court-Métrage au Festival du Film de Dallas en 2003.

Fly Cherry : Extraits

MISS CHRISTINA : Est-ce que tu veux des cookies ? J’ai un peu de chocolat. Je suis désolée, je n’ai pas de lait, je ne le digère plus bien. Ils t’appellent Cherry, est-ce que c’est ton nom ?
CHERRY : Cherry Goode.
MISS CHRISTINA : Ça ressemble à une marque de bonbon.

CHERRY : J’essayais de voler.

CHERRY : Est-ce que tu as vraiment frappé ton mari à coups de couteau ?
MISS CHRISTINA : Oui, je l’ai fait. Il m’a dit qu’il me quittait pour une autre femme. C’est lui, là.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre