Page 2 sur 12

Re: Couple(s) et vie affective

Posté : mar. 12 juin 2012 16:00
par Silverring
c´est mieux quand tout est réuni avec une seule personne
Cela me laisse pensive. Ou plutôt, je lis cette phrase d'un mauvais oeil, mais c'est parce que je l'imagine voulant faire converger bien des désirs et besoins, bref, demandant beaucoup et mettant ainsi pas mal de pression sur la vie amoureuse. J'ai la sensation qu'il peut y avoir beaucoup d'attentes liées à certaines relations affectives. Et je ne crois pas qu'elles soient toujours impulsées par les besoins et désirs personnels des personnes concernées.

On est abreuvé d'un paquet de truc à ce propos dès les contes de fées, et ailleurs, comme je l'ai esquissé en lançant le sujet.

Je voudrais donc en profiter pour mettre en avant un autre élément que je n'avais pas innocemment introduit dans le titre. En effet, si nous avons des besoins affectifs, doivent-ils tous êtres comblés par une seule et même personne ? Quoi de neuf par rapport à ce que nous discutions plus tôt me demanderez-vous !? Et bien, qu'on couche ou non avec des potes, on trouve auprès d'eulles une chaleur qui peut être différente de celle du "foyer", et tout aussi nourrissante. Doit-on pour autant considérer que la relation amoureuse est insatisfaisante parce qu'elle ne pourvoit pas ce type de chaleur ?

Vous voyez ce que je veux dire ou je vous ai perduEs ?

Re: Couple(s) et vie affective

Posté : mar. 12 juin 2012 22:44
par ZKXNLZLKNRLEKZ
N'empêche, ça fait un bon paquets de fois que je suis passée par ce sujet, avant de réagir aux propos de Fleming. C'est difficile de réagir je trouve, un peu finalement comme le sujet de Butch et Lipstick parce que chacun a sa petite sauce. Je propose de goûter un peu la mienne, pour voir si certaines papilles gustatives s'y retrouvent... gastronomie, je suis ici.
Me revoilà Fleming et Silverring qui riment avec string... passons l'intro.
:lol:
Fleming a écrit :oui, tout est dit et su. Bon, ce message date un peu, la situation a un peu évolué depuis. Dans le topic où je l´ai écrit à l´origine, Kyx avait répondu que c´est mieux quand tout est réuni avec une seule personne, et je lui donne raison. Seulement à l´époque où j´ai écrit ces lignes la situation pour moi était comme ca et c´était bien aussi. En sachant que "mes deux amoureuses" avaient aussi une relation chacune de leur côté.
C'était il y a trois semaines cette époque, du moins quand tu as posté le message. C'était avant Roland Garros. C'est sûr que le temps passe vite, de l'eau a coulé sous les ponts, Sharapova a fait carton plein et Nadal a battu un grand record. :lol:
Quand tu écris "Kyx avait répondu que c´est mieux quand tout est réuni avec une seule personne, et je lui donne raison"
ta phrase d'un point de vu personnel est un tue l'amour quand je la lis, elle est trop précise, mais sans savoir ce que ce "tout" réuni en une personne, c'est une phrase qui ne m'est pas du tout aphrodisiaque, elle me coupe toute envie de pouvoir faire l'amour, non vraiment. :lol:
Ta phrase résonne comme une histoire de confort, comme schéma type, c'est tout à fait impersonnel.
Et quand tu écris aussi "Avec l´une je peux enfin vivre la sexualité qui me correspond, et avec l´autre, mon aspiration spirituelle." c'est bien sûr encore personnel, mais je trouve que c'est tellement cloisonné.
En fait je crois que ce qui me frappe c'est cette envie à tout prix de définir, comme se persuader, ou chercher à tout prix quelque chose, l'amour parfait, l'excellence, se cloisonner soi-même, faire appel à un mode d'emploi, plus que de laisser venir à soi son propre amour, sa manière de le vivre. D'ailleurs, l'amour, je ne sais pas si on peut vraiment en parler, ça ne se définit pas en tout cas, ça se vit, ça s'exprime corporellement, je veux dire que nos petits organes réagissent, ça ne se maitrise pas, ça surprend beaucoup, ça prend vraiment dans les tripes.
Et je cible l'amour là parce que je te suis dans ton idée Fleming :
Je parlais d´amour. Est-ce naif de parler d´amour?


Ensuite Silverring tu réagis à la phrase de Fleming, mais à travers ce questionnement
En effet, si nous avons des besoins affectifs, doivent-ils tous êtres comblés par une seule et même personne ?
toi tu sembles être sur un autre front, la vie affective, alors en effet, il y a différentes manières d'exprimer son affection avec différentes personnes, pas besoin non plus d'amour pour ça.

Re: Couple(s) et vie affective

Posté : mar. 12 juin 2012 23:40
par Silverring
Quand tu parles de tue l'amour Z, l'écho que ça fait en moi me ramène à cette idée de pression et de conformisme regardant le couple, ce que tu as dépeint à ta façon avec une force évocatrice que je me permets de saluer au passage ;)

La fin de ton message me donne l'impression que l'amour est pour toi un sentiment bien particulier que tu ne saurais confondre avec un autre. Je ne crois pas que ce soit le cas de tout le monde. Je ne sais pas si cela tient aux façons personnelles de ressentir les choses ou à une autre façon d'envisager ce que peut recouvrir ce mot. En tout cas, s'il t'est possible d'en dire plus long, je suis preneuse !

Re: Couple(s) et vie affective

Posté : mer. 13 juin 2012 09:32
par Fleming
......................

Re: Couple(s) et vie affective

Posté : mer. 13 juin 2012 09:41
par Fleming
.....................

Re: Couple(s) et vie affective

Posté : mer. 13 juin 2012 09:41
par Lusitana
J ai lu avec attention tous vos messages alors :
- c'est quoi un couple?
- c'est quoi la fidelité?
- c'est quoi tromper?
Rien que sur ces trois notions couple-fidelité-tromper je suis sure que chacune de nous a une idée differente !
- c'est quoi l'amour?
Là les avis seront encore plus divers :)
La réponse à toutes ces questions est personnelle à chacune et fruit d'un vécu propre.
Personnellement j'ai vécu en matière d'amour, de sexualité, de couple et de fidelité des situations que je n'aurais pas pensé admettre, et encore moins vivre, parfois quelques heures avant ! Et j'ai suis sortie plus forte.
Alors oui tout est possible si on est etre adultes consentants.
Au fond comme le dit une de mes amies un couple c'est moi, l'autre et nous ensemble donc trois individualités à combler : vaste programme non?

Re: Couple(s) et vie affective

Posté : mer. 13 juin 2012 14:48
par Pam
Modération oblige, je suis tous vos petits débats et j'avoue éprouver une certaine frustration à pas pouvoir participer par manque de connaissances. Mais sur ce sujet, je vais faire une exception...
ZKXNLZLKNRLEKZ a écrit :En fait je crois que ce qui me frappe c'est cette envie à tout prix de définir, comme se persuader, ou chercher à tout prix quelque chose, l'amour parfait, l'excellence, se cloisonner soi-même, faire appel à un mode d'emploi, plus que de laisser venir à soi son propre amour, sa manière de le vivre. D'ailleurs, l'amour, je ne sais pas si on peut vraiment en parler, ça ne se définit pas en tout cas, ça se vit, ça s'exprime corporellement, je veux dire que nos petits organes réagissent, ça ne se maitrise pas, ça surprend beaucoup, ça prend vraiment dans les tripes.
Mes papilles gustatives se retrouvent totalement dans ta petite sauce Z...Z ;)

Je n'aime pas la notion de couple. Ça me donne l'impression d'être enfermée - c'est probablement mon côté claustrophobe -, de perdre une partie de ma liberté, de ne plus être totalement moi. C'est probablement pour cette raison que mes relations ne durent jamais plus de trois semaines : je m'échappe toujours avant que le terme "on" n'apparaisse dans les discussions. Mais je me soigne.

Je ne pense pas que l'on puisse demander à une seule et même personne de combler tous nos besoins, toutes nos attentes. Ce serait égoïste (la pression pour l'autre :o !) et un brin idéaliste me semble-t-il. Pour autant, je ne suis pas partisane des modes de vie qui mettent en scène différents partenaires. Une relation est déjà suffisamment complexe à gérer pour moi, d'où ma réticence à en mener plusieurs de front. Je pense que j'ai simplement accepté le fait qu'on ne peut pas être à 100% comblé(e) sur le plan affectif. D'un autre côté, je ne suis qu'une petite jeunette, et mon point de vue sur ce sujet est encore susceptible de changer dans les années futures.
Silverring a écrit :Et bien, qu'on couche ou non avec des potes, on trouve auprès d'eulles une chaleur qui peut être différente de celle du "foyer", et tout aussi nourrissante.
Là je suis effectivement perdue. Tu parles d'une simple amitié ou de relations amicales avec bénéfices ?

Re: Couple(s) et vie affective

Posté : mer. 13 juin 2012 15:10
par Silverring
Pas forcément Pam, justement, ce que je voulais évoquer, c'est qu'on peut voir combler bien des besoins affectifs sans "être en couple", auprès de son environnement (famille élargie, amiEs, etc). Et qu'on peut continuer d'entretenir des relations nourrissantes dans un large cercle affectif, même si on construit une relation amoureuse.
On peut donc continuer de trouver quelque chaleur en dehors d'un "foyer", y compris dans un schéma monogame.
Ce serait égoïste (la pression pour l'autre !) et un brin idéaliste me semble-t-il
Je crois que je vois très bien ce que tu veux dire ;)

Et même, je me suis posé la question suivante : à chercher une personne qui réunisse toutes les caractéristiques espérées, se trouve-t-on dans un chemin qui ne mène qu'à l'insatisfaction ?
Comme dirait Fleming, on cherche souvent sans savoir exactement quoi. Si on part avec une idée prédéfinie, m'est avis qu'on peut passer à côté de certaines découvertes, tant de la richesse humaine des personnes croisées qu'à propos de soi, par ce qu'iels font résonner ou bouleversent en nous.

Cela me renvoie à une quête du grand amour unique et éternel dont on nous abreuve parfois dans un jus hellénique. Aller, une petite version gentille :
http://teledebout.org/index.php?page=le ... riginelles

Bref, perso, j'en suis arrivée à un point où cette notion d'incomplétude liée au célibat me porte gravement sur le système. J'en profite pour faire écho à ce que disait dkny
J'ai aussi l'impression que quelqu'un de célibataire semble inutile à la société, dans le sens où il va à l'encontre de celle-ci. La personne célibataire est considérée comme inachevée
Parfois, j'ai l'impression qu'on peut être poussé vers la quête de "sa moitié", peut-être justement pour ne pas se chercher soi... :roll:

Re: Couple(s) et vie affective

Posté : mer. 13 juin 2012 21:17
par lesbionic
Typiquement le genre de sujet qui interpelle, qui fait s'interroger in peto, et qui finalement me fait jeter l'éponge. Je crois qu'il faut expérimenter soi-même pour avoir des éléments de réponse.

Plus que le ménage à trois ou plus, la question que je me pose (et c'est pas nouveau) c'est: peut on former un couple, développer une histoire affective commune sans partager le même toit ? A titre personnel, nous avons tenté cela près de trois ans et ça nous a conduit dans une impasse.

Le ménage à trois ou quatre, je n'y crois guère. Cela me semble assez compliqué sur le long terme.

Re: Couple(s) et vie affective

Posté : jeu. 14 juin 2012 09:52
par leinah
Je pense qu'il y a X façons de vivre son ou ses couples et vies affectives, que presque tous peuvent durer si les différents partenaires sont partants et communiquent. Parce que comme dit ma mère "La communication" ( en détachant bien chaque syllabe hein :) )
Pour avoir subit les expérimentations de mon ex sans avoir été mise au parfum au préalable, je peux vous dire que c'est douloureux! A l'époque j'aurais peut être été plus ouverte à l'idée d'un couple libre, mais j'en ai tellement chier à faire face à cette situation que c'est maintenant inimaginable pour moi d'être autre chose que monogame et fidèle, jamais je partagerai ma femme :D