Girl Next Door

Un film soft et gentillet sur la pornographie

Année de Production : 2003

Date de Sortie : 29 Décembre 2004

Réalisation : Luke Greenfield

Scénario : David Wagner, Stuart Blumberg, Brent Goldberg

Avec : Elisha Cuthbert (Danielle), Emile Hirsch (Matthew Kidman), Timothy Olyphant (Kelly), James Remar (Hugo Posh), Chris Marquette (Eli), Paul Dano (Klitz), Timothy Bottoms (Monsieur Kidman), Donna Bullock (Madame Kidman), Jacob Young (Hunter), Brian Kolodziej (Derek), Brandon Irons (Troy), Amanda Swisten (April), Sung Hi Lee (Ferrari), Richard Fancy (Monsieur Peterson)

Nationalité : Américaine

Genre : Comédie

Durée : 1h 50min.

Titre Original : Girl Next Door

Girl Next Door : Résumé

Dans Girl Next Door, Matthew, 18 ans, est un étudiant de terminale modèle. Il passe son temps à travailler, plongé dans les livres. Il n’a jamais réellement eu d’adolescence et ne partage pas l’insouciance de ses camarades de classe.

Un jour, une jeune femme s’installe dans la maison d’à côté. Danielle est séduisante et magnifique et Matthew tombe tout de suite amoureux. Mais son meilleur ami, adepte des films pornos, découvre que cette voisine idéale est en réalité une star du X.

Après cette découverte, Matthew se retrouve dans des situations impossibles où il perd totalement le contrôle de sa vie. Jusqu’où ira-t-il pour protéger son amour ?

Dans Girl Next Door, Matthew, 18 ans, est un étudiant de terminale modèle. Il passe son temps à travailler, plongé dans les livres. Il n'a jamais réellement eu d'adolescence et ne partage pas l'insouciance de ses camarades de classe. Un jour, une jeune femme s'installe dans la maison d'à côté. Danielle est séduisante et magnifique et Matthew tombe tout de suite amoureux. Mais son meilleur ami, adepte des films pornos, découvre que cette voisine idéale est en réalité une star du X. Après cette découverte, Matthew se retrouve dans des situations impossibles où il perd totalement le contrôle de sa vie.…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un baiser lesbien pour le mâle hétéro.

Note des lectrices : Soyez la première !
29

Un film pour adolescent très gentil et irrévérencieux. Le sujet est simple : un lycéen ennuyeux découvre que sa nouvelle voisine est une ancienne star du X. Le thème laisse présager du sexe et des blagues qui ne volent pas haut. Et le long-métrage se révèle au final plus intéressant que ça.

Bien sûr, Girl Next Door ne doit pas uniquement son succès à un scénario moins prévisible que prévu mais également à Sa Star Féminine magnifiquement mise ne valeur : Elisha Cuthbert. Elle porte le film sur ses splendides épaules et éblouit du début à la fin.

Finalement, il n’y a pas autant de sexe que ça. Quelques chastes passages de nu dont un particulièrement réussi où Danielle se dévêtit devant la fenêtre, sous les yeux de Matthew et des téléspectateurs. Rien à dire. Sinon, rien de plus, des paroles, des paroles et encore des paroles. Mais comme il est question de X et de pornographie, il fallait tout de même retenir l’attention d’où un baiser lesbien quand on s’y attend le moins.

Rien de plus. Un baiser, dans une limousine, entre deux stars du X. L’aspect homosexuel est traité.

Une Comédie romantique pas si décevante, résumée en quelques mots par le réalisateur, Luke Greenfield :  » Girl Next Door est l’histoire d’un garçon prêt à tout pour défendre son premier amour. Est-il un homme -ou une femme- qui ne s’y reconnaisse pas ? »

Girl Next Door : Critiques Presse et Récompenses

« L’humour, les émotions doivent autant aux Comédiens qu’au choix judicieux des chansons. Sur une proposition pas politiquement correcte du tout, Luke Greenfield signe une Comédie habile, percutante et jamais vulgaire, en dépit d’un sujet qui promettait le pire. » Alain Spira (Paris Match)

« Encore une énième pochade adolescente avec sexe et gags graveleux à la clé, pourrait-on penser à la lecture de l’histoire de Girl Next Door. Et pourtant non, tant ce petit film surprend sur bien des points. Avec une justesse rare dans ce genre, le récit parvient à décrire ce moment décisif de l’adolescence où chacun forme sa personnalité et son avenir. Souvent très drôles, les situations rocambolesques ménagent à la fois la loufoquerie et le tact, passant de l’énorme au subtil. » Aurélien Allin (MCinéma.com)

« Drôle et gentiment insolent, Girl Next Door sort du lot des « teen movies ». » Christophe Carrière (L’Express)

« Ne vous fiez pas au point de départ qui promet de la Comédie en dessous de la ceinture à la American Pie. Girl Next Door joue plutôt sur le terrain des films ados des années 80 et envoie les bonnes vibrations : celles de Risky Business, de La Folle Journée de Ferris Bueller ou de Breakfast Club. » Mathieu Carratier (Première)

« Démarquage habile de Risky Business, gentille Comédie des années 80, le film de Luke Greenfield est un teen-movie autrement plus réussi et original qu’ American Pie, surtout grâce à une galerie de personnages bien écris et à un final plutôt subversif pour ce genre de production. » La rédaction (Score)

« Girl Next Door flirte gentiment avec le politiquement incorrect (…) sans pour autant bousculer une morale bien-pensante. Kimberly, on t’aime ! » Thomas Baurez (Studio Magazine)

« Le sujet pourrait être chaud, mais il ne donne qu’une énième nunucherie de cinéma ado qui se garde de toute image dérangeante. » La rédaction (Ouest France)

« Outre les contorsions hilarantes du réalisateur pour éviter la moindre touffe alors qu’il dépeint l’univers du X, Girl Next Door zappe des scènes de transition au mépris de toute cohérence, et balance in fine un vilain pétard sur le triomphe par le fric. » Philippe Paumier (Ciné Live)

« Une Comédie à la Risky Business, ou comment réussir dans la vie en s’encanaillant, quand on est wasp et coincé. Ce canevas archifamilier permet une série de gags parodiques plutôt rigolos, hélas vite dilués dans l’eau de rose. » Cécile Mury (Télérama)

« L’avantage avec ce genre de films, c’est qu’ils sont sans surprises. Avec d’un côté une bande de crétins dans le vent, de l’autre des premiers de la classe très niais. Tous ont les yeux braqués sur une femme objet. Ne reste plus qu’à saupoudrer de quelques scènes de nus pour faire saliver adolescents boutonneux ou attardés. Grand bien leur fasse. » Yasmine Youssi (Zurban)

« Imaginez la joie d’un lycéen américain lorsqu’une vedette du cinéma X s’installe dans le pavillon voisin de celui de ses parrains. Vous n’y arrivez pas ? A vrai dire, Luke Greenfield, le metteur en scène de ce petit film plutôt répugnant, n’y parvient pas non plus. » Thomas Sotinel (Le Monde)

Girl Next Door : Extraits

MATTHEW  : Alors, qu’est-ce que tu fais à part torturer le genre humain ? Sérieux. Parle-moi de toi.
DANIELLE  : Qu’est-ce que je peux dire ? Là, j’ai quitté mon job. J’ai envie de changer. Peut-être de reprendre mes études.
MATTHEW  : Alors heu… t’es ici toute seule ou… (Elle éclate de rire) Quoi, qu’est-ce qu’il y a ?
DANIELLE  : Allez, parle.
MATTHEW  : Heu. Est-ce que tu as un petit copain ?
DANIELLE  : Non.
MATTHEW  : Tu veux savoir si moi je sors avec une fille ?
DANIELLE  : Non.
MATTHEW  : Ok.
DANIELLE  : Tu dois plus aller en cours alors en ce moment ça doit être l’éclate.
MATTHEW  : Ouais. Super. Pfff. On se marre. On se lâche à donf.
DANIELLE  : Ah ouais ?
MATTHEW  : Ouais. Grave !
DANIELLE  : Qu’est-ce que t’as fait alors dans le genre dingue ?
MATTHEW  : Oh pfff. J’en sais rien. Tu sais, on n’arrête pas, on fait plein de conneries et tout, plein de trucs de ouf pour décompresser. C’est de la folie, carrément.
DANIELLE  : T’as rien fait du tout, avoue-le.
MATTHEW  : Non. C’est un petit peu mon problème d’ailleurs.
DANIELLE  : Me dis pas qu’il t’arrive jamais rien. Ta copine, où elle est ? D’accord. Ça peut s’arranger. Ce qu’il te faut, c’est une nana. Bon quel genre ? Une mignonne, évidemment.
MATTHEW  : Impératif.
DANIELLE  : Une marrante qui aime faire la teuf. (Il rigole). Une nana qui te chaufferait un maximum. Une qui te fera faire des trucs délires.
MATTHEW  : Genre se déshabiller en pleine rue un soir.

MATTHEW  : C’est clair. Je parle pas de langue étrangère donc c’est cuit. Et maintenant, je peux plus citer ce vieux JFK vu que… hein. Ryan… C’est drôle. J’avais préparé mon discours et pendant des semaines je l’ai répété mais finalement, j’aime autant la jouer zen. La fibre morale, voyons. C’est quoi au fond, la fibre morale ? Avant je croyais que c’était toujours dire la vérité, se montrer généreux. Donc à la base se prendre pour un putain de scout. Mais maintenant, je vois les choses différemment. Ce qui compte le plus sur le plan moral c’est de trouver ce qui est essentiel pour soi. Je veux dire cette passion qui vous fait porter un autre regard sur le monde. Et quand vous l’avez trouvée, vous ne lâchez plus. Vous prenez tous les risques. Pour vous, elle passe avant tout le reste, votre avenir, vos rêves, votre vie. Même si vous faites des trucs pas très nets pour l’aider, au fond c’est pas grave. Parce que dans votre cœur, vous savez que le jeu en vaut la chandelle. C’est ça pour moi la fibre morale.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre