Global Gay de Frédéric Martel

Frédéric Martel Global Gay

Titre Français : Global Gay

Titre Original : Global Gay

Auteur : Frédéric Martel

Date de Sortie : 06 Février 2013

Nationalité : Française

Genre : Essai

Nombre de Pages : 305 pages

Éditeur : Flammarion

ISBN : 978-2081256590

Global Gay : Quatrième de Couverture

Les homosexuels peuvent se marier à Johannesburg et à Mexico, mais pas à Chicago ni à Berlin. En Iran, ils risquent la pendaison alors que les transsexuels se font opérer légalement. En Chine, ils sont des millions à fréquenter les réseaux sociaux gays, mais les militants sont harcelés. En Israël, l’homosexualité devient peu à peu « casher », mais dans le monde musulman elle n’est toujours pas « halal ». Dans huit pays, les homosexuels risquent la peine de mort ; dans soixante-seize, la prison. Pourtant, sur tous les continents, la révolution gay est en marche. Un jour, l’homosexualité sera peut-être moins pénalisée que l’homophobie. En Europe, l’orientation sexuelle devient le choix de chacun. À l’ONU, la dépénalisation avance. Aux États-Unis, Obama a été réélu, notamment avec les voix gays. La mondialisation de la question homosexuelle est un phénomène majeur, qui n’a pas encore été décrit.

Pendant cinq ans, dans quarante-cinq pays, Frédéric Martel a mené une enquête inédite et rencontré sur le terrain des centaines d’acteurs de cette révolution. À travers le prisme gay, il analyse la mutation des modes de vie, la redéfinition du mariage, l’émancipation parallèle des femmes et des gays, les effets décisifs de la culture et d’Internet. Fil rouge de l’évolution des mentalités, la question gay et lesbienne est un critère pertinent pour juger de l’état d’une démocratie et de la modernité d’un pays. Ce livre, à la fois inquiet et optimiste, riche en portraits inattendus, raconte la nouvelle bataille des droits de l’homme.

Global Gay : Avis Personnel

Frédéric Martel a accompli avec Global Gay un travail absolument titanesque : cinq ans d’enquête de terrain, quarante-cinq pays parcourus, plus de six-cents personnes interrogées. On a peine à croire ces chiffres tant ils semblent exorbitants et pourtant, dès la lecture entamée, l’abondance des données recueillies et des analyses menées est frappante.

L’ouvrage se présente comme un tour du monde des conditions de vie des gays, énumérant les combats menés et les causes défendues. Deux questions essentielles guident le parcours de l’auteur : où en sont les droits des gays à travers le monde ? Existe-t-il une «mondialisation LGBT» ?

À cette dernière question, l’auteur apporte une réponse particulièrement pertinente. Mobilisant des notions à la fois sociologiques et géographiques, Frédéric Martel étudie la formation des quartiers gays au sein des villes, la visibilité – et l’invisibilité – de l’homosexualité selon les pays et les sociétés, l’utilisation quasiment unanimes de certains « codes » de la communauté gay et les particularités que chacun, selon son cadre de vie, peut lui ajouter, et en conclut que si l’«American gay way of life» tend à s’imposer à peu près partout et à donner naissance au fameux phénomène du «Global Gay», le «Local Gay» ne disparaît pas pour autant et continue, dans tous les pays, à façonner le modèle dominant en y ajoutant ses particularismes – parfois de manière pleinement délibérée, mais parfois aussi sous la contrainte de régimes autoritaires.

Quant à l’avancement des droits des LGBT, Frédéric Martel en dresse le tableau récapitulatif à travers ses pérégrinations et ses rencontres. Le lecteur a tout au long de l’ouvrage l’impression de suivre un globe-trotter qui, caméra à l’épaule, tendrait un micro à des homosexuel.le.s des quatre coins du monde, laissant la parole à chacun : militants associatifs, fêtards des boîtes de nuit, créateurs de sites internet gays, artistes, résistants… Les témoignages de cette foule de petites fourmis des droits LGBT côtoient également ceux de grands noms du militantisme, tels que Mary Bonauto, Michael Cashman, Edwin Cameron ou encore Louis-George Tin.

Seul bémol : la densité des propos recueillis, l’abondance des pays parcourus et la foultitude des informations dont regorge ce livre rendent la lecture un peu confuse et légèrement fastidieuse. Sans un minimum d’attention, il devient rapidement possible d’avoir le tournis et de se sentir noyé sous la masse de matière qui abonde au fil des pages !

Quoi qu’il en soit, Global Gay est un livre qui donne envie d’agir. Parce que voir le chemin parcouru, comprendre les mécanismes de fonctionnement d’une grande «communauté gay», comprendre même ce qui constitue cette communauté, ce qui en est l’essence et qui explique pourquoi chaque gay a la possibilité de s’y rattacher, constater enfin que d’autres, même à l’autre bout du monde, même dans les pires conditions, se battent pour que chacun ait les mêmes droits, tout cela donne envie d’agir.

Global Gay a été publié il y a moins d’un an, en février 2013. Pourtant, on se prend plus d’une fois au cours de la lecture à remarquer que, déjà, les choses ont changé. Déjà, la situation décrite dans certains pays – notamment la France ! – a évolué et les LGBT y ont gagné de nouveaux droits, de nouvelles libertés.

Je crois que, finalement, l’obsolescence de ce livre est aussi sa plus belle réussite : le combat de la liberté va plus vite que les presses des imprimeurs. Et c’est tant mieux.

Global Gay : Comment la révolution gay change le monde  ( Broché )

par Frédéric Martel

Prix : EUR 21,50
18 neufs & occasions à partir de EUR 7,08

4.8 étoiles sur 5 (4 commentaires client)

Global Gay : Extraits

« Dans un café de la rue Maurice-Audin à Alger, pas très loin du quartier étudiant, je fais la connaissance de quelques militants gays très actifs sur Internet. «C’est le Marais ici», lance Walid, faisant ironiquement allusion au quartier gay de Paris, lorsqu’il nous rejoint. Il y a là Kahina, qui s’intéresse plus particulièrement à la cause lesbienne et vient de lancer une revue en ligne; Walid, qui milite sur Facebook, où il gère plusieurs pages gay friendly; Yacine, qui a préféré se mettre à Twitter et commence à avoir un bon petit capital de followers; Naceur, enfin, d’origine tunisienne, qui s’intéresse surtout au site manjam.com. En parlant avec les uns et les autres, je me rends compte de la puissance d’Internet et des réseaux sociaux. La vie gay ne sera jamais plus comme avant.

De Stonewall à Twitter, les États-Unis continuent donc à fasciner les communautés LGBT du monde entier. Comme pour les séries télévisées, les festivals de films gays et maintenant grâce à Internet, l’Amérique persiste à donner le la du mouvement gay global. En tout cas, Jeremy Heimans en est persuadé – et il a trouvé sa mission. À 35 ans, cet Australien né de parents libanais et néerlandais est à la tête d’une ONG américaine basée à New York. Via Internet, il veut mobiliser les gays et les lesbiennes du monde entier. Rien de moins. Son but: qu’ils soient tous «out».
« All Out est une organisation progressiste qui se bat pour défendre les gays non plus seulement aux États-Unis, mais de manière globale», me dit Jeremy Heimans, lors d’une série de rendez-vous à Paris. Son site (allout.org) a été créé en 2011 et il rassemble déjà plus d’un million de membres soucieux d’aider la cause gay par des actions microsegmentées et transversales, à la fois très locales et très globales. Si un État américain veut interdire aux gays de se marier, si une proposition de loi homophobe risque d’être votée en Russie ou si un gay est menacé d’être emprisonné dans un pays arabe, All Out (1) se mobilise. L’association agit avec différents outils: des centaines de milliers d’e-mails ou de lettres de protestation sont envoyés des quatre coins du globe. S’il le faut, des publicités sont achetées dans les journaux, des actions de boycott d’une marque peuvent être aussi imaginées. » »

A propos de Julia Clieuterpe

Chroniqueuse occasionnelle

Répondre