High Art

Une plongée fascinante au coeur de deux vies captivantes

Année de Production : 1998

Réalisation : Lisa Cholodenko

Scénario : Lisa Cholodenko

Avec : Ally Sheedy (Lucy Berliner), Radha Mitchell (Syd), Patricia Clarkson (Greta), Bill Sage (Arnie), Gabriel Mann (James), Ahn Duong (Dominique), David Thornton (Harry)

Nationalité : Américaine

Genre : Drame, Romance

Durée : 1h 36min.

Titre Original : High Art

High Art : Résumé

Syd a 24 ans et partage sa vie avec James. Elle vient d’être nommée au poste d’assistante adjointe dans le célèbre magazine Frame. Un soir, la jeune femme découvre une fuite d’eau provenant de l’appartement au-dessus du sien. Lorsqu’elle se rend chez sa voisine du dessus pour la prévenir, elle découvre que celle-ci n’est autre que Lucy Berliner, une photographe talentueuse et énigmatique qui a cessé d’exposer il y a plus de dix ans.

Syd s’intègre petit à petit au groupe d’amis de Lucy. Elle pénètre ainsi dans un monde étrange et captivant où s’entremêlent drogue et sexe. Impressionnée par le travail de Lucy, Syd parvient à la convaincre de retravailler pour le magazine Frame.

La relation entre les deux jeunes femmes évolue. D’une simple entente professionnelle, elle passe à quelque chose de plus intime. Alors que Lucy vit ouvertement son homosexualité auprès de Greta, une actrice allemande sur le déclin, Syd est rapidement obligée de s’avouer sa propre attirance pour la photographe.

Durant un week-end de travail, Syd sera amenée à se poser des questions quant à sa soif de reconnaissance et à son ambition alors que Lucy essayera de mettre de l’ordre dans sa vie privée et reconnaîtra sa dépendance à la drogue.

Syd a 24 ans et partage sa vie avec James. Elle vient d'être nommée au poste d'assistante adjointe dans le célèbre magazine Frame. Un soir, la jeune femme découvre une fuite d'eau provenant de l'appartement au-dessus du sien. Lorsqu'elle se rend chez sa voisine du dessus pour la prévenir, elle découvre que celle-ci n'est autre que Lucy Berliner, une photographe talentueuse et énigmatique qui a cessé d'exposer il y a plus de dix ans. Syd s'intègre petit à petit au groupe d'amis de Lucy. Elle pénètre ainsi dans un monde étrange et captivant où s'entremêlent drogue et sexe. Impressionnée par…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un incontournable lesbien. Culte.

Note des lectrices : 3.35 ( 1 votes)
75

High Art fait plus que présenter deux personnages exceptionnels. Le film décrit, étudie et dissèque la vie de Syd et Lucy. Lisa Cholodenko va au fond des choses et parle de l’âme humaine, de l’amour, de la nostalgie, de l’autodestruction et de la solitude avec force et franchise. Les deux actrices principales sont sublimes et donnent vie à leurs personnages complexes et torturés.

Au premier abord, ce long-métrage peut apparaître dense, opaque et difficile à comprendre. Pourtant, c’est un film fort qui mérite d’être vu. Le point de vue est définitivement sombre et triste. Il règne sur cette œuvre une atmosphère assez déprimante. Cependant, malgré une fin que l’on aurait souhaitée différente, on ne peut s’empêcher de songer que le personnage de Syd s’est révélé à lui-même, qu’il s’est enfin découvert. Et finalement, il reste l’espoir d’une vie meilleure pour ce personnage. Une vie que Syd vivrait pleinement et aurait choisie et qui ne serait pas toute tracée et sans intérêt.

En filmant avec pudeur et émotion cette histoire d’amour, Lisa Cholodenko signe une œuvre bouleversante et inoubliable.

High Art : Critiques Presse et Récompenses

Grand prix du jury au festival de Deauville en 1998

Quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes en 1998

Double prix d’interprétation au festival de St Jean de Luz en 1998

Prix du scénario au festival de Sundance en 1998

« Ce premier long métrage de Lisa Cholodenko, d’une intensité réaliste, parfois dérangeante, a tout pour déplaire au grand public car l’ensemble peu paraître froid et glauque. Pourtant, High Art est un grand film d’auteur. » Olivier Salvano (Planète Cinéma)

« Si High Art pèche malgré tout par une certaine lourdeur universitaire un peu prétentieuse (…), il révèle une réalisatrice prometteuse, admirablement servie par ses interprètes. » Mariadele Campion (Studio Magazine)

« En signant ce portrait de deux femmes qui domestiquent progressivement le regard de l’autre, la réalisatrice traite de la photographie en connaissance de cause : son film est un révélateur de beauté. Il n’en est dès lors que plus précieux à notre regard. » Grégory Alexandre (Ciné Live)

« Sans conteste, Lisa Cholodenko a du talent pour filmer les ambiances, les groupes, et pointer en quelques images les moments de vie des uns et des unes. » Eric Libiot (Première)

« Pour son premier long-métrage, Lisa Cholodenko (…) réussit à nous toucher avec cette histoire d’amour qui unit deux jeunes femmes surprenantes et surtout émouvantes. » A.G. (Le Parisien)

« La jeune cinéaste, dont c’est le premier film, sait mettre en valeur ses actrices (toutes épatantes) et leurs corps confrontés à un désir gangrené par la mélancolie. » Yann Gonzalez (Chronic’art.com)

« La manière dont la réalisatrice met en place ces deux mondes, et la violence des rapports de forces qui les organisent l’un et l’autre, est le meilleur du film. » Jean-Michel Frodon (Le Monde)

« Peu à peu, l’univers de High Art se rétrécit sur le couple et Lisa Cholodenko montre un talent éclatant pour filmer les corps, travailler le cadre, passer les sentiments au révélateur. » Gilles Médioni (L’Express)

« Dope à discrétion, sexe à complications, déglingue chic, tout cela dans des intérieurs déco nimbés de suaves clairs-obscurs… Réaliste ou pas, cette représentation des milieux artistico-branchés new-yorkais a déjà trop servi (…) » Louis Guichard (Télérama)

High Art : Extraits

LUCY  : J’ai… un souci amoureux et un problème de drogue. Ou peut-être que j’ai un problème amoureux et un souci de drogue. Je ne sais pas.
SA MÈRE  : Dieu nous protège.

GRETA  : Je m’appelle Greta. Je vis pour Lucy.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre