I Do : Interview du réalisateur Glenn Gaylor

Glenn Gaylord

Interview accordée à Kyle Fitzpatrick le 18 Juillet 2012 pour le site Laymiours.com.

L’Outfest 2012 se tiendra à Los Angeles du 12 au 22 juillet. Pour célébrer le trentième anniversaire du festival de films LGBT de Los Angeles, nous partagerons des interviews avec les réalisateurs, et avec les personnes impliquées dans les films diffusés.

 L’égalité au mariage et l’immigration sont deux des sujets les plus chauds de la politique américaine. Ici, nous sommes tous concernés par ces problématiques puisque Los Angeles est une ville très diverse et accueillante ; mais une ville diverse ne rend pas les problèmes moins importants. Le réalisateur Glenn Gaylord diffuse l’un de ses films à l’Outfest, film qui sera diffusé pour la première fois ce soir. Ce film c’est I Do. Il aborde les thèmes d’égalité au mariage et d’immigration assez joliment. Nous avons parlé à Glenn de ce qui lie les angelenos à ces deux sujets nationaux, et du fait que l’on puisse apercevoir quelques unes des stars du film dans la ville.

Outfest est l’un des festivals de films LGBT les plus connus du monde, et a diffusé des films qui ont eu de grandes répercussions sur le monde. Pouvez-vous nous parler un peu de vous et de votre film ? Est-ce la première fois qu’un de vos films est présenté à l’Outfest ?

 Je m’appelle Glenn Gaylord, je suis le réalisateur du film I Do et je suis très heureux de vous dire qu’il s’agit de mon sixième film présenté à l’Outfest. Parmi les anciens films qui ont été diffusés il y a la comédie musicale que j’ai écrite et produite Leave it on the Floor, mais aussi Eating Out : All You Can Eat, Little BFFs, Boychick et Lost Cause.

I Do est l’histoire d’un anglais homosexuel vivant à New-York (David W. Ross) qui se marie à sa meilleure amie (interprétée par Jamie-Lynn Sigler de The Sopranos) afin d’avoir un visa. Les choses se compliquent lorsqu’il tombe amoureux d’un homme (Maurice Compte). C’est une histoire passionnée et très humaine qui parle d’amour, de la perte des personnes qui nous sont chères et de la famille. Il sert également à montrer les inégalités relatives au mariage dans ce pays.

Je suis diplômé de l’école de films et de télévision UCLA et je me suis fait la main sur les documentaires et la téléréalité en travaillant pour Bravo, MTV, VH-1, A&E et d’autres chaînes. Une de mes expériences les plus marquantes dans ce domaine fut le documentaire Camp Michael Jackson, qui suit des fans de Michael Jackson se mettant en scène à Santa Maria, en Californie, lors du procès tristement célèbre de leur idole pour agression sexuelle. Avant cela j’étais très actif dans la communauté LGBT en travaillant comme éducateur pour AIDS Project Los Angeles (APLA) et puis en tant qu’éducateur santé dans le système carcéral de Los Angeles. J’aime dire que travailler avec des détenus m’a amplement préparé à une carrière à Hollywood !

 Il y a beaucoup de choses à l’Outfest cette année, et c’est le trentième anniversaire du festival ! En quoi est-ce que votre film s’intègre à l’Outfest ? Qu’espérez-vous qu’il apporte à toute cette variété de films diffusés pendant le festival ?

Il ne pouvait y avoir de meilleur moment pour qu’un film comme I Do soit réalisé. Les problèmes d’égalité au mariage et d’immigration sont passés en première ligne des discussions nationales. En regardant les trente années de films ayant eu lieu à l’Outfest, il me paraît inconcevable que ces problèmes ne soient pas mis en première ligne aujourd’hui. Au fur et à mesure de l’évolution des films gays, je suis aujourd’hui fier de dire que I Do met en scène des personnages riches, un scénario bien ficelé, un très beau cinéma, un résultat puissant et de grandes qualités de production. Bien qu’il attire le public gay, notre but est de toucher tous les publics et de conquérir leurs cœurs et âmes.

Les gens vont venir de partout dans le monde pour partager et voir les films à l’Outfest. Qu’espérez-vous que les gens retiennent de votre film ?

Je pense que ce qui fait que I Do se tienne est notre approche du sujet. Au lieu de marteler le public avec ces problèmes nous avons eu une approche vraie, originale et humaine, et l’on espère que vous tomberez amoureux des personnages et souhaiterez leur bonheur. J’aime penser que notre film est l’un de ceux où l’on rit, pleure et si nous avons fait notre travail correctement, un film qui sonnera comme un cri de ralliement.

Y a-t-il également quelque chose que les angelenos en particulier peuvent retenir de votre film ? Votre travail est ouvert à différents publics mais y a-t-il certains thèmes, images, concepts qui pourraient davantage toucher les angelenos que les autres spectateurs ?

 La brève réalité de la question de l’égalité au mariage en Californie en 2008, puis sa disparition sommaire quatre mois plus tard ont vraiment eu un impact sur les personnes LGBT et leur famille à Los Angeles. Les angelenos sont passionnés par cette question et se sentiront, avec un peu de chance, plus concernés par I Do. Un bonus en plus ? Toutes les stars du film, David W. Ross, Jamie-Lynn Sigler, Alicia Witt, Maurice Compte, et le reste de notre adorable équipe, vivent à Los Angeles, donc lorsque vous tombez sur eux dans la rue, vous pouvez leur dire combien vous avez aimé I Do ! Je suis un peu biaisé, mais je pense qu’ils ont tous fait un travail déterminant pour leur carrière avec ce film et je ne pourrais être plus fier.

En regardant vers l’avenir, qu’y a-t-il de prévu pour vous et ce film après l’Outfest ? Où est-ce que votre film ira ? Quels sont vos espoirs pour ce film ?

Après l’Outfest, je suis fier de vous annoncer que le Qfest de Philadelphie a fait de I Do leur pièce maîtresse et qu’ils honorent David W. Ross avec leur Prix de la star montante du cinéma. Après cela nous jouerons dans d’autres festivals et nous sommes à la recherche d’une distribution pour que I Do touche le plus de personnes possible. Les problèmes que le film soulève sont ceux qui nous aident actuellement à définir notre nation. En plus, les personnages sont si attachants, ça ne peut qu’aider les gens à s’intéresser à ces sujets-là. Me concernant, je suis en train d’écrire quelques nouveaux projets de films, nous prévoyons de lancer Leave it on the Floor sur scène dans l’année. Je travaille également sur une nouvelle comédie musicale. Enfin, j’espère que I Do me lancera sur un terrain un peu plus dramatique. En effet, la plupart de mes précédents travaux étaient des comédies ou des documentaires et j’ai trouvé que réaliser un drame était vraiment épanouissant du point de vue de la création.

Interview Originale sur le Site Laymyours.com.

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre