MaryJet : Interview de la chanteuse, Mariette Hansson

Mariette Hansson

Interview réalisée par Laura le 05 Décembre 2011 pour le site Cherygrrl.com

Elle a récemment sorti un nouveau single et un clip mortels, nous avons donc décidé qu’il était temps de rencontrer notre rockeuse suédoise lesbienne préférée. Ici, Mariette Hansson (Maryjet) nous a mis au courant de la vie après « Idol », de ses relations avec ses fans gays, et de la réalisation de cela :

La dernière fois que nous vous avions parlé c’était il y a deux ans maintenant, au début 2010. À cette époque vous profitiez de la couverture médiatique apportée par « Swedish Idol » et vous étiez excitée de travailler sur votre nouvel album. Donc, où en êtes-vous maintenant au niveau de votre musique ? Quelles sont les dernières nouvelles ?

Oui, après « Swedish Idol » je voulais sortir et jouer pour tous mes nouveaux (et anciens) fans. J’ai passé près d’un an en tournée, ce que j’ai adoré ! À la fin de cela j’ai commencé à écrire un peu pour un nouvel album, qui sera bientôt fini. Donc en ce moment je consacre tout mon temps et toute mon énergie à cela.

De quoi parle votre nouveau single « Forever » et de quoi vous êtes-vous inspirée pour son écriture ?

La chanson est coécrite par un bon ami, Torbjörn Månsson (Halmstad, Suède). Elle parle surtout du premier amour, lorsque vous êtes adolescent, lorsque vos sentiments se retrouvent dans tout ce que vous faites et que vous pensez que l’amour durera toujours. C’est un sentiment unique, et même si vous tombez amoureux plusieurs fois, vous vous rappellerez toujours ce premier amour et ce premier baiser. Mais en même temps, tout ne se passe pas comme vous espéreriez que cela se passe…

Le clip est génial. Quels étaient vos objectifs en le réalisant ?

Merci ! Nous voulions créer des images qui accompagneraient l’atmosphère de la musique. La vidéo est un reflet des souvenirs de mes jeunes années, quand la vie était moins compliquée. On doit le succès de la production finale à Alana da Silva, qui a fait un travail incroyable sur la production, le tournage et le montage.

Quels sujets et thèmes explorez-vous le plus en ce moment dans votre musique ?

L’éternelle recherche du soi intérieur… mixé avec l’amour, les relations, les séparations, les carrefours et les choix que l’on fait dans la vie.

Que faites-vous quand vous ne faites pas de la musique – d’autres hobbies/intérêts/etc ?

Voyager est mon hobby préféré. J’adore Paris. Paris je t’aime ! (NDLT : En français). La bonne cuisine et le vin, le snowboard, et rassembler mes amis autour d’un bon buffet et d’un jeu de société !

La dernière fois vous nous avez parlé de votre petite-amie avec qui vous étiez depuis trois ans. Êtes-vous toujours ensemble ?

Oui, je suis heureuse de vous dire que cela n’a pas changé !

Vous êtes en Suède mais avez-vous la chance de faire des tournées dans d’autres parties du globe ? Où n’avez-vous pas encore été mais aimeriez-vous vous produire ?

J’ai eu le plaisir de faire un peu de concerts internationaux. J’étais récemment à Reykjavik en Islande et j’ai joué pour la Gay Pride là-bas. Il y avait 100 000 personnes dans le public, vraiment époustouflant ! Ce serait vraiment cool de jouer à NYC. Je n’ai jamais été là-bas, mais ça a été un rêve pendant longtemps ; et je sais que j’aimerais à la fois les gens et la ville. Il y a plein d’autres endroits dans lesquels j’aimerais jouer, comme Berlin, Tokyo, la Chine ou n’importe où où ma musique me portera.

Quelles sont, selon vous, les différences entre la scène musicale de Suède et celle des USA ?

En tant qu’artiste et auteur, je pense que la grosse différence entre la Suède et les USA est que l’industrie de la musique aux USA est plus grande. Parce que la Suède est un petit pays, les gens qui travaillent dans différents genres font partie de la même communauté de musique. Ici, en Suède, habituellement, les artistes, les producteurs, etc se connaissent les uns les autres, ou du moins savent des choses sur eux. J’ai la sensation que la communauté musicale de Suède est unie et impliquée à aider chacun à avancer. Il est peut-être plus dur d’unifier toute l’industrie musicale des USA, vu combien c’est vaste.

Et à propos des fans lesbiennes ? Ici, les lesbiennes ont tendance à se concentrer autour des musiciennes lesbiennes out. Trouvez-vous que vous avez une grande base de fans lesbiennes ?

J’ai beaucoup de fans gays partout dans le monde, mais la plupart de mon soutien vient de Suède. Je suppose que beaucoup de mes fans gays se lient à moi autant qu’à ma musique et mes paroles. La connexion avec mes fans gays est profonde et j’ai un rapport spécial à eux.

Si vous n’aviez pas eu la musique dans votre vie, qu’auriez-vous voulu faire comme carrière à votre avis ?

Si je n’avais pas eu la musique, ça ne me dérangerait pas d’être une boxeuse professionnelle ou une snowboardeuse. Être une experte en vin m’aurait aussi intéressée. Dans une autre vie, j’aurais peut-être même pu être docteur ! Mais pour être honnête je ne peux pas imaginer ma vie sans musique.

Quelle serait la chose que les fans seraient surpris d’apprendre sur vous ?

J’ai une passion pour le maquillage et je force souvent mes amis à être mes cobayes !

Interview Originale sur le Site Cherrygrrl.com

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre