L’Héritage Greenwood de Jacques Sadoul

L'Héritage Greenwood de Jacques Sadoul

Titre Français : L'Héritage Greenwood

Titre Original : L'Héritage Greenwood

Auteur : Jacques Sadoul

Date de Sortie : 1981

Nationalité : Française

Genre : Roman Policier

Nombre de Pages : 218 pages

Éditeur : J'ai Lu

ISBN : 2-277-21529-5

L'Héritage Greenwood : Quatrième de Couverture

Los Angeles, été 80. L’ambiance folle, les nuits délirantes, le décor superbe de Californie. Vie de plaisirs et de fastes que vient, soudain, troubler une affaire criminelle peu ordinaire. Amanda Greenwood, une jeune et riche héritière, est enlevée et son frère Baynard assassiné dans leur luxueuse villa de Bel Air.

Témoin du double drame : Carol Evans, une femme curieuse et exceptionnelle qui vient d’être chassée des Services Spéciaux U.S. pour folie homicide ! Elle va alors, tel un fauve déchaîné, se jeter à corps perdu dans ce drame, où elle n’a pourtant rien à faire.

L'Héritage Greenwood : Avis Personnel

L’Héritage Greenwood est le premier roman de Jacques Sadoul mettant en scène l’officier Carol Evans du service Action de la CIA. Cette jeune femme, brune, libre, indépendante et violente mesure 1m 75 pour 67 kg de muscle et fait 95 cm de tour de poitrine. Elle a été mise en congé forcé pour « folie homicide » et cherche à passer le temps avec difficulté. L’action lui manque et c’est tout naturellement qu’elle se lance dans l’histoire d’enlèvement d’Amanda Greenwood qu’elle a réussi à empêcher.

Comme elle aime le dire elle-même, Carol n’est pas une spécialiste de la réflexion mais plutôt une adepte de l’action. Pour obtenir des renseignements, elle adore utiliser la force allant parfois jusqu’à la torture. Ouvertement lesbienne, elle évolue dans un milieu exclusivement masculin et succombe toujours au charme de la belle Amanda.

Premier roman policier lesbien découvert dans le grenier de ma grand-mère, L’Héritage Greenwood a certes beaucoup vieilli mais il reste un ovni dans la bibliothèque où il a été trouvé. Ecrit par un homme il n’en dresse pas moins un portrait étrange et surprenant de femme libre. A acheter dans une brocante.

L'Héritage Greenwood : Extraits

« Même à Los Angeles, ce n’est pas tous les jours qu’on voit une fille se faire enlever.

Il y avait bientôt deux mois que je résidais en Californie, pour raisons de santé. « Fatigue nerveuse », avait-on dit dans le Service ; pourtant je me sentais en pleine forme ! A l’époque où j’étais au Viêt-nam, ou dans quelque autre point chaud du globe, on ne se préoccupait pas autant de ma santé. » (Page 5)

« Je lui adressai mon plus gracieux sourire et, sans répondre, je m’avançai vers lui. Il ne se méfiait toujours pas, et parut très surpris lorsque les doigts joints de ma main droite vinrent percuter son plexus solaire. Je constatai avec plaisir que je n’avais rien perdu de mon habileté aux techniques du combat rapproché ; l’homme se tassa à mes pieds et ne bougea plus. Je me dirigeai tranquillement vers la Ford dont j’ouvris la portière arrière. Son compagnon réagit trop tard. Lorsqu’il parvint à saisir son couteau à cran d’arrêt, je l’avais déjà attrapé par le col de sa veste et tiré hors de la voiture. Un atemi à la base du crâne l’acheva ; il se répandit sur le sol comme du lait qui déborde.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre