Let’s Love Hong Kong

Qui aimes-tu ?

Année de Production : 2002

Réalisation : Yau Ching

Scénario : Yau Ching

Avec : Chung-Ching Wong (Chan Kwok Chan), Erica Lam (Zero), Colette Koo (Nicole), Maria Cordero (La Mère)

Nationalité : Hong Kong

Genre : Drame

Durée : 1h 22min.

Titre Original : Ho yuk

Let’s Love Hong Kong : Résumé

Chan Kwok Chan gagne sa vie en travaillant sur un site internet de charme. Quand elle ne tourne pas, elle passe sont temps à errer dans les rues de sa ville, complètement muette. Elle visite de nombreux appartement pour déménager avec sa mère et croise Zero qui vit de petits boulots et dort dans un cinéma. Zero est très vite séduite par l’énigmatique jeune femme qui reste très mystérieuse et commence à la suivre. Nicole, elle, est une femme d’affaire qui a un excellent travail et gagne bien sa vie mais s’avère désespérément seule. La nuit venue, elle phantasme sur le site de Chan Kwok Chan…

Chan Kwok Chan gagne sa vie en travaillant sur un site internet de charme. Quand elle ne tourne pas, elle passe sont temps à errer dans les rues de sa ville, complètement muette. Elle visite de nombreux appartement pour déménager avec sa mère et croise Zero qui vit de petits boulots et dort dans un cinéma. Zero est très vite séduite par l’énigmatique jeune femme qui reste très mystérieuse et commence à la suivre. Nicole, elle, est une femme d’affaire qui a un excellent travail et gagne bien sa vie mais s’avère désespérément seule. La nuit venue, elle phantasme sur…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : L'errance d'une jeune lesbienne.

Note des lectrices : Soyez la première !
63

Let’s Love Hong Kong ou Ho Yuk fait partie de ces films qui à la fin de leur visionnage vous laissent un arrière goût d’inachevé parce qu’on aurait souhaité en savoir plus. Ça ne vient pas de la réalisation. Elle est plutôt bien aboutie et le montage est vraiment réussi grâce à ces transitions générées par les images du site Let’s Love. Ce n’est pas non plus la faute du scénario, j’ai vu bien pire et celui là est plutôt bien construit. Je dirais que ce sont les rapports à la vie, à l’amour et au sexe qui m’ont laissée songeuse.

Je reconnais d’abord qu’il m’a fallu longtemps pour comprendre que Chan Kwok Chan était la même femme silencieuse et fermée qui passe ses journées à marcher dans les rues de la ville que celle qui apparaît sur le site dans des positions sexuelles plus que suggestives. Il a fallu que Zero réagisse pour que je réagisse.

Mais ensuite les pièces du puzzle se sont assemblées avec facilité. Pour cette manipulation réussie, je dirais que le film est à découvrir. Par contre pour ce qui est de cette solitude tenace et vivace qui emprisonne les héroïnes, pour ce qui est de ce désespoir et de cette quête d’argent à tout prix, je serais plutôt comme Zero, j’aurai envie de pleurer.

Un film dérangeant et fort qui montre une toute autre manière de vivre à travers trois femmes solitaires qui rêvent du grand amour sans regarder vraiment les personnes qu’elles croisent à longueur de journée.

Il est à noter qu’il s’agit du premier film de Yau Ching, que l’actrice Erica Lam a été nominée au Golden Horse et que le long métrage a été présenté à travers de nombreux festivals gays et lesbiens.

Let’s Love Hong Kong : Extraits

CHAN : Le soir, quand vous dormez, vous sentez un goût amer dans la bouche ? Vous réalisez que vous n’avez pas parlé de la journée. Je suis chanceuse d’avoir un métier où je n’ai pas besoin de trop parler aux gens. Il ne requiert pas des compétences. Je n’ai pas de vraies compétences. La seule condition dans mon métier : je ne dois pas révéler la nature de mon travail. Mon agence ne veut pas que nos clients me voient dans les rues parmi la foule. Elle ne veut pas que ma mère le sache. Les amis de mère pourraient être les clients. Même ma mère pourrait être une cliente de ma boîte. Ces gens ne veulent pas me rencontrer dans la rue.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre