Lightswitch : Interview de l’Actrice Lara Dignam l’interprète de Danielle

Lightswitch : Interview de l'Actrice Lara Dignam l'interprète de Danielle

Interview réalisée par Isabelle B. Price et Magali Lehane le 18 Janvier 2010 pour le site Univers-L.com

Pouvez-vous nous parler de votre carrière (études, formation, projets antérieurs…) ?

J’ai pris des cours à Screenwise [NDLT : École très réputée enseignant le théâtre et le cinéma] à Sidney et suivi différents ateliers en Australie et à l’étranger. J’ai une formation musicale et théâtrale  et j’ai participé à un tas de courts-métrages, pièces de théâtre, spectacles de mime et quelques longs métrages.

Enfant, rêviez-vous de devenir actrice ?

Absolument ! J’ai toujours voulu être actrice ou danseuse, même si j’ai d’abord exploré d’autres domaines.

Comment avez-vous intégré ce projet de court-métrage ?

J’ai vu une annonce sur Internet, je suis allée à l’audition et vous connaissez la suite…

Pourquoi avoir souhaité incarner Danielle ? Qu’est-ce qui vous a séduite dans ce personnage ? Et dans l’histoire ?

C’est un rôle de film dramatique qui m’a donné une grande latitude pour créer un personnage vraiment différent de ceux que j’avais déjà joués. L’histoire m’a plu parce que le final reste très ouvert et peut être interprété différemment du point de vue de chaque spectateur.

Comment avez-vous travaillé pour vous glisser dans la peau de Danielle ? Est-ce que cela a été difficile ou avez-vous au contraire des points communs avec elle ?

Danielle est plus limitée que moi concernant les expériences de la vie et c’est de là que vient son idéalisme. Je suis moi aussi une romantique convaincue mais probablement plus pragmatique qu’elle.

Combien de temps a duré le tournage ?

Sept jours.

La fraîcheur et la candeur de Danielle s’allie parfaitement avec l’assurance et la force de Shauna. Comment avez-vous travaillé pour obtenir cette alchimie avec Kylie Watson ?

On a eu la chance de s’entendre vraiment bien et on est devenues de bonnes amies pendant le tournage. Nous étions à l’aise l’une avec l’autre ce qui a beaucoup facilité le développement d’une alchimie devant la caméra.

Quelle scène a été la plus difficile à tourner pour vous et pourquoi ?

Probablement la scène de rupture lorsqu’elles reviennent de leur escapade sur la côte. On l’a filmée à la fin d’une semaine très chargée et nous étions épuisées. Pour autant, c’était une scène chargée d’émotion donc c’était peut-être à notre avantage… ?

Votre plus beau souvenir de tournage sur Lightswitch ? Ou une anecdote amusante ?

Difficile de n’en choisir qu’un… On s’est éclatées tous les jours ! Toutes les scènes  impliquant la Hunter Spyder [la moto conduite par Shauna] étaient toujours très amusantes.

Pour vous, quel est le message principal du film ? Que retiendrez-vous de cette histoire ?

Le message principal serait Carpe diem et qu’il faut saisir la moindre opportunité pour découvrir de nouvelles choses.

Ressentez-vous une responsabilité particulière vis-à-vis de la communauté lesbienne et bisexuelle ?

J’ai ressenti la responsabilité de restituer les émotions du personnage et non pas son orientation sexuelle qui est secondaire pour moi. Dans cette histoire, il s’agit d’être fidèle à ce que l’on veut, à ses sentiments et avoir le courage de les suivre jusqu’au bout. Je suppose que vous pourriez dire que j’ai ressenti le devoir de donner à ces communautés un personnage honnête plutôt qu’un personnage qui ne soit que gay ou hétéro.

Sur quels projets travaillez-vous actuellement ? Travaillez-vous sur un nouveau film ou autre chose ?

Je prépare un nouveau projet avec Nat et Emma [Natalie KRIKOWA et Emma KELTIE, co-scénaristes et réalisatrice de Lightswitch] pour cet été et d’autres pour ma propre compagnie de production théâtrale.

Au début du court-métrage on peut voir que vous maîtrisez le saut de trottoir en vélo. Ça a été le résultat d’un entraînement de longue haleine ou bien vous êtes une habituée du vélo ?

Je peux conduire un vélo mais je n’ai pas reçu d’autre entraînement que ce que mon père m’a enseigné quand j’étais petite ! On a rendu l’accident plus spectaculaire grâce à la caméra et aux effets sonores mais en réalité je tombe juste sur le côté dans l’herbe.

Les balades romantiques à vélo, vous en pensez quoi ?

C’est une bonne façon de créer des liens tout en profitant de la beauté des côtes australiennes.

Vous parlez français couramment.  Voudriez-vous dire quelques mots pour vos fans en France ?

J’espère que vous aimez le film ! Et que vouloir c’est pouvoir.

Traduction de Magali Pumpkin

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre