Le débat sur le Mariage pour Tous – Mardi 05 Février 2013

Comme vous le savez, c’est en ce moment qu’a lieu le débat concernant le mariage pour tous à l’assemblée nationale.

Alors que samedi, l’assemblée adoptait pour une majorité de 249 contre 97 l’article premier ouvrant le mariage civil entre deux personnes de même sexe, et qu’ainsi une nouvelle page de l’histoire se tournait, c’est sans surprise que nous constations notre victoire sur le visage de l’opposition.

Après plus d’une semaine de débats acharnés de jour comme de nuit, (Dû aux 5050 amendements signés de l’opposition) la discussion avance à petits pas.

Parmi ces amendements, voici un petit best of des plus absurdes :

  • Donner à l’enfant le nom de l’officier d’état civil qui reçoit la déclaration
  • Supprimer le mariage
  • Autoriser la polygamie et l’inceste
  • Supprimer l’adoption pour les célibataires
  • Alerter sur l’immigration nuptiale
  • Rappeler la primauté des parents biologiques

Tant d’amendements ridicules et inutiles qui ne font en rien avancer le débat, et le transforme en un véritable marathon de propositions, qui n’en finissent pas.

L’opposition se sait en infériorité, mais on constate que cela ne l’empêche pas de rabâcher sans cesse les mêmes arguments, essayant de chercher la « petite bête ».

Après de longues nuits devant Direct assemblée nationale, on peut aisément constater que l’opposition cherche à nous avoir à l’usure, réclamant sans cesse des rappels aux règlements, clamant haut et fort des arguments a peine recevables dont voici une petite liste :

  • L’UMP à la majorité : « Laissez les homosexuels vivre ! Vivre, simplement vivre. »

Sans droits donc. Mais on a quand même le droit de vivre, ça c’est gentil !

  • Pour l’UMP, la loi du mariage pour tous est comparable à la destruction évoquée dans Fahrenheit 451.
  • L’UMP affirme qu’il y avait plus d’homosexuels à la manifestation du 13 janvier qu’à celle du 27. Mais aussi que la majorité «  cède aux caprices d’une minorité de bobos »

Alors réclamer le droit d’être égaux, reconnus par la justice signifie être un bobo !

  • L’UMP se dit « bâillonnée » par le gouvernement parce que ses amendements sont rejetés par la majorité.

Hier, on pouvait aussi se réjouir d’entendre Monsieur Philippe Meunier, député UMP, implorer la majorité de voter son amendement en argumentant qu’ainsi personne n’irait manifester le 24 mars prochain et qu’en votant contre, au contraire, ils les inciteraient à s’y rendre en masse.

Mais la palme d’or revient assurément à Elie Aboud, député UMP de l’Hérault.

Elie Aboud - Mariage pour tous

En effet, cette nuit, après de longues heures de débat, un climat plus qu’électrique est né dans l’Hémicycle suite à un propos choquant du député qui a ainsi parlé de « triangle noir » en faisant référence au « Triangle Rose » évoqué quelques jours plus tôt par Christian Assaf.

  • … Le triangle noir était dans l’univers concentrationnaire nazi le symbole des  » socialement inadaptés »

« Je peux vous assurer que mes collègues pédopsychiatres se réveillent et se rendent compte qu’il y a un vrai danger. Et d’ailleurs, je regarde mon collègue député de l’Hérault, monsieur Assaf, pour lui dire qu’il y a un pédopsychiatre qui est reconnu, et on ne peut pas le soupçonner de consanguinité politique avec nous, qui alerte toute la société », a déclaré l’élu de droite. « Vous savez madame la garde des Sceaux, ce n’est pas du triangle rose qu’il parle, mais d’un triangle noir, avec inscription SOS Danger. »

C’est sur ces paroles qu’est revenu le député ce matin même en affirmant manquer de culture et ignorer la référence au triangle noir ! Ce revirement rappelle la petite anecdote d’un groupe de rap français très en vogue, qui a écrit une chanson baptisée ‘’on t’a humilié’’ contenant les paroles suivantes : « Je crois qu’il est grand temps que les pédés périssent. Coupe-leur le pénis, laisse-les morts, retrouvés sur le périphérique ». Ils ont également affirmé lors d’une interview accordée au magazine International Hip Hop « On est homophobes à 100% et on l’assume », avant de voir enfler une énorme polémique. Ils n’ont alors rien trouvé de mieux que déclarer publiquement ne pas connaître le sens du terme homophobe.

Chaque jour on constate avec effroi à quel point ce débat peut aller loin, et à quel point nous devons soutenir nos députés qui se battent contre des préjugés inacceptables à l’heure actuelle.

Chaque jour, l’opposition ne cesse d’avancer des arguments plus discriminant les uns que les autres, et chaque jour on se demande pourquoi des hommes sont aussi préoccupés par l’idée de  nous priver d’une égalité que l’on mérite, et qui leur enlèvera rien.

Répondre