Le débat sur le Mariage pour Tous – Mardi 06 Février 2013

Toujours la même ambiance dans l’hémicycle aujourd’hui. Les jours et les nuits se suivent à et se ressemblent à l’assemblée.

C’est sans surprise que l’on a entendu Christian Jacob faire rappels au règlement sur rappels au règlement. Ou encore qu’on a surpris des moqueries concernant les choix vestimentaires d’Hervé Mariton. Et surtout qu’on a entendu des arguments de plus en plus ridicules (Monsieur Le Fur : « mes chers collègues, vous supprimez la belle-mère ! Vous supprimez un personnage essentiel du théâtre de boulevard » ou un peu plus tôt « Un parent, c’est un cousin, pas deux pères ou deux mères. » Un ami de Christine Boutin ?).

Le nombre d’insultes est croissant (on citera Monsieur Lellouche qui aurait dit à Christiane Taubira : « On en a marre de votre tête ») et c’est encore sans surprise que l’on constate le calme et la force de cette dernière qui a d’ailleurs déclaré « cela n’a aucun impact sur nous ».

Enfin, dans la bataille de celui qui criera le plus fort nous avons un gagnant : Christian Jacob !

Christian Jacob

Devant Direct AN, on se croirait  parfois à l’école primaire.

L’opposition semble avoir trouvé le point faible de la majorité en revenant inlassablement sur la question de la GPA et de la PMA, (alors que cette dernière n’est inscrite nulle part dans la loi sur le mariage pour tous.)

 «Il s’agit d’un prétexte de la part des députés de droite pour ne pas parler du fond et de la loi sur le mariage», estime Corinne Narassinguin, députée des Français de l’étranger.

L’opposition sait que l’avis est partagé au sein même de la majorité en ce qui concerne GPA et PMA. Ils en profitent pour tenter de les diviser au sujet du mariage pour tous, et ainsi de prouver qu’il y a des raisons de s’y opposer.

Désormais, il semblerait que la tactique de l’opposition ne soit plus de défendre ses amendements mais de s’indigner face au silence du gouvernement en créant une polémique visant à discréditer la sincérité de la majorité…

Mais le pire (que nous ne comprenons pas) est sans doute d’entendre certains députés réduire le mariage à la fonction de reproduction. Nous en conclurons que ces mêmes députés n’ont pour seul argument que la définition même d’un mariage qui n’existe plus depuis 70 ans. A quoi bon revenir inlassablement à la définition du mariage que l’on trouve dans le dictionnaire, quand on sait qu’aujourd’hui 56.6% des enfants naissent hors mariage, et que depuis le premier janvier on compte déjà pas moins de 13 000 divorces en France. (Environ 132 977 par an)

Comment peut-on avancer qu’il serait désastreux d’ouvrir le mariage aux couples homosexuels en se basant sur le simple fait que biologiquement deux personnes de même sexe ne sont pas capables de faire un enfant, et en déduire qu’ils ne pourront donc jamais construire une famille saine ?

Voilà maintenant 75 heures que le débat dure, sans évoluer. 75 heures de débat, et toujours les mêmes arguments ressassés par l’opposition, alors que nous en sommes encore à « #UnPaPaUneMaman » nos voisins d’outre-manche ont adopté la loi concernant le mariage homosexuel en trois heures cet après-midi.

Depuis quand la France est-elle si puritaine ? Depuis quand ne sommes-nous plus un pays laïque ?
75% des français pensent que ce débat a trop duré. Bien que nous vivions un moment historique dont nous serons fiers dans quelques années, il va de soit que nous devons dénoncer la vague d’homophobie qui a déferlé en France depuis janvier 2013. Combien de temps encore avant que les couples homosexuels puissent se tenir la main librement dans la rue sans se faire dévisager par les passants ?

Il est clair que malgré tout, le débat avance à petits pas et que la victoire est proche, néanmoins le nombre de problèmes qui résultent d’une loi visant à l’égalité de tous ne cessent de nous renvoyer l’image d’une époque que l’on disait appartenir à nos grands-parents.

Nous tenons, pour finir, à vous annoncer, qu’en ce moment même, la mairie de Moscou s’est prononcée en faveur de l’interdiction du baiser entre personnes du même sexe en public.
Jusqu’où cela va-t-il aller ? Nous ne demandons que l’égalité…

Cheryline et Charlotte Ribes (07 Février 2013)

Retrouvez le compte-rendu de la journée de Mardi 05 Février 2013

Répondre