Naissance Des Pieuvres

Le difficile passage de l’adolescence

Année de Production : 2007

Date de Sortie : 15 Août 2007

Réalisation : Céline Sciamma

Scénario : Céline Sciamma

Avec : Pauline Acquart (Marie), Adèle Haenel (Floriane), Louise Blachère (Anne), Warren Jacquin (François), Serge Brincat (L’entraîneur), Jérémie Steib (Le masseur)

Nationalité : Française

Genre : Adolescence, Drame

Durée : 1h 25min.

Titre Original : Naissance des Pieuvres


Interview(s) :

Interview de Céline Sciamma pour les Lesinrocks.com
Interview de Céline Sciamma pour Evene.fr
Interview de la réalisatrice et des actrices principales

Naissance Des Pieuvres : Résumé

Marie est une adolescente de 15 ans qui accompagne, un jour, sa meilleure amie, Anne, à un spectacle de natation synchronisée. Là, elle développe une véritable obsession pour cette étrange discipline. Elle est également troublée par la capitaine de l’équipe, la superbe et intouchable Floriane…

Alors que Marie combat ses désirs, Floriane se révèle l’objet du désir de nombreux hommes et ne rêve que de perdre enfin sa virginité. Anne, elle, affronte le regard des autres et particulièrement le sien sur son surpoids…

Marie est une adolescente de 15 ans qui accompagne, un jour, sa meilleure amie, Anne, à un spectacle de natation synchronisée. Là, elle développe une véritable obsession pour cette étrange discipline. Elle est également troublée par la capitaine de l’équipe, la superbe et intouchable Floriane… Alors que Marie combat ses désirs, Floriane se révèle l’objet du désir de nombreux hommes et ne rêve que de perdre enfin sa virginité. Anne, elle, affronte le regard des autres et particulièrement le sien sur son surpoids…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Une adolescente découvre son homosexualité.

Note des lectrices : 3.01 ( 9 votes)
54

Naissance des Pieuvres est le premier film de la scénariste et réalisatrice, Céline Sciamma. Elle a rédigé celui-ci pour son projet de fin d’études alors qu’elle était élève à la FEMIS dans la section scénario. Lors de l’examen final, le réalisateur Xavier Beauvois lui a conseillé de le porter elle-même sur grand écran, ce que la jeune femme a fait moins d’un an plus tard. Le film a été projeté au Festival de Cannes en 2007 dans la section « Un Certain Regard » et a reçu le Prix Jeunesse au Festival du Film Romantique de Cabourg.

Pourtant, malgré ces nombreuses distinctions, il a été reçu de manière mitigée par le public lesbien qui semblait attendre un réel questionnement sur l’homosexualité ou le coming-out. Certaines, rares, ont adoré, d’autres, plus nombreuses me semble-t-il, ont détesté du début à la fin.

Je fais partie du premier groupe, de celles qui ont adoré. Plusieurs raisons à cela. Déjà la manière de filmer de Céline Sciamma tout en retenue, en pudeur et avec un certain recul, une sorte de détachement. Le spectateur n’est pas un voyeur qui viole l’intimité de trois adolescentes, le spectateur est convié à entrer dans l’univers de ces adolescentes. Et en cela, ce long-métrage offre un regard sur l’adolescence, très juste et cruel comme je n’en avais pas vu depuis longtemps. C’est tout en nuance, en profondeur. Le rendu entre le côté enfant qui ressort par exemple quand Marie et Anne remplissent leurs joues d’eau et se font claquer la bise en crachant partout fait très enfantin et en même temps la conscience de Floriane sur le désir qu’elle déclenche chez les hommes est très adulte. C’est la manière dont se rejoignent ces deux mondes qui est si bien représentée.

Ensuite, le film doit énormément aux actrices. Pauline Acquart, Adèle Haenel et Louise Blachère se partagent la vedette avec le même talent et on est subjugué et ébloui par leur talent. C’est encore plus réel quand on voit les interviews qu’elles ont données à la presse.

Ce long-métrage n’est pas du tout un film sur l’homosexualité. C’est un film sur l’adolescence et cette période charnière où les enfants ne sont plus des enfants mais pas encore des adultes. C’est la chronique d’une étape dans la construction des individus.

Ce film a permis de découvrir une réalisatrice et scénariste très prometteuse, Céline Sciamma et c’est énorme. Une première œuvre réussie et fascinante, à découvrir.

Naissance des Pieuvres  ( DVD )

De Céline Sciamma

Avec Louise Blachère, Warren Jacquin, Pauline Acquart, Adèle Haenel

Prix : EUR 14,99
23 neufs & occasions à partir de EUR 5,98

4.1 étoiles sur 5 (6 commentaires client)

Naissance Des Pieuvres : Critiques Presse et Récompenses

 « Pour une première oeuvre, ce sublime petit film, fait figure d’oeuvre de chef, voire de petit chef-d’oeuvre d’émotion qui brille par son intense beauté et miroite comme un joyau au fond de l’océan. » Frédéric Mignard (aVoir-aLire.com)

 « Céline Sciamma filme l’adolescence dans son intemporalité : les instants de fusion, l’insatisfaction, les menues étrangetés et l’angoisse de la norme (…) son premier film est aussi la découverte d’une cinéaste. » Anne Diatkine (Elle)

 « Naissance des Pieuvres décrit un moment de spasme, mais avec une distance et un détachement troublants (…) Céline Sciamma a indéniablement un regard, un univers, un ton. » Jean-Marc Lalanne (Les Inrockuptibles)

« (…) cette description de l’irruption des premiers désirs sonne étonnamment juste, nuancée. Tout juste lui reprochera-t-on quelques facilités allégoriques (…) » Alex Masson (Score)

 « Petit film mais grande séduction. » Stéphane Delorme (Cahiers du Cinéma)

 « Le cinéma sans apitoiement de Céline Sciamma promet beaucoup. » Fabien Baumann (Positif)

 « À contre-pied des parcours traditionnels sur l’âge ingrat, le récit joue avec les codes tout en explorant la sexualité avec une franchise plutôt rare dans le cinéma français. (…) L’interprétation formidable et la musique appropriée complètent une mise en scène audacieuse qui révèle un refus délibéré du conformisme. » Christine Haas (Paris Match)

 « Naissance des Pieuvres aligne sèchement des gestes qui n’autorisent aucun sentimentalisme, aucun jugement. Mais les ballets nautiques sont un leurre, car l’essentiel est d’apprendre à tomber amoureuse. » Jean-Luc Douin (Le Monde)

 « (…) rien d’éculé dans ce film où règne le non-dit et où l’émotion s’agrippe sur les visages des personnages. » Alice Antheaume (20 Minutes)

 « Soutenue par les trois jeunes Comédiennes épatantes, cette Naissance des Pieuvres s’affranchit des caricatures et des idées reçues avec une facilité insolente. » Bruno Icher (Libération)

 « (…) la réalisatrice s’amuse à déconstruire méticuleusement le teen movie traditionnel en prenant des partis pris très forts pour se rapprocher au plus près de son sujet. » La Rédaction (Première)

 « (…) sa Naissance des Pieuvres est si prometteur et juste qu’on ne doute pas un seul instant que (…) Céline Sciamma (…) saura s’affirmer davantage dans son second long, qu’on attend avec une immense impatience. » Aurélien Allin (MCinéma.com)

 « Céline Sciamma se contente, comme on dit, de filmer platement son scénario, dépouillant ainsi son film de la moindre parcelle d’inconscient. » Jean-Sébastien Chauvin (Chronic’art.com)

 « Après le Et toi t’es sur qui? de Lola Doillon, un deuxième regard sur la sexualité des teenagers. Une approche volontiers originale, jouant sur le cadre dans lequel elle se déroule. Mais quand même bien des clichés. » La Rédaction (Ouest France)

 « Aux réponses toutes faites, ce premier film réfléchi et déjà très maîtrisé préfère les tâtonnements. » Jacques Morice (Télérama)

 « En plaçant sa caméra à distance idéale, Céline Sciamma a su filmer les tourments du désir adolescent sans pudeur excessive ni voyeurisme facile. » Thibault Raisse (Le Parisien)

« (…) [Ce film] envoie par le fond tous les clichés éculés des teen movies (…) Si la caméra organique s’attarde un peu trop sur les visages et les silences, ce film marque la naissance d’une réalisatrice qui a l’air de savoir bien nager. » Barbara Théate (Le Journal du Dimanche)

Naissance Des Pieuvres : Extraits

MARIE : Quand on y pense, le plafond, c’est sûrement le dernier truc que voient plein de gens. Au moins 90% des gens qui meurent, tu crois pas ? C’est sûr. En plus, quand tu meurs, la dernière chose que tu vois elle reste imprimée dans ton œil, un peu comme une photo. T’imagines le nombre de personnes qui ont des plafonds dans les yeux.
FLORIANE : Je regarderai plus jamais le plafond comme avant.

FLORIANE : Attends, je voudrais te demander un truc. C’est pas très normal.
MARIE : On s’en fout d’être normales.
FLORIANE : Je voudrais que ce soit toi, Marie. Je voudrais que… que tu sois la première. Que tu me débarrasses. Que tu me prennes d’un coup comme ça se sera fait.
MARIE : Je peux pas faire ça.
FLORIANE : S’il te plaît, Marie. S’il te plaît.
MARIE : Non.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre