La série Once Upon A Time propose enfin un épisode LGBT…

Once Upon A Time épisode LGBT

Nous vous avons déjà parlé de la série américaine fantastique, Once Upon A Time, qui revisite les contes de notre enfance rendant les méchants gentils, transformant les princesses en guerrières, etc… Nous avions abordé la question de l’homosexualité de Mulan à une époque où tout le monde avait crié au coming out alors qu’elle n’avait rien dit et qu’elle avait quitté la femme qu’elle était censée aimer pour intégrer la fine équipe de Robin des Bois. Depuis de l’eau a coulé sous les ponts et la série en est à sa saison 5 malgré une érosion flagrante de son audience qui a fait craindre pour son renouvellement. Heureusement, pour les fans, Once Upon A Time a été renouvelée pour une saison 6, la nouvelle est connue depuis le mois dernier.

Il est difficile d’aborder Once Upon A Time sans mentionner toutes les passions qu’elle déchaîne en premier lieu auprès de ses spectateurs. Même si cela peut nous apparaître très loin de l’attrait que peut déclencher une série en France, il faut savoir que les fans se sont réunis en équipe de couples de personnages qu’ils apprécient. Parmi ces couples, on retrouve ceux qui sont montrés à l’écran : Emma Swan (l’héroïne interprétée par Jennifer Morrison) et le Capitaine Killian Hook Jones (Colin O’Donoghue). Il y a également Regina Mills/The Evil Queen (jouée par Lana Parrilla) et Robin Hood (Sean Maguire). Mais il y a également un couple que beaucoup voudraient voir arriver (pour de très nombreuses raisons) entre Emma Swan et Regina Mills. Ces deux femmes fortes que tout semble opposer et qui sont en fait très semblables. Elles aiment le fils qu’elles ont en commun (abandonné à la naissance par Emma et adopté par Regina), elles ont souffert par le passé, elles ne sont pas toutes blanches et parfaites, etc…

Des luttes existent entre ces groupes de fans notamment sur les réseaux sociaux allant parfois jusqu’à l’homophobie la plus triste puisque comme vous l’avez compris, l’un des trois couples, le fictif, est lesbien. Si les créateurs, les acteurs, les auteurs ont toujours expliqué que le couple entre Emma et Regina n’arriverait jamais, ils n’ont pourtant jamais fermé la porte à un possible couple gay. Malheureusement leur communication a été peu entendue et assez désastreuse sur le sujet. Il aura finalement fallu plus de 100 épisodes (il s’agit exactement du 106ème épisode) pour que la série offre enfin un baiser entre deux personnes de même sexe.

Dans l’épisode 18 de la saison 5 diffusé le 17 avril dernier et réalisé par Eriq La Salle (le Dr Benton dans Urgences pour les passionnées de séries télévisées) deux femmes se sont embrassées. Et ce n’était pas n’importe quel baiser, c’était le baiser de l’amour véritable qui permet de réveiller celui ou celle qui est prisonnier d’un sortilège de sommeil éternel. Si plus personne dans l’équipe ne suit la série (j’ai abandonné à la fin de la saison 1 car le concept des deux mondes était épuisé et n’a pas su se renouveler), nous nous sommes posé la question de l’intérêt de cet épisode en terme de visibilité.

La visibilité est présente, l’épisode est rythmé et le personnage au centre de l’histoire est bien Ruby (Red Riding Hood/Le Petit Chaperon Rouge) interprété par Megan Ory que tout le monde rêvait de retrouver. Elle est accompagnée de la lesbienne qui n’a pas fait son coming out, Mulan et elles rencontrent toutes les deux Dorothy Gale (Teri Reeves) au pays d’Oz. Difficile de raconter la suite sans vous spoiler donc attention, je vais vous spoiler, ne continuez pas si vous regardez et aimez la série. Ruby et Dorothy se détestent d’abord puis sont contraintes de s’allier, se découvrent, se plaisent, se quittent sur un quiproquo, se retrouvent, se sauvent et bam, c’est l’amour pour toujours. Un moment difficile pour Ruby qui peut heureusement compter sur sa meilleure amie Mulan et son autre meilleure amie Snow White (Blanche Neige) qui est quand même celle qui lui fait prendre conscience de ses sentiments (enfin la force un peu à accepter la réalité).

Ce qui m’interroge dans le traitement de l’histoire est le fait d’avoir choisi de faire un épisode « gay ». Nous vous avions annoncé que cela pourrait arriver et c’est le cas. Loin d’être récurrents dans la série, les personnages sont secondaires et vont certainement être très vite oubliés. Ensuite, l’histoire n’est pas développée sur un arc de plusieurs épisodes, mais uniquement sur un seul épisode. Si le contenu de ce dernier est positif et la visibilité bien là, j’ai eu la sensation de revenir 20 ans en arrière. On a l’impression que les auteurs ont voulu donner quelque chose parce qu’ils y étaient obligés, mais qu’ensuite ils voulaient revenir à leur histoire composée d’hétérosexuels blancs trentenaires.

Les séries faisaient cela avant et cette visibilité était la seule et comptait énormément. Ce qui a entraîné la création de ce site d’ailleurs. On pense à Sous le Soleil, JAG, Fastlane et d’autres articles très très anciens. Mais aujourd’hui, je me demande si les téléspectateurs attendent vraiment quelque chose de ce genre. Aujourd’hui j’ai l’impression que nous sommes arrivés à une période où ce qui importe est plus au niveau de l’intégration quotidienne. Du coup des séries télévisées comme The 100 (en oubliant le problème de la mort de Lexa sur lequel je reviendrai dans un autre article) offre en la personne de Clarke un personnage qui a une sexualité fluide et qui est très fouillé au niveau psychologie. Pareil pour Malaya dans Code Black et les dernières séries comme Black Sails, Blindspot, Orphan Black, Orange Is The New Black etc…

J’en viens donc à me demander si nous ne sommes pas entrés dans une autre ère. Et clairement, pour moi Once Upon A Time ne l’a pas compris.

Vidéo

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

2 commentaires

  1. Je suis entièrement d’accord avec ton analyse moi aussi. J’ai eu la sensation en regardant l’épisode qu’on me balançait un nonos en disant « bon ça y est vous l’avez eu votre séquence LGBTQ vous pouvez arrêter de raler maintenant! ».
    Faut dire que cette saison a connu une énorme baisse d’audience on les sent obligés de faire un effort mais je doute qu’on revoit le couple de sitôt. OUAT est la série la plus blanche et conservatrice que l’on peut voir ces dernières années….

  2. J’ai adoré ton analyse Isabelle que je trouve très juste. Ça montre quelque part qu’on a passé un cap en terme de visibilité lesbienne dans les médias car maintenant on peut se montrer difficile… :) Rien que ça, ça se fête, non ? !

Répondre