Oscars 2016 : quelle place pour les films Lesbiens aux Oscars ?

Alors que la 88ème cérémonie des Oscars aura lieu ce dimanche 28 février, on se demande déjà toutes si Carol repartira avec une petite statuette (ou plusieurs même !). En effet, le film de Todd Haynes, sorti dans nos salles le 13 janvier dernier, est nominé dans six catégories différentes dont celles du meilleur scénario, des meilleurs costumes, de la meilleure actrice. La cérémonie approchant à grand pas, le moment est donc venu pour nous de faire le bilan des derniers films mettant en scène des histoires d’amour entre femmes nommés et/ou récompensés aux Oscars.

On se souvient évidemment de Boys Don’t Cry un long métrage de 2000 qui a bouleversé les critiques et le public grâce à l’incroyable interprétation d’Hilary Swank dans le rôle de Teena, une jeune adolescente du Nebraska, assumant mal sa condition de fille. Débarquée à Falls City elle devient Brandon, un garçon aux cheveux courts, très vite adopté par une bande de désœuvrés. Teena-Brandon s’intègre au groupe mais reste toujours prisonnière de cette crise d’identité sexuelle qui l’a hantée sa vie entière. Elle tombe alors amoureuse de Lana, la petite amie de John. Mais en découvrant la vérité sur Teena, ce dernier entre dans une rage meurtrière.

En 2003, c’est Nicole Kidman qui remporte l’Oscar de la meilleure actrice dans The Hours en incarnant la romancière Virginia Woolf plongée dans les années 1920 dans l’écriture de son roman Mrs Dalloway. Adapté du roman éponyme de Michael Cunningham, The Hours raconte trois émancipations féminines (on retrouve Meryl Streep et Julianne Moore aux côtés de Nicole Kidman) vis-à-vis d’un ordre masculin, fût-il enfantin ou homosexuel, et fût-ce par la mort.

En 2004, Charlize Theron méconnaissable nous offre une véritable performance dans Monster. Elle y interprète Aileen, une jeune femme errant sans but et obligée de se prostituer pour survivre. Mais un soir, le moral au plus bas, elle rencontre dans un bar la jeune Selby. C’est le coup de foudre. Pour protéger leur amour et leur permettre de subsister, Aileen continue de se vendre jusqu’à cette nuit où, agressée par un de ses clients, elle le tue. Ce premier crime marque le déclenchement d’un terrible engrenage…

En 2010, le film Black Swan du réalisateur Darren Aronofsky met en scène les rivalités à l’œuvre au sein de la troupe du New York City Ballet. Nina, interprétée par la très belle Natalie Portman qui sera récompensée pour cette interprétation, est prête à tout pour obtenir le rôle principal du Lac des cygnes que dirige l’ambigu Thomas, le directeur artistique de la troupe. Mais elle se trouve bientôt confrontée à la belle et sensuelle nouvelle recrue, Lily interprétée par la séduisante Mila Kunis.

On se souvient aussi de Julianne Moore et Annette Bening en couple dans Tout va bien ! The Kids are all right une comédie sur l’homoparentalité. Dans ce film de 2010, Nic et Jules sont deux femmes mariées ensemble qui vivent avec leurs deux enfants dans le sud de la Californie. Leur vie paisible est chamboulée quand Laser, quinze ans, demande à sa sœur Joni, dix-huit ans, de faire des démarches pour retrouver leur père biologique. Les deux adolescents font alors la connaissance de Paul, un restaurateur à l’esprit libre, qui, plus jeune, donnait son sperme. Les deux mères n’ont alors pas d’autre choix que de faire sa connaissance et de lui faire une petite place dans leur famille unie. L’équilibre du cocon familial est alors mis à rude épreuve. Nommés dans quatre catégories différentes le film repartira cependant bredouille…

Si le cinéma grand public semble aujourd’hui investir plus qu’avant l’amour lesbien, on reproche encore régulièrement à l’industrie du cinéma de ne pas prendre au sérieux des films d’amour entre femmes. La Vie d’Adèle, palme d’Or 2013 ne sera d’ailleurs pas retenu dans la liste des films nominés pour l’Oscar du Meilleur Film Etranger. De même, lors de la présentation du film Carol au Festival du film de New York, en octobre 2015, Rooney Mara, avait déclaré que la question de l’homosexualité au cinéma n’était pas encore suffisamment traitée : « Il y a beaucoup de personnes qui partagent cette expérience et il n’y a pas beaucoup de films qui en ont parlé dans le passé ». Ellen Page, à l’affiche de Free Love, confiait récemment au Times que les choses évoluaient lentement : « Je veux voir des histoires de gays, bien sûr, car je suis homosexuelle, et je veux connecter un reflet de ma vie dans des films« . Hollywood semble être bien parti pour montrer plus de diversité.

Pour cette année 2016, tous nos espoirs reposent évidemment sur le film Carol qui dispute la rude course aux Oscars. Adapté du roman de Patricia Highsmith The Pride of Salt, Carol raconte une histoire d’amour dans le New York puritain des années 1950 entre Theresa (Rooney Mara qui a d’ailleurs gagné le prix d’interprétation à Cannes pour ce rôle), jeune employée d’un magasin de jouets à Manhattan et Carol (interprétée par Cate Blanchett), femme séduisante et prisonnière d’un mariage peu heureux. Les deux femmes se retrouvent alors prises au piège entre les conventions et leur attirance mutuelle. Ensemble, elles se lancent dans un road trip pour tenter d’échapper aux conventions qui pèsent sur elles…

Les Oscars constituent donc un véritable enjeu dans la représentation de couples homosexuelles au cinéma. Déjà sacrée meilleure actrice, en 2014, grâce à son extraordinaire performance dans Blue Jasmine de Woody Allen, Cate Blanchett est une habituée des Oscars. Si la compétition est rude une fois encore, il ne nous reste plus qu’à attendre quelques jours avant de savoir si l’Oscar de la meilleure actrice pour Carol lui sera décerné.

A propos de Ophélia Pinto

Répondre