Parc’qu’elle aime une femme de Mannick

Parc'qu'elle aime une femme de Mannick

Extrait de l'Album : Mannick

Date de Sortie : Février 2000

Paroles : Mannick

Musique : Mannick

Nationalité : Française

Genre : Variété Française

Durée : 2 : 58 minutes

Titre Original : Parc’qu’elle aime une femme

Parc’qu’elle aime une femme : Avis Personnel

Mannick, de son véritable nom Marie-Annick Rétif, est une auteure-compositrice française née en 1944 à Angers. Passionnée de musique, elle crée et participe à plusieurs groupes dès 1960. Son premier groupe, Les Collégiennes, créé avec sa sœur et deux amies, lui permet de partir en tournée à travers le Québec, l’Italie et même la Turquie entre 1960 et 1968. Entre 1970 et 1976 Mannick est la voix féminine du groupe Crèche.

À partir de 1976, Mannick commence à se produire seule sur scène en s’accompagnant à la guitare. Son premier album solo, Paroles de Femmes, est certifié Disque d’Or. Elle sort ensuite plusieurs autres albums dont Rien que des Chansons d’Amour et Paroles d’Automne qui remporte le Grand Prix de l’Académie du disque Français en 1989.

Paroles

D’abord on a pris ses enfants
On leur a défendu de l’appeler « maman »
Parce qu’elle est une femme
Et qu’elle en aime une autre

Et puis on l’a jetée dehors,
Bien sûr aux yeux de tous,
Elle avait tous les torts,
Parce qu’elle est une femme
Et qu’elle en aime une autre…

Des bataillons rangés de commères en ragots
Lui ont craché dessus, l’ont frappée dans le dos,
À coup de médisances et de sous-entendus.
Et les hommes insultés, au travers du mari
Ont aiguisés leurs dents et se sont faits pour lui
Cancaniers lamentables, en quête d’aboiements

Elle a fait le tour du malheur
Lapidée jusqu’au fond de la tête et du coeur,
Parce qu’elle est une femme
Et qu’elle en aime une autre…
Et tous ceux qui l’ont condamnée
Au travers de sa vie essaient de la blesser,
Parce qu’elle est une femme
Et qu’elle en aime une autre…

Lui, le mâle outragé dans sa virilité,
Exhibe sa rancoeur en toute liberté,
En réclamant vengeance, pour sauver son honneur.
Les autres, dans la rue, ont des regards geôliers,
Pour celle que l’on cloue au banc des accusés.
La ville intolérante allume ses bûchers.

Au pays des Ayatollahs
On l’aurait fusillée comme on le fait là-bas
Au nom de la normale
Religion ou morale.
Ici non plus, rien n’est gagné
Pour ces hommes et ces femme qui n’ont pas trouvé
Même au pays de France, Le droit de différence !

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre