Sax & Jude de Radclyffe

Sax & Jude de Radclyffe

Titre Français : Sax & Jude

Titre Original : Passion’s Bright Fury

Auteur : Radclyffe

Date de Sortie : 26 Novembre 2007

Nationalité : Américaine

Genre : Roman d'Amour

Nombre de Pages : 243 pages

Editeur : Labrys Éditions

ISBN : 2-916456-06-6

Sax & Jude : Quatrième de Couverture

Dans un service de traumatologie, le temps est l’ennemi et Saxon Sinclair, chirurgienne en chef, le combat sans relâche pour sauver des vies. Aussi quand la direction de l’hôpital lui impose la présence d’une équipe de tournage, elle n’y voit qu’une intrusion insupportable et une tentative futile d’expliquer au monde extérieur ce qu’est sa vie au quotidien.

Jude Castle, la réalisatrice du documentaire, est pourtant déterminée à apprivoiser Sinclair pour mener à bien son projet : filmer et suivre pendant un an la formation d’une jeune interne qui devra apprendre ce qui fait de Saxon Sinclair l’une des chirurgiennes les plus douées de sa génération.

Entre Sax et Jude, naît peu à peu un respect mutuel qui laisse place à une attirance irrésistible.

Auteure prolifique, Radclyffe a déjà publié une trentaine de romans aux Etats-Unis, notamment la série des Honneur. Grâce à son expérience de chirurgienne, elle apporte à cette histoire une touche de réalisme saisissant.

Sax & Jude : Avis Personnel

Le dernier roman des Editions Labrys est un petit bijou. Je ne savais pas comment commencer cet avis personnel alors j’ai décidé d’être directe. Lorsque j’ai d’abord découvert la couverture, je me suis dit encore une de ses histoires d’amour sans saveur avec pour toile de fond l’hôpital. Après tout nous arrivons à une période de l’année où la télévision adore nous ressortir ce genre de bêtise. Eh bien non, j’ai eu mon cadeau de Noël en avance en fait !

Parce que j’ai tout de suite été intriguée par le nom de l’auteur, Radclyffe. Ma mémoire sélective avait très bien retenu que cette auteure américaine de romans lesbiens était une ancienne chirurgienne donc je me suis dit en mon fort intérieur, avec un peu de chance il n’y aura pas trop d’incohérence.

Ce que je n’attendais pas et que le résumé ne laisse en rien supposer c’est à quel point j’ai été happé par l’histoire et les personnages principaux. Avec ses trois précédents romans, Radclyffe avait déjà réussi à retenir mon attention. Là, elle m’a piégé. J’ai passé la nuit à lire et j’ai terminé le bouquin en deux jours, entre temps j’ai été obligée d’aller travailler ce qui m’a empêché de le parcourir d’une traite.

Comme dans L’Honneur Avant Tout et Les Liens de l’Honneur, les personnages principaux sont deux femmes fortes et indépendantes passionnées par leur métier. Elles se retrouvent face à face et, malgré l’ouverture des hostilités, se trouvent irrémédiablement attirée l’une par l’autre. Elles finissent par succomber à leur désir et tombent amoureuses.

Et là, en plus, l’histoire se déroule dans un grand hôpital, dans un service d’urgence où la vie ne tient qu’à un fil. Entre adrénaline et devoir, entre vie et mort, deux femmes apprennent à se découvrir et à se connaître. La tension est extrême et palpable. On est rapidement accro.

Un seul regret, l’abondance de personnages lesbiens. Je veux bien que l’on soit dans un roman homo mais je peux vous assurer qu’il n’y a pas autant de lesbiennes au mètre carré à l’hôpital ! Promis juré. Du coup, on a du mal à y croire et à croire au reste. C’est simplement invraisemblable. Deuxième critique, la fin. Je passe sur l’énorme catastrophe dont on n’avait pas besoin pour me concentrer sur ce que je voulais. J’attendais la projection du film, j’attendais un minimum de deux cent pages supplémentaires et rien. Alors je n’ai qu’une question. Pourquoi les meilleurs bouquins sont toujours ceux que l’on termine le plus vite ?

Sax & Jude : Extraits

« Le train entama un virage et pencha dangereusement. Par-dessus le bruit de son coeur battant la chamade, elle entendit le hurlement strident des freins, presque rassurant, ils allaient s’arrêter. Pas de quoi s’inquiéter.
Ce fut sa dernière pensée cohérente avant que le monde n’explose au milieu d’un chaos métallique et de cris désespérés. Puis il y eut des fragments de mots, des images étourdissantes qui la sortaient soudainement de son inconscience pour l’y replonger aussitôt, jusqu’à ce que finalement la réalité ne soit plus qu’une lumière aveuglante sous ses paupières et une épouvantable douleur dans sa tête.
Elle tenta de s’asseoir, mais le mouvement provoqua aussitôt une souffrance atroce dans sa jambe droite qui lui coupa le souffle et elle réalisa que ses bras étaient attachés. Elle s’obligea à ouvrir les yeux malgré la nausée qui l’étouffait et vit une ampoule blanche au milieu d’un énorme disque argenté juste au-dessus de sa tête.
Des voix percèrent le brouillard de douleur qui l’enveloppait.

Trauma crânien… fracture ouverte tibia péroné…
Que quelqu’un appelle l’ortho… un autre arrive…
Facteur rhésus et… quatre unités…
Il nous faut un scan… les constantes… » (Page 10)

« En entendant des pas derrière elle, Jude Castle se retourna et prit pour la première fois la mesure de l’insaisissable Dr Saxon Sinclair, chef du service de traumatologie de l’hôpital Saint-Michael de Manhattan. Avec son casque de moto sous le bras, son jean fané et sa veste de cuir rapé, la chirurgienne était assez différente de ce qu’elle avait imaginé. Elle la regarda attentivement, perplexe. Cette femme qui la fixait à quelques mètres, les sourcils froncés, lui semblait familière. Pourtant elle ne pensait pas l’avoir déjà rencontrée. Elle n’aurait pas oublié une femme qui dégageait une telle assurance.
Sûrement une photo qu’elle avait vue quelque part, se dit-elle en haussant mentalement les épaules.
– Docteur Sinclair ? demanda-t-elle en tendant la main. Jude Castle, Horizon Productions.
Saxon se renfrogna mais accepta la main tendue. La jeune femme avait une poignée de main ferme et franche, son regard vert était direct et assuré. Sax tira un trousseau de clefs de la poche de sa veste, en inséra une dans la serrure et demanda par-dessus son épaule :
– Nous avions rendez-vous ?
– Non répondit Jude en approchant de la porte, prête à mettre son pied dans l’entrebâillement si nécessaire. Nous n’avons pas rendez-vous. J’essaie depuis des semaines de mettre quelque chose sur pied, mais votre secrétaire semble ne pas pouvoir vous trouver un instant de libre dans votre planning.
– Probablement parce que je n’en ai pas. » (Page 15)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre