Sonja

La découverte de l’amour et du désir à l’adolescence

Année de Production : 2006

Réalisation : Kirsi Liimatainen

Scénario : Kirsi Liimatainen

Avec : Sabrina Kruschwitz (Sonja), Julia Kaufmann (Julia), Nadja Engel (Mère de Sonja), Christian Kirste (Anton), Joachim Lätsch (Père de Sonja), Gundula Köster (Femme du père), Arthur Prost (Harry), Jakob Kraze (Michel)

Nationalité : Allemande

Genre : Adolescence, Drame

Durée : 1h 15min.

Titre Original : Sonja

Sonja : Résumé

Sonja est une adolescente qui vient de fêter ses 16 ans. Elle vit dans une cité allemande avec sa mère divorcée qui l’étouffe à refuser de la laisser grandir.

Elle se sépare de son petit ami sans que cette rupture ne l’affecte, préférant passer du temps avec sa meilleure amie, Julia. Secrètement amoureuse de cette dernière, Sonja prend petit à petit conscience qu’elle souhaite plus que les étreintes qu’elles partagent. Ne pouvant en parler à Julia et sa mère ayant ouvert son journal intime sans sa permission, Sonja décide de partir chez son père pour les vacances.

Dans cette maison au bord de l’eau, Sonja réfléchit à ses sentiments, à ce qu’elle ressent et apprend à s’aimer. Elle fait aussi la découverte de la sexualité…

Sonja est une adolescente qui vient de fêter ses 16 ans. Elle vit dans une cité allemande avec sa mère divorcée qui l’étouffe à refuser de la laisser grandir. Elle se sépare de son petit ami sans que cette rupture ne l’affecte, préférant passer du temps avec sa meilleure amie, Julia. Secrètement amoureuse de cette dernière, Sonja prend petit à petit conscience qu’elle souhaite plus que les étreintes qu’elles partagent. Ne pouvant en parler à Julia et sa mère ayant ouvert son journal intime sans sa permission, Sonja décide de partir chez son père pour les vacances. Dans cette maison…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité

Résumé : Les tourments de l'adolescence.

Note des lectrices : Soyez la première !
62

Sonja est une adolescente très secrète, renfermée et aussi passablement en colère contre le monde qui l’entoure. Contre cette mère qui l’étouffe et qui la harcèle de questions, contre son petit ami qui est prêt à tout pour la reconquérir sans réaliser qu’il ne la trouble pas, contre ces murs de pierres qui délimitent sa cité. Elle en veut au monde entier et le monde entier l’ignore.

Pour s’en sortir et s’évader, Sonja écrit dans son journal intime. Elle écrit de la poésie et ses journées. Et elle se sauve avec sa meilleure amie en mobylette. Julia est la meilleure amie de Sonja. Toutes les deux s’adorent, partagent tout et se consolent de leurs souffrances mutuelles. Sonja est en admiration devant Julia et passe de longs moments à la contempler, en silence.

Petit à petit, le film montre que les moments anodins que les deux adolescentes partagent, ne sont finalement pas si anodins que cela du point de vue de Sonja. Ce baiser rapide sur la bouche pour se dire bonjour, ces caresses sur le visage, cette proximité physique, ces nuits à dormir ensemble… Sonja est amoureuse de Julia mais ne sait comment lui avouer. Plus Sonja prend de l’assurance plus Julia semble la retenir de parler, comme si elle avait compris.

J’ai beaucoup aimé ces tâtonnements du début. On voit et on revit ce moment où on se dit, « je dis, je ne dis pas ». Sonja essaie de trouver le courage de parler, de lire les signes qui lui disent qu’elle ne se trompe pas et que son amie ressent la même chose qu’elle. Oui mais non. Julia ne ressent pas la même chose. Alors Sonja part. Elle quitte la ville, quitte Julia et va retrouver ce père qu’elle ne connaît pas.

Autant le début m’a plu. J’ai aimé ces instants entre Julia et Sonja. Autant la deuxième partie du film m’a déçue. L’absence de communication avec les adultes. Les enfants, seuls contre tous et par-dessus tout ce voisin qui va être le premier amant de la jeune fille. J’ai vraiment trouvé dommage, mais pas illogique non plus, que l’adolescente choisisse de perdre sa virginité ainsi. J’aurais aimé une fin différente, je le reconnais. Surtout que le début m’avait plutôt agréablement surprise.

Il est rare de tomber sur des films abordant les questions d’adolescence et d’homosexualité féminine. Sonja aurait pu faire mieux mais se laisse tout de même agréablement regarder.

Sonja : Extraits

SONJA : Tu te rappelles quand je…
JULIA : Ne bouge pas…
SONJA : Je t’ai dit que je voulais te parler… (Julia hoche la tête de manière affirmative) Je… J’ai fait ce rêve une nuit…
JULIA : Quel genre de rêve ?
SONJA : J’ai rêvé que je…
JULIA : Quoi ?
SONJA : Eh bien, c’est juste… C’était un rêve stupide…

SONJA : Tu te rappelles quand j’ai voulu te parler de mon rêve ? (Julia acquiesce) J’ai rêvé que je t’embrassais dans le cou… C’est mal ? (Julia fait signe que non de la tête)

JULIA : Sonja, je ne veux pas te perdre.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre