La Menteuse aux Quatre Visages – The Four-Faced Liar

La menteuse aux quatre visages ou l'exploration des rapports humains

Année de Production : 2010

Réalisation : Jacob Chase

Scénario : Marja Lewis Ryan

Avec : Marja Lewis Ryan (Bridget), Emily Peck (Molly), Todd Kubrak (Trip), Daniel Carlisle (Greg), Liz Osborn (Chloe), Lisa Bierman (Amy), Natasha David (Jenna), Jessie Paddock (Tracy)

Nationalité : Américaine

Genre : Drame, Romance

Durée : 1h 27min.

Titre Original : The Four-Faced Liar


Interview(s) :

Interview de Marja Lewis Ryan, l’interprète de Bridget

La Menteuse aux Quatre Visages – The Four-Faced Liar : Résumé

Greg et Molly sont en couple depuis plusieurs années et s’installent pour la première fois ensemble dans un petit appartement de New York. Ces deux trentenaires tranquilles font rapidement la connaissance d’un autre couple beaucoup plus déluré et libre, Trip et Chloe. Leur rencontre a lieu dans un bar nommé le « Four-Faced Liar ».

Bridget, l’amie lesbienne avec laquelle Trip partage son appartement, est de toutes leurs sorties. Alors que Greg est prêt à épouser Molly, il craint que cette dernière ne le trompe. Ce n’est pas encore le cas et pourtant l’amitié entre Molly et Bridget se fait de plus en plus intense…

Greg et Molly sont en couple depuis plusieurs années et s’installent pour la première fois ensemble dans un petit appartement de New York. Ces deux trentenaires tranquilles font rapidement la connaissance d’un autre couple beaucoup plus déluré et libre, Trip et Chloe. Leur rencontre a lieu dans un bar nommé le « Four-Faced Liar ». Bridget, l’amie lesbienne avec laquelle Trip partage son appartement, est de toutes leurs sorties. Alors que Greg est prêt à épouser Molly, il craint que cette dernière ne le trompe. Ce n’est pas encore le cas et pourtant l’amitié entre Molly et Bridget se fait de plus…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Une belle romance lesbienne mais pas que...

Note des lectrices : 3.65 ( 12 votes)
74

J’ai véritablement adoré ce film à petit budget qui, bien qu’il ait été fait avec les moyens du bord, donne l’impression d’une réelle maîtrise du début à la fin. Le scénario est totalement béton et les dialogues sont savoureux au possible notamment grâce aux répliques de Trip et Bridget qui font toujours mouche.

Il est très intéressant de découvrir un New York loin des gratte-ciels, des autoroutes, des embouteillages, du bruit et de la foule que l’on voit habituellement dans la plupart des films et séries télévisées. Ici les héros sont loin de cette effervescence et nous font découvrir une ville à taille humaine où leur bar, lieu de rencontre et de détente, se trouve à quelques minutes de leur appartement. Un quartier sympathique et vivant bien exploité puisqu’en effet, tout le long-métrage ne va se dérouler que dans les deux appartements des couples et ce bar mythique.

Les personnages sont absolument truculents. Ils sont loin de la caricature et pourtant au début, tout est en exagération. Trip est un trentenaire qui vit comme un adolescent et passe son temps à tromper sa copine, à l’oublier et à faire ce qu’elle déteste. Mais cette dernière, danseuse dans une compagnie, lui pardonne tout parce qu’elle l’aime. Il vit avec sa meilleure amie, Bridget, qui collectionne les amantes et les nomme par le jour de la semaine où elle se les est faites. Vous avez dit limite ?

Cette paire d’excentriques est contrebalancée par le couple gentil, parfait et bien sous tous rapports, Greg et Molly. Lui est doux, tendre, prévenant, attentionné et prévisible. Elle adore tout ce qu’il lui apporte et pourtant rêve d’un brin de piquant et d’exotisme.

Forcément, même si Molly a toujours imaginé qu’elle se marierait, qu’elle aurait un mari, des enfants, une belle maison avec une barrière blanche et un chien, elle va succomber au charme de Bridget. Une Bridget qui va se révéler aimante et humaine, loin de l’image qu’elle donne au premier abord.

Bref, c’est un film sur les rencontres qui peuvent bouleverser une vie. C’est un film sur l’amour, sur l’amitié, sur la vie en général. Les acteurs sont tous excellents et n’en font jamais trop. Les décors sont minimalistes et en même temps très réalistes. Et certaines scènes sont tout simplement cultes quand Bridget et Trip se brossent les dents le matin par exemple.

Une belle histoire à découvrir.

La Menteuse aux Quatre Visages – The Four-Faced Liar : Extraits

GREG : Pourquoi est-ce que tu as trompé Chloé ?
TRIP : Honnêtement ? Je ne pensais pas qu’elle rentrerait à la maison si tôt… Je pensais que j’avais un jour de plus.

BRIDGET : Hum… Mardi.
MOLLY : Alors tu les appelles par le jour de la semaine ?
BRIDGET : Non… Enfin oui… Mais c’est Trip qui a commencé.
MOLLY : Attends mais elles sont aussi nombreuses que ça ?
BRIDGET : Non… Des fois…
MOLLY : Je ne suis jamais sortie je pense.
BRIDGET : Je n’appellerais pas ça sortir.
MOLLY : Tu l’appellerais comment ?
BRIDGET : Baiser ?

BRIDGET : C’est complètement mon truc.
MOLLY : Quel truc ?
BRIDGET : Chaque personne a un truc qui la rend attirante pour les autres. Comme vous, les filles hétéros, vous aimez qu’on vous tienne la porte et qu’on vous pose la main en bas du dos.
MOLLY : Tout à fait !
BRIDGET : Le truc des lèvres, c’est… mon truc.

BRIDGET : Je ne sais pas vraiment si ça prouve que je suis plus sensible que les mecs.
MOLLY : Arrête de dire ça. Tu écoutes avec ton corps tout entier et tu as ce contact du regard si intense. Aucun mec, même le meilleur des mecs, n’a ça.
BRIDGET : Mais je ne pense pas vraiment que c’est une question de genre, je pense que c’est quelque chose de personnel.
MOLLY : Tu as tellement tort. Ok, regarde la littérature. Tous les grands personnages féminins ont été écrits par des femmes parce qu’aucun homme ne peut écrire d’une perspective féminine.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

2 commentaires

  1. Jeu 18 Oct 2012 07:37
    je l’avais découvert à sa sortie grâce à des potes (coucou cara et nat! :mrgreen: )

    et j’ai kiffé mais kiffé 😀

    franchement j’avais vraiment aimé cette réalisation « simple » (comme vous l’aviez noté, il a été fait avec peu de moyens) mais qui va droit au but…
    les répliques sont géniales et toutes les histoires sont intéressantes; pas seulement Molly et Bridget

    et puis, je le trouve dans cette lignée de films « positifs »; à savoir qu’on ( par on, entendez les persos) en fait pas un fromage parce qu’il y a une histoire lesbienne

    et pis bonnnnnnn l’actrice qui interprète Bridget….. ahhhh (comment ça, j’aime les brunes? :mrgreen: ) en plus, l’actrice is gay IRL

  2. Beaucoup d’humour et pour une fois cela ne se passe pas dans le milieu lez branché new-yorkais. New-york est vu au niveau d’un village. En ce qui concerne Bridget, avouons-le, qui n’a pas déjà rencontré voir plus, ce type de profil ? 😉

Répondre