Tru Love

L'amour se moque de la différence d'âge

Année de Production : 2013

Date de Sortie : 04 Octobre 2013

Réalisation : Kate Johnston, Shauna MacDonald

Scénario : Kate Johnston, Shauna MacDonald

Avec : Kate Trotter (Alice), Peter MacNeill (Richard), Shauna MacDonald (Tru), Anna Cyzon (Jaimie), Tony Nappo (chauffeur de taxi)

Nationalité : Canadienne

Genre : Drame, Romance

Durée : 1h 34min.

Titre Original : Tru Love

Tru Love : Résumé

Tru Love est un film écrit et réalisé par Kate Johnston et Shauna MacDonald. Il est sorti en 2013 et était un long-métrage canadien attendu par de nombreuses spectatrices.

À 37 ans, Tru enchaîne les relations sans parvenir à se stabiliser. Un jour, Tru rencontre la mère d’une de ses plus proches amies, Alice. La femme en question est une belle veuve de soixante ans voulant de nouveau profiter de la vie. Entre les deux femmes naît rapidement une amitié improbable et une grande complicité.

Connaissant Tru, Alice voit cela d’un mauvais œil, mais elle ne pourra pas empêcher des sentiments de naître entre les deux femmes.

Tru Love est un film écrit et réalisé par Kate Johnston et Shauna MacDonald. Il est sorti en 2013 et était un long-métrage canadien attendu par de nombreuses spectatrices. À 37 ans, Tru enchaîne les relations sans parvenir à se stabiliser. Un jour, Tru rencontre la mère d'une de ses plus proches amies, Alice. La femme en question est une belle veuve de soixante ans voulant de nouveau profiter de la vie. Entre les deux femmes naît rapidement une amitié improbable et une grande complicité. Connaissant Tru, Alice voit cela d'un mauvais œil, mais elle ne pourra pas empêcher des…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Une femme qui ne sait pas aimer tombe amoureuse de la mère d'une ex...

Note des lectrices : 2.88 ( 6 votes)
68

Tru Love était l’un des longs métrages les plus attendus de cette vingt-sixième édition de Cineffable. La salle pleine à craquer en était la preuve évidente. Le résumé m’avait également emballée et j’avais hâte de découvrir ce film. Autant le dire tout de suite, je suis sortie du visionnage déçue, même s’il y a de très bons passages et cela est dû en totalité au scénario que j’ai trouvé trop convenu et évident dès les quinze premières minutes.

Vantons d’abord les qualités de ce film ! La photographie est magnifique. La lumière de l’hiver au Canada est juste superbe. Le lac gelé, la neige, rien à dire, dépaysement total, invitation au rêve et à un bon feu de cheminé pour se réchauffer. J’ai adoré. Ensuite les actrices sont excellentes. Toutes ! Rien à dire. Elles sont justes, n’en font pas trop mais sont dramatiques comme leurs rôles l’exigent. Parfaites en somme. La réalisation est bonne sans non plus sortir de l’ordinaire mais parfaite pour ce film un peu contemplatif et pas franchement rigolo. La montée du désir entre Tru et Alice est aussi bien faite. Il n’y aurait pas eu des applaudissements dans la salle quand toutes les deux s’embrassent enfin si cela n’avait pas été le cas. Il y a également de beaux moments de relations entre la danse sur un ponton gelé, les transats sous la neige, la cuisine à deux etc… Voilà pour les qualités.

Ensuite les défauts. Le premier parce que je suis française, le film est bourré de clichés sur la France. Je pense que si une Française faisait pareil dans un film en parlant du Canada, les Canadiennes relèveraient. Du coup je me permets. Sincèrement le dialogue « J’aime la France, les Français font de la vie un art. » ou un truc dans le genre, ça laisse dubitatif. Plus que dubitatif. Les Français ils vivent justes comme tout le monde. Et après le côté « J’adore la culture française. » Oui, bon d’accord mais non. L’idée qu’Alice veuille monter à la tour Eiffel, ça me va mais là, tout le reste, c’est trop cliché quand même. Il paraît que l’une des scénaristes et réalisatrices a une grand-mère française et que ça a joué dans ce choix. Oui mais dommage, parce que ça ne passe pas.

Enfin, mon principal reproche reste le scénario. J’ai eu l’impression de voir un remake canadien de Puccini et Moi en terme d’évolution de l’héroïne. Tout est téléphoné dès le départ !

Attention spoiler (continuez à lire à vos risques et périls) !!!

La mort d’Alice je l’ai compris dans les dix premières minutes du film ! Elle voit un mort (hallucinations visuelles), elle sent quand le mort fume (hallucinations olfactives), elle prend des cachets (suspect) et elle a la main qui tremble ! Ok, j’avais misé sur le mauvais cheval en pensant métastases cérébrales d’un cancer il s’avère que c’était un anévrisme qui a permis de la tuer en quelques minutes. Pas d’agonie, c’était vite réglé. Sauf que désolée pour celles qui ne l’ont pas vu venir mais avec autant d’indices c’était plus que clair en ce qui me concerne.

Pareil pour la fin. J’ai senti, quand Tru se sépare de son ex que l’ex allait revenir. Et je me suis dit « Pitié, fais qu’elles ne finissent pas ensemble parce que cette liaison éclair aura changé Tru. » Perdu. Elles finissent ensemble. Banal, vu et revu, sans intérêt. Il aurait été plus intéressant, percutant et irrévérencieux que Suzanne et Tru se rendent compte que leur coup d’un soir était plus que ça. Ça franchement ça aurait été surprenant et réussi et ma critique aurait été toute autre.

Au final un film bien fait au scénario connu et convenu. À vous de juger.

Tru Love : Critiques Presse et Récompenses

Sélection Officielle au Festival du Film Lesbien et Féministe Cineffable de Paris en 2014.

Sélection Officielle au Festival LGBT BFI de Londres en 2014.

Tru Love : Extraits

TRU : Je dois y aller.

JAIMIE : Non reste.

TRU : Je ne peux pas mais j’ai passé un très bon moment, Jenny.

JAIMIE : Jenny ? C’est Jaimie !

 

TRU : Je suis Tru, l’amie de Suzanne.

ALICE : Oh oui, bien sûr, Suzanne m’a parlé de vous. La lesbienne !

 

SUZANNE : Tu enchaînes les boulots comme les femmes.

TRU : Ce n’est pas vrai. Les boulots durent plus longtemps.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Un commentaire

  1. Un très beau film, une belle histoire… et on le trouve encore sur internet en streaming.

Répondre