Two Juliets

Un navet sur le principe de Roméo & Juliette version lesbienne

Affiche : Two Juliets

Année de Production : 2010

Réalisation : Jacob Sherry, Edward Wu

Scénario : Jacob Sherry, Edward Wu

Avec : Emily Breuninger (Martha Parker), Hallie Geyh (Becky Mays), Sarah Pierpont (Winona Parker), Brit Weisman (Dorothy Mays)

Nationalité : Américaine

Genre : Court-Métrage, Drame, Romance

Durée : 11 : 00 minutes

Titre Original : Two Juliets

Two Juliets : Résumé

Two Juliets est un court-métrage réalisé et écrit par Jacob Sherry et Edward Wu. Sorti en 2010, ce film reprend le principe de Roméo et Juliette, mais en version lesbienne.

Winona Parker et Dorothy Mays sont deux cheffes de gangs. Au lieu de s’affronter elles ont fait une alliance vingt-cinq ans plus tôt. Malheureusement cette alliance vole en éclat alors qu’elles sont toutes les deux enceintes.

Vingt-ans plus tard, les deux femmes étant devenues les pires ennemies, elles demandent à leurs filles respectives de prendre la relève. Mais, loin de se détester, Martha Parker (Emily Breuninger) et Becky Mays (Hallie Geyh) tombent amoureuses…

Two Juliets est un court-métrage réalisé et écrit par Jacob Sherry et Edward Wu. Sorti en 2010, ce film reprend le principe de Roméo et Juliette, mais en version lesbienne. Winona Parker et Dorothy Mays sont deux cheffes de gangs. Au lieu de s’affronter elles ont fait une alliance vingt-cinq ans plus tôt. Malheureusement cette alliance vole en éclat alors qu’elles sont toutes les deux enceintes. Vingt-ans plus tard, les deux femmes étant devenues les pires ennemies, elles demandent à leurs filles respectives de prendre la relève. Mais, loin de se détester, Martha Parker (Emily Breuninger) et Becky Mays (Hallie…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un navet à éviter.

Note des lectrices : 2.57 ( 3 votes)
45

L’idée de base de ce court-métrage est très intéressante. Reprendre le concept des amants maudits de familles rivales et le moderniser à la sauce lesbienne, j’ai trouvé l’idée fantastique. En plus, aujourd’hui, on n’est pas forcément obligé de s’arranger pour que cela finisse mal justement. Connaissant le principe, offrir une fin à l’eau de rose est même limite plus intéressant. L’idée de Two Juliets m’a donc séduite. Le court-métrage, lui, pas du tout.

Le manque de moyens est criant. Les effets spéciaux font même peur tellement ils sont mauvais (au début, les coussins sous les vêtements pour imiter le ventre des femmes enceintes se plient sur les rebords de la table quand elles se lèvent !) Les dialogues sont insipides et sans saveur. Les actrices jouent horriblement faux. La seule chose à sauver reste le montage qui est génial notamment quand les deux héroïnes tombent amoureuses.

L’histoire se déroule sur dix minutes et s’avère au final plutôt bavarde vu le peu de temps dont les auteurs disposent. Pourtant, l’objectif était plutôt de nous montrer que ces deux gangs rivaux étaient les pires gangs de criminelles jamais connus. Je suis franchement déçue. Peut-être qu’il serait intéressant de voir ce concept repris par une ou plusieurs femmes avec un peu plus de budget et de meilleures actrices pour que le rendu soit un cran au-dessus.

Un court-métrage raté. Dommage, l’idée était réellement sympathique.

Two Juliets : Extraits

WINONA : Nous étions les deux meilleures cheffes de gang de tout Vegas. […] On faisait de l’argent. Beaucoup d’argent. Et on appréciait toujours cela. En fait on appréciait vraiment cela. C’est la raison pour laquelle on était si bonnes. Dans chaque partenariat vous avez besoin de respect. Et on en avait beaucoup, l’une pour l’autre. Je ne sais pas qui a eu l’idée de tomber enceinte. Je pense qu’on s’était dit qu’il fallait quelqu’un pour prendre la suite de ces entreprises familiales.

WINONA : Dorothy, il y a quelque chose que je dois te dire et je ne voudrais pas que ça casse quoi que ce soit.
DOROTHY : Vas-y ma chérie. Il n’y a rien que tu puisses me dire qui détruira la confiance, l’admiration et le respect de la meilleure partenaire féminine dont une femme pourrait rêver.
WINONA : Eh bien, cet enfant que je porte, son père est ton mari. Et je ne te le dirais pas si je ne pensais pas qu’on doit pouvoir se faire confiance.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre