When Night is Falling – Quand La Nuit Tombe

Une magnifique histoire d'amour comme dans les contes de fées

Année de Production : 1995

Réalisation : Patricia Rozema

Scénario : Patricia Rozema

Avec : Pascale Bussières (Camille Baker), Rachael Crawford (Petra), Henry Czerny (Martin), Don McKellar (Timothy), David Fox (Révérend DeBoer), Tracy Wright (Tory), Clare Coulter (Tillie)

Nationalité : Canadienne

Genre : Drame, Romance

Durée : 1h 34min.

Titre Original : When Night Is Falling

When Night is Falling – Quand La Nuit Tombe : Résumé

Au Canada, à Toronto, Camille et Martin sont tous les deux enseignants. Elle donne des cours de mythologie alors que lui enseigne la théologie dans un collège religieux. Ils sont amants depuis trois ans, s’aiment et songent au mariage. Le révérend DeBoer qui dirige l’établissement voit en eux de parfaits candidats à sa succession. Seulement avant d’obtenir ce poste, Camille et Martin doivent se marier et ainsi officialiser leur union devant Dieu. Martin est amoureux et ambitieux, il souhaite que les choses aillent vite. Camille est moins sûre de ses sentiments, elle ne se sent pas prête à s’engager de cette manière.

Après le décès de son chien qu’elle aime plus que tout au monde, Camille, malheureuse, se rend à la laverie automatique pour nettoyer son linge. Là, elle rencontre Petra, une acrobate de cirque qui essaye de la réconforter sans succès. Usant d’un stratagème habile pour revoir la jeune femme, Petra intervertit leurs sacs.

Une fois de retour chez elle, Camille se rend compte que Petra et elle se sont trompées de linge. Les deux jeunes femmes se revoient et Petra avoue son attirance à Camille. Elle use de son charme et de sa sensualité pour séduire l’enseignante. Celle-ci voit naître en elle un désir qu’elle n’avait jamais cru possible. Cette rencontre et ce désir, contraires à ses convictions, l’ébranlent profondément. Pourtant, Camille choisit d’aller jusqu’au bout quel que soit le prix à payer.

Au Canada, à Toronto, Camille et Martin sont tous les deux enseignants. Elle donne des cours de mythologie alors que lui enseigne la théologie dans un collège religieux. Ils sont amants depuis trois ans, s'aiment et songent au mariage. Le révérend DeBoer qui dirige l'établissement voit en eux de parfaits candidats à sa succession. Seulement avant d'obtenir ce poste, Camille et Martin doivent se marier et ainsi officialiser leur union devant Dieu. Martin est amoureux et ambitieux, il souhaite que les choses aillent vite. Camille est moins sûre de ses sentiments, elle ne se sent pas prête à s'engager de…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un incontournable lesbien. Culte.

Note des lectrices : 3.97 ( 9 votes)
74

Ce film est l’un des précurseurs en matière de visibilité homosexuelle puisqu’il est l’un des premiers à avoir une fin heureuse. L’amour entre les deux héroïnes grandit magnifiquement entre sensualité, douceur et volupté. Il est également à noter que pour la première fois dans une histoire lesbienne, l’une des protagonistes est noire.

L’évolution psychologique de Camille est traitée avec finesse. Pascale Bussières donne vie à cette femme écartelée entre son désir et sa croyance en Dieu, entre son travail dans une institution rigide et intolérante et le monde du cirque synonyme de liberté d’expression et d’instabilité.

Bien sûr, cette histoire est très improbable, trop peut-être. Les différences sont tellement grandes entre les deux jeunes femmes que l’on ne peut s’empêcher de songer que leur relation ne peut durer. Elles appartiennent à des milieux sociaux radicalement différents et ont des caractères opposés.

Et pourtant, le graphisme, l’ambiance et l’histoire contribuent à faire de ce long métrage un conte de fées. Mais un conte de fées qui vous amène à vous interroger sur une question bien trop souvent éludée : Peut-on mêler homosexualité et religion ? Patricia Rozema fait ici l’apologie de la découverte de soi, du courage, de l’acceptation de ses désirs, de l’affrontement de ses peurs et de la liberté d’être qui l’on veut et de vivre selon ses propres choix.

Un film empreint de poésie. À voir absolument.

Discussion sur le Forum à propos de When Night Is Falling

When Night Is Falling  ( DVD )

De Patricia Rozema

Avec Pascale Bussières, Rachael Crawford, Henry Czerny

Prix : EUR 54,00
13 neufs & occasions à partir de EUR 9,89

4.2 étoiles sur 5 (29 commentaires client)

When Night is Falling – Quand La Nuit Tombe : Critiques Presse et Récompenses

Grand Prix du Public au Festival de Berlin en 1995.

Meilleur Film au Festival du Film de Melbourne.

Prix du Public au Festival du Film de Sydney.

Prix Génie dans la catégorie Interprétation féminine pour Pascale Bussières.

«Tout ici n’est que retenue, délicatesse et intelligence.» (Gala)

When Night is Falling – Quand La Nuit Tombe : Extraits

PETRA  : Tu as vraiment une belle bouche, tu sais.
CAMILLE  : Tu trouves ?
PETRA  : J’ai aussi un aveu à te faire. En ce qui concerne le lavage, j’avoue que j’ai fais exprès.
CAMILLE  : Pourquoi ?
PETRA  : Je voulais te revoir ?
CAMILLE  : Pourquoi ?
PETRA  : Tu m’as troublée. […] Camille, je voudrais admirer à la lueur de la nuit ton corps cambré par le feu du désir.
CAMILLE  : OK. Je trouve que tu y vas un peu fort.

CAMILLE  : Tu ne penses pas que les gens comme toi peuvent avoir des amies ?
PETRA  : Oui, bien sûr. Les gens comme moi. Je sais.
CAMILLE  : Et moi, je peux en être une.
PETRA  : Tu m’attires, tu sais, Camille.
CAMILLE  : Ce n’est rien. Je veux dire, ça va aller. On n’est pas des animaux. On n’est pas obligé de succomber à tout ce qui nous attire.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

2 commentaires

  1. Mon premier film lesbien vu au ciné avec mon premier amour… C’est peut-être pour ça, mais pour moi c’est vraiment un beau film. Il y a un côté magique, irréel et un esthétisme qui me touche. Et je le regarde souvent en cas de coup blues, comme ce soir.

  2. Lun 31 Oct 2011 14:42

    vu pour la 1ère fois il y a quelques temps mais j’en parle now.

    c’est certes un classique mais ça ne fait pas partie de mes films adorés.

    En fait, j’ai trouvé l’histoire un peu tirée par les cheveux, avec un côté irréaliste (le côté conte comme vous dites)… alors oui il finit bien mais bon 😐

    en fait je rejoins assez Arthémis pour son analyse! (voir le forum pour cela)

    à voir parce qu’il est classique et pour parfaire sa culture mais c’est tout 😉

Répondre