Women I Love

Sexualité et sensualité dans les années 70

Affiche : Women I Love

Année de Production : 1976

Réalisation : Barbara Hammer

Scénario : Barbara Hammer

Avec : Barbara Hammer

Nationalité : Américaine

Genre : Court-Métrage

Durée : 25 : 00 minutes

Titre Original : Women I Love

Women I Love : Résumé

Dans les années 70, Barbara Hammer filme les corps féminins, le désir, les étreintes entre femmes. Dans une sorte de cinéma d’avant garde les corps se dénude sous la chaleur californienne.

Dans les années 70, Barbara Hammer filme les corps féminins, le désir, les étreintes entre femmes. Dans une sorte de cinéma d'avant garde les corps se dénude sous la chaleur californienne.

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Mémoire lesbienne surprenante.

Note des lectrices : Soyez la première !
70

Women I Love est le second court-métrage de Barbara Hammer que j’ai découvert à la séance transmission, au festival du film de Cineffable 2012, juste après Dyketactics. Après le précédent, j’avait un peu peur surtout que celui-ci était bien plus long et durait cinq fois plus longtemps. J’ai eu raison de me méfier et quelque part, j’ai honte de le dire, mais je n’ai pas du tout accroché. Alors oui, Barbara Hammer est une légende lesbienne, elle a certainement fait beaucoup pour la visibilité et la fierté lesbienne mais soyons honnête, c’est complètement barré ce qu’elle a fait.

Donc Women I Love nous présente une série de portraits de femmes entrecoupés de légumes qui s’épluchent et qui tournent sur eux-mêmes. Pour vous donner un exemple, à un moment donné, Barbara Hammer filme sa compagne en train de lui faire un cunnilingus et juste après ce passage, on a un épis de maïs filmé en gros plan. J’ai cherché le rapport, je n’ai toujours pas trouvé à ce jour. Pareil pour les légumes justement. On part d’un gros plan très serré, on s’éloigne le légume tourne, s’épluche ou se déshabille, comme vous voulez et on a des tonnes de légumes qui font ça. Je ne suis pas une spécialiste des légumes mais je ne pensais pas qu’il y en avait autant. Alors c’était peut être beau et technique à l’époque mais aujourd’hui c’est juste un peu ridicule, répétitif et ennuyeux.

Bref, je pourrais vous en dire encore beaucoup sur les avances rapides, les marches arrières les plans au ralenti sur les insectes et ces femmes dont celle qui fait se balancer un tampon usagé devant son nez comme un pendule. Mais je vais vous épargner cela. Sachez en tout cas que je m’excuse auprès de toutes celles qui sont de grandes fans du travail de Barbara Hammer. Je le respecte sincèrement, c’est juste que je ne le comprends pas.

Women I Love : Critiques Presse et Récompenses

Sélection Officielle au Festival du Film de Cineffable en 2012.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef.Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre