Carol : Interview de Rooney Mara, l’interprète de Therese Belivet

Rooney Mara - Carol

Interview accordée à Kate Erbland le 18 novembre 2015 pour le site Indiewire.com

Concernant votre propre épanouissement professionnel, j’ai lu dans une interview récente que vous songiez à quitter Hollywood assez tôt dans votre carrière.

Lorsque j’ai dit ça, je ne parlais pas tant du fait de quitter Hollywood, j’ai dit ça parce que je ne me sentais pas épanouie par le travail que je faisais. J’aurais préféré faire autre chose. Si je continue à faire ce métier, je ne veux faire que des choses qui m’inspirent et qui me permettent de m’accomplir, et ce n’était pas le cas à l’époque. Je me suis dit « si je n’ai pas la chance de pouvoir faire ce que j’ai vraiment envie de faire, je vais simplement trouver autre chose parce que je ne suis pas heureuse en faisant ça ».

Aujourd’hui, j’ai la chance de pouvoir collaborer avec les gens avec qui j’ai travaillé. Je me sens vraiment reconnaissante. C’est trop beau pour être vrai. La plupart des choses que je fais sont de moindre ampleur. Ce sont les choses par lesquelles je suis attirée. J’aime juste faire des choses qui comptent.

Y a-t-il quelqu’un d’Hollywood dont vous admirez la carrière ?

Cate. Avec tout ce qu’elle fait, je crois que Cate est la référence de tout le monde. Elle fait des choses incroyables et les a toujours faites. Sans aucun doute, c’est elle. Il y a beaucoup de gens. Daniel Day-Lewis ; c’est bien évidemment un homme, mais j’admire vraiment son travail. Marion Cotillard est l’une de mes actrices préférées.

Le film est magnifique à l’écran. Avez-vous ressenti cette touche artistique lors du tournage ?

Étant familière du travail de Todd, je savais que ce serait comme ça. Il a fait un livre graphique pour représenter ce qu’il voulait que le film soit, donc je savais très bien où il voulait aller. Ed Lachman, notre directeur de la photographie, est tout simplement génial, et je n’ai pas douté un instant que ce qu’ils faisaient ensemble serait magnifique. Ceci dit, je ne pense pas que j’aurais pu imaginer à quel point. Chaque image est vraiment extraordinaire.

Qu’y avait-il dans le livre graphique de Todd ? Y avait-il des photos d’autres films ?

Non, c’était des photos des années 50. Il y en avait beaucoup de Ruth Orkin, Saul Leiter, Esther Bubley. Beaucoup, mis à part Saul Leiter, étaient des photographes femmes et il y avait beaucoup de reflets et de personnes que l’on voyait à travers des vitres. Toutes avaient cette qualité, cette teinte brute et sombre.

Les décors dans le film sont également incroyables. Le grand magasin dans lequel travaille Therese est particulièrement impressionnant.

C’est mon décor préféré, il était tellement cool. Il était magnifique. C’était un superbe plateau sur lequel jouer. Ça avait l’air tellement authentique et les jouets, tout était tellement beau. Ils apportaient tellement de soin dans tout ce qu’ils faisaient à l’époque. Allez dans un magasin de jouets aujourd’hui, ça ne ressemble pas à ça.

Les magasins de jouets d’aujourd’hui sont juste déprimants.

Tout se casse, rien n’est fait pour durer.

Les jouets étaient-ils d’époque ?

Tout était d’époque. Même les vitrines. Comme ils avaient un petit budget, ils ne pouvaient pas construire tout ça, ils ont dû récupérer de vieux trucs.

Cela s’applique-t-il également aux tenues ?

Toutes mes tenues étaient d’époque. La tenue que je portais dans la scène finale a été faite sur mesure, mais elle était inspirée d’une robe d’époque qu’ils avaient trouvée. Ils l’ont juste refait faire. La plupart des vêtements de Cate étaient des reprises de vêtements existants réellement. Ses vêtements étaient tellement raffinés qu’on n’aurait pas pu en trouver dans cet état-là. Mes habits pouvaient se permettre d’être marqués par le temps, mais ceux de Cate devaient être en bon état et il aurait été difficile de trouver ce genre de choses.

Récemment on a beaucoup parlé d’une possible suite de Millénium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes. Comment arrivez-vous à vous soucier de cela vu tout ce qu’il vous arrive ?

Je ne me fais pas de souci, mais les gens me posent la question presque tous les jours. On verra. Ils ont engagé un scénariste et je n’en sais pas beaucoup plus, mais, en tout cas, me concernant, je suis partante et je le ferai, sauf si quelqu’un me dit le contraire.

Est-ce le projet dont on vous parle le plus ?

Oui, sans aucun doute [rires].

Interview Originale sur le site Indiewire.com

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre