Testo Junkie de Beatriz Preciado

Magazines, Bandes Dessinées, Mangas, Romans…
Avatar du membre
Bee
Messages : 596
Enregistré le : jeu. 20 nov. 2008 09:49
Localisation : Paris, France
Contact :

Testo Junkie de Beatriz Preciado

Message par Bee »

Je marche un peu sur des œufs, car je n'ai pas lu l'ouvrage dont j'avais envie de parler. Il ne s'agit donc pas d'un avis de lectrice, mais d'une curiosité fortement piquée par un livre dont j'ai entendu parler hier soir dans une émission d'Ardisson.
Le livre s'appelle Testo Junkie. Son auteure est Beatriz Preciado, une Espagnole née dans une famille conservatrice, élevée chez les bonnes sœurs dans un internat de jeunes filles. Sauf que... la jeune fille n'est pas du tout conventionnelle. C'est assurément une intellectuelle, mais pas seulement. Elle a bu comme du petit lait les plus grands auteurs de la philosophie occidentale (disciple de Jacques Derrida, façon campus de Princeton), mais c'est aussi la grande copine de Virginie Despentes.
Image

Son idée ?
Il n'y a « ni hommes ni femmes, de même qu'il n'y a ni hétérosexualité ni homosexualité».
Le moyen de déconstruire le biologique et la construction sociale et culturelle des genres ? Prendre de la testostérone de synthèse pendant 236 jours et observer les effets sur son propre corps.

J'ai très envie de lire le résultat : la fille est provocante, mais très convaincante aussi. En même temps, c'est très loin de mes préoccupations et de mon univers, en apparence. J'ai juste l'impression que c'est très important que ça existe.
Certaines d'entre vous ont-elles lu ce livre ? Est-ce que vous auriez envie de le lire ? Si non, pourquoi ?

Avatar du membre
Galou
Messages : 286
Enregistré le : lun. 12 mai 2008 22:09

Re: Testo Junkie de Beatriz Preciado

Message par Galou »

Nous étions devant la même émission de télé Bee hier, puisque j'ai également vu l'apparition de Beatriz Preciado chez Ardisson.

J'ai été assez interpellée par son discours sur la définition, ou plutôt en ce qui la concerne, la non définition des genres et sur son approche de la nature humaine.
Je ne l'ai pas trouvée spécialement provocante, dans la forme de son discours tout du moins. Peut-être davantage effectivement sur ses idées, mais la clarté de son discours et de ses arguments m'ont poussés à écouter attentivement ce qu'elle disait.

Je ne connaissais pas cette femme auparavant mais j'ai beaucoup aimé son approche, sa démarche de s'injecter de la testostérone et d'aller au bout des choses. Voici quelques mots de Beatriz Preciado sur son livre, pour compléter ce qu'à mis Bee:

"Le lecteur ne trouvera pas ici de conclusion définitive sur la vérité de mon sexe, ni d'oracle sur le monde à venir. Certains trouveront en ce texte un manuel de bio-terrorisme du genre à l'échelle moléculaire.
D'autres y verront un simple point dans une cartographie de l'extinction. Je donne à lire ces pages qui dessinent les croisements des théories, des molécules et des affects, pour laisser trace d'une expérience politique dont la durée exacte a été de 236 jours et nuits et qui continue aujourd'hui sous d'autres formes. Si le lecteur trouve ici, assemblés, sans solution de continuité, des réflexions philosophiques, des récits de session d'administration d'hormones, et des registres détaillés de pratiques sexuelles, c'est simplement parce que c'est le mode sur lequel se construit et se déconstruit la subjectivité."

En tout cas en ce qui me concerne, cela m'a donné envie de lire son livre, de connaître ses réflexions et les différentes étapes par lesquelles elle est passée pour pouvoir à mon tour essayer de me faire ma propre idée.
"Sabes una cosa... Igual me subo a este tren contigo..."
"Tu sais quoi... Je crois que je vais monter dans ce train avec toi..."
Pepa a Silvia dans Los Hombres de Paco

Avatar du membre
UPtiSnkGlcPrLRte
Messages : 318
Enregistré le : mer. 14 mai 2008 22:45

Re: Testo Junkie de Beatriz Preciado

Message par UPtiSnkGlcPrLRte »

Les filles vous piquaient ma curiosité !
Il va falloir que j'apprenne à lire vite ! et plus souvent !!

Merci...
Sentinelles de l'actualité !
... le temps s'absente ... et le souffle danse ... c'est peut être ça les vacances ... quand le temps m'attend ...

indigo
Messages : 53
Enregistré le : ven. 17 oct. 2008 16:46
Localisation : sud france

Re: Testo Junkie de Beatriz Preciado

Message par indigo »

Bee a écrit : ni hommes ni femmes, de même qu'il n'y a ni hétérosexualité ni homosexualité
je n'ai pas encore vu mais vais chercher.De suite je pense à une réflexion anthropologique selon laquelle,le corps humains n'existe pas au naturel car il n'échappe jamais au culturel.

Silverring

Re: Testo Junkie de Beatriz Preciado

Message par Silverring »

Quand je pense que je n'avais pas encore vu ce topic !!!
J'aurais presque honte si ce sentiment avait un sens ;)

Il y a un petit moment que j'ai lu le joli volume rouge et noir.
Les chapitres se succèdent et se répondent en échos plus ou moins clairs. Cela commence par un décès. La mort de Guillaume Dustan et comment lae narrateurE marque cet événement. On entre dans le vif...
Dans mon souvenir, elle dit clairement que cela commence par sa mort. C'est là qu'elle s'administre sa première dose de testostérone en gel. C'est aussi le début du tropisme vers V.D. ( :lol: )

Et puis vient l'alternance avec des chapitres d'une teneur plus "habituelle" pour un essai. Elle y décrit une société centrée sur l'usage d'adjuvants chimiques, de la pillule aux psychotropes, pour que la jouissance soit toujours accessible.
"Société pharmacopornographique" et "potentia gaudendi" sont les expressions clefs que j'ai retenues.

Le retour régulier du récit de la démarche de "terrorisme du genre" m'a fait l'effet d'un bol d'air dans la densité du discours plus théorique (même s'il est bien construit et illustré d'exemples).

Cette lecture m'a donné à réfléchir à différents niveaux, je la recommande donc au moins pour cela.
Modifié en dernier par Silverring le sam. 26 oct. 2013 22:34, modifié 1 fois.

arthémis

Re: Testo Junkie de Beatriz Preciado

Message par arthémis »

est ce que ses idées ont à voir avec la théorie des genres ?

oui bon je viens de chercher...ça a bien un rapport...D'ailleurs son introduction dans les manuels scolaires et non les programme scolaires ( :shock: ) crée la polémique.

Silverring

Re: Testo Junkie de Beatriz Preciado

Message par Silverring »

Merci arthémis de lier ce sujet à l'actualité...

Remarque formelle : pourquoi met-on use-t-on tant du singulier par ici ? LA théorie des genres ?! Pas besoin d'être finE angliciste pour comprendre que gender studies est une forme plurielle.
Beatriz Preciado n'est pas passéE à côté de Buttler ou des autres contributions en la matière, c'est certain. Une bonne part du livre se présente comme un essai formellement construit et étayé sur les apports passés et autres données statistiques et sociologiques qui éclairent.

À la suite de ta remarque, j'ai voulu lire quelques articles sur la "polémique" estivale. Je suis tombée sur des posts d'usagers des sites d'infos qui ont hérissé mes cheveux ras. J'en ai lu moquer la phrase de Beauvoir. Beaucoup n'avaient aucun recul sur une possible dichotomie sexe/genre (vous avez vu un peu les pincettes ?!). Les mots et tournures sont très durs, parfois argumentés d'exemples jugés scientifiques qui ne démontrent pas leur point de vue, du mien, puisque ce sont les postulats qui permettent d'interpréter dans le sens ce qui est attendu par cellui qui "cherche".
Tout est question de point de vue.
Je ne me pose pas/plus la question de la pertinence des questions de genre. Je ne suis pas sûre de mon souvenir du livre à ce propos, si les apports passés sont repris explicitement ou non. De toute façon, les lecteurEs sont jetéEs dans le vif du sujet avec la partie "autobiographique".

Je reprends "la promo"
Puisqu'on parle de manuel, on peut le lire comme tel. Tu as ne partie théorique qui te donne à voir la société actuelle à travers le prisme des profits pharmaceutiques et/ou pornographiques. Que tu adhères à cette vision que peu, ou plus, peut te motiver à saper son fonctionnement, tout en cherchant une place plus respectueuse de ton individualité. Une autre partie conte un cheminement personnel dans la quête d'une telle place à travers une remise en question frontale d'une assignation à un genre/sexe (oui, je dis même sexe pour bousculer les unEs et parler aux autres, ou l'inverse). Et pour te permettre de devenir un petit terroriste du genre à ton échelle, vers la fin du volume, sont présentés des ateliers et activités qui t'amènent à questionner positionnement/assignation activement. J'ai le souvenir de certaines propositions qui peuvent s'essayer toutE seulE dans son coin, mais bon, l'expérience collective, c'est quand même quelque chose !! OK, j'avoue, là, je pense à la mention des ateliers drag king...

Avatar du membre
Clieuterpe
Messages : 339
Enregistré le : sam. 5 juin 2010 16:55
Localisation : Paris

Re: Testo Junkie de Beatriz Preciado

Message par Clieuterpe »

Alors que nous parlions dans le sujet consacré à Virginie Despentes d'un ouvrage prévu pour fin octobre et écrit à quatre mains, les éditions Flammarion publieront d'ici quelques jours - le 28 septembre pour être exacte - le dernier opus de Beatriz Preciado, intitulé Pornotopie :
Image

Apparemment, et comme l'indique son sous-titre "Playboy et l'invention de la sexualité multimédia", ce livre traitera de l'empire construit autour de l'image de la sexualité prônée par cette icône américaine qu'est le magazine Playboy.

Voici le résumé fourni par l'éditeur...
Imaginez la maison dans laquelle pourraient vivre James Bond et le rappeur 50 cent. Un gigantesque lit rond à l’étage principal, un dortoir pour jeunes filles en haut, et une caverne tropicale en bas, où nagent de jolies filles, le tout filmé par des dizaines de moniteurs vidéo. Cette maison a pour nom le manoir Playboy, demeure de Hugh Hefner, fondateur du magazine éponyme. Car Playboy n’est pas seulement le magazine pour adultes le plus connu de la planète.

C’est aussi le fer de lance de la révolution masculiniste qui secoue les États-Unis des années 50. L’Américain moyen de l’époque habite un pavillon de banlieue, prend sa voiture pour aller travailler, avant de retrouver femme et enfants au foyer. Afin de le transformer en client playboy, Hefner conçoit un lieu qui n’est pas régi par les lois sexuelles et morales du couple hétérosexuel : le penthouse Playboy, loft high tech, tanière du célibataire ou du divorcé. Cet espace modifie la traditionnelle partition des genres masculin et féminin. Espace autre, que Beatriz Preciado nomme, dans la lignée des analyses sur l’hétérotopie de Michel Foucault, une « pornotopie ». Cette pornotopie repousse les frontières entre privé et public, se nourrit de drogues et d’images (des caméras vidéo tournent en continu à tous les étages). Elle devient synonyme d’un capitalisme « chaud », qui tire bénéfice du caractère addictif et pornographique de la subjectivité moderne.

Playboy, ou Sade en Amérique... Le livre de Beatriz Preciado, profondément original, analyse un objet phare de la culture populaire avec un talent philosophique rare.


A découvrir donc ! ;)
" Maudit soit à jamais le rêveur inutile,
Qui voulut le premier, dans sa stupidité,
S'éprenant d'un problème insoluble et stérile,
Aux choses de l'amour mêler l'honnêteté ! "
Femmes Damnées II, C. Baudelaire (Les Fleurs du Mal)

Silverring

Re: Testo Junkie de Beatriz Preciado

Message par Silverring »

Ce que tu peux être impatiente !
Finis déjà Testo Junkie :twisted:

Avatar du membre
Clieuterpe
Messages : 339
Enregistré le : sam. 5 juin 2010 16:55
Localisation : Paris

Re: Testo Junkie de Beatriz Preciado

Message par Clieuterpe »

Les Mots à la Bouche organise une rencontre avec Beatriz Preciado à l'occasion de la sortie de Pornotopie dont on parlait juste un peu plus haut !
Décidemment la période est riche en publications/rencontres !! :)

Plus de détails ici : Jeudi 27 octobre 2011, 19h
" Maudit soit à jamais le rêveur inutile,
Qui voulut le premier, dans sa stupidité,
S'éprenant d'un problème insoluble et stérile,
Aux choses de l'amour mêler l'honnêteté ! "
Femmes Damnées II, C. Baudelaire (Les Fleurs du Mal)

Répondre