Virginie Despentes

Les femmes et hommes qui vous ont marqué...
Répondre
Silverring

Virginie Despentes

Message par Silverring »

Pour le côté formel :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Virginie_Despentes

Auteure de nombreux romans dont certains ont été portés à l'écran par ses soins ou par d'autres.
J'attends impatiemment de voir Bye Bye Blondie pour lequel un appel à figurants a été fait sur facebook au plus grand bonheur des fans.

Baise-moi a fait beaucoup de bruit à sa sortie en salle, j'imagine que personne n'a pu y rester sourd. Adaptation de son premier roman, on y trouve déjà un baiser lesbien ou nécrophile c'est selon ;)

Je conseille à touTEs la lecture de King Kong Théorie, on le trouve à un prix des plus abordables, personnellement, je l'ai déjà largement fait circuler autour de moi et compte l'oublier dans des lieux publics.

Pour revenir à la case clin d'œil, j'ai goûté la citation de son essai en ouverture de Testojunkie de Beatriz Preciado ainsi que chaque occurrence des initiales VD dans cet ouvrage tout aussi subversif.

De la même façon, j'ai souri au renvoi à BP dans les premières pages d'Apocalypse bébé.

Ce dernier roman lui a valu le prix Renaudot comme Raf. l'a fait savoir par ici. Sa langue y est encore plus fluide que dans le précédent. La lecture en est facilitée pour ceulles qui n'ont pas eu l'occasion, ou le goût de s'accrocher avec les rugosités auxquelles j'ai fait plus que m'habituer.

J'ouvre donc ce sujet pour discuter de ce qu'elle donne à lire et à voir, et peut-être sur sa trajectoire, plus que sur une œuvre isolée.

Alors, vous connaissez ? Par où avez-vous commencé ? Ça vous a plu tout de suite ?
Et ce Renaudot ? Consécration ou compromission ? :twisted:
Modifié en dernier par Silverring le ven. 20 juil. 2012 22:31, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Clieuterpe
Messages : 339
Enregistré le : sam. 5 juin 2010 16:55
Localisation : Paris

Re: Virginie Despentes

Message par Clieuterpe »

Ouiiiiiiiiii !!! Un sujet sur Despentes... :)

Alors alors... C'est qu'il y a des choses à dire, c'est un phénomène !
Pour ma part, j'ai commencé par le commencement, du moins le même qu'elle, c'est à dire Baise-moi.
J'ai été vraiment partagée sur ce livre.
Au moment de ma lecture, ça m'a mise franchement dans un vilain état. C'est violent, pesant, écrasant. Et puis finalement, j'ai eu l'impression au fur et à mesure que quelque chose s'en dégageait, autre chose pour être exacte.
Et en réfléchissant de nouveau, au calme, après avoir terminé ma lecture, je me suis dit que ce sentiment que je n'arrivais pas à définir était comme un immense hurlement de douleur et de détresse, mais finalement d'espoir. Ca fait mal l'espoir. Surtout chez Despentes.
En revanche, j'ai regardé le film peu de temps après, et là mon ressenti a été différent. Plus dur. Moins nuancé. Les images sans doute, leur violence, enlèvent la part de subjectif que peut se faire tout lecteur.
Mais ça je pense que c'est une question d'appréciation.

A la même époque j'avais aussi lu Mordre au travers, un recueil de nouvelles très courtes.
Encore une fois, c'est une douche à l'acide pour le lecteur.
Mais cette fois, il m'a semblé que c'était davantage de la douleur pour la douleur. Parce que c'est trop court, et qu'on s'attache peu voire pas aux personnages. Parce que c'est un morceau de vie, à un instant T, et que la vie bien souvent n'est pas très belle à voir dans ce que choisit de dépeindre Despentes.
En tout cas, ce tout petit bouquin, c'est une expérience, quoi qu'il en soit.

Bref, Virginie Despentes n'écrit pas à la plume, elle écrit au scalpel.
Elle ne pose pas les mots, elle les grave profondément dans son lecteur.
Mais elle, au moins, ne fait pas du scandaleux pour du scandaleux. Elle a le mérite, chose bien rare parmi les jeunes auteurs actuels, d'être une virtuose du trash. Pas juste une trasheuse sans talent... ;)
" Maudit soit à jamais le rêveur inutile,
Qui voulut le premier, dans sa stupidité,
S'éprenant d'un problème insoluble et stérile,
Aux choses de l'amour mêler l'honnêteté ! "
Femmes Damnées II, C. Baudelaire (Les Fleurs du Mal)

Silverring

Re: Virginie Despentes

Message par Silverring »

Je comprends tes impressions à la lecture de Baise moi. Je dirais même plus, je n'y ai pas vu d'espoir personnellement. J'ai eu l'impression qu'on me mettait sous le nez tout ce devant quoi je m'étais détournée en ayant grandi entre les ensembles d'habitat dense. C'était trop violent pour moi à l'époque, et la lecture m'y a renvoyée, sans voile, alors que j'étais dans un autre espace temps, convoquant pourtant mes souvenirs dans tout leurs dimensions.
Je suis restée pendant un long moment "choquée" pas cette lecture qui décrit les ressors de la violence, de sa trasmission. Je me suis dit : on est pas dans la merde ! Une amélioration me semblait juste impossible compte tenu de l'inertie.

Mais si mon parcours de lectrice à travers sa bibliographie s'est fait en moins d'un lustre, le temps de l'écriture est autre. Le scalpel a été remisé. La plume n'est pas douce, elle décrit encore des reliefs loin du convenu, pourtant je me souviens de ma surprise en refermant Bye bye blondie, j'étais étonnée que ça finisse presque "bien". Alors oui hein, tout est relatif, mais c'est bien l'impression que ça m'a fait ;)

Je t'encourage donc à lire l'un ou l'autre de ces ouvrages les plus récents pour en avoir une idée :)

Silverring

Re: Virginie Despentes

Message par Silverring »

:o la honte !

J'ai oublié de parler de Mutantes, documentaire dans lequel on retrouve quelques grandes figures telles Lydia Lunch. Bref, j'ai oublié de vous dire que la subversion de son propos ne tient pas seulement à la place de la violence reconnue dans les relations entre les personnages ou à l'univers punk souvent toile de fond. La place de la sexualité est remarquable, et pas seulement dans Teen Spirit, roman narré du point de vue d'un personnage masculin.

D'ailleurs dans Les chiennes savantes ça m'a carrément énervée à un moment, mise en boule, qu'un personnage puisse se trouver dans une telle emprise pour du plaisir alors que... J'vous en dis pas trop pour pas gâcher l'effet, mais bon, j'avais beau réprouver, j'étais bien consciente de ne pas lire de la science fiction !!

Avatar du membre
Clieuterpe
Messages : 339
Enregistré le : sam. 5 juin 2010 16:55
Localisation : Paris

Re: Virginie Despentes

Message par Clieuterpe »

Mais mais mais...
Personne n'a donc lu Despentes à part nous ?... :?
" Maudit soit à jamais le rêveur inutile,
Qui voulut le premier, dans sa stupidité,
S'éprenant d'un problème insoluble et stérile,
Aux choses de l'amour mêler l'honnêteté ! "
Femmes Damnées II, C. Baudelaire (Les Fleurs du Mal)

Avatar du membre
Clieuterpe
Messages : 339
Enregistré le : sam. 5 juin 2010 16:55
Localisation : Paris

Re: Virginie Despentes

Message par Clieuterpe »

Bon, qu'à cela ne tienne, continuons quand même !!! :mrgreen:

J'ai lu tout récemment King Kong Théorie, et je viens donc soutenir Silverring : c'est à lire !!!!!!!!!!!!!
C'est pour l'instant le seul (je crois ? :? ) ouvrage non-fictif de Despentes, et franchement ça vaut le détour.

"Manifeste pour un nouveau féminisme", mentionne la 4ème de couverture.
En fait, Despentes s'attache surtout à analyser les sujets qui lui sont chers au sein des luttes féministes : viol, prostitution, idéologie pro-sexe, rôle et utilisation de la pornographie...
On est d'accord ou pas avec les thèses développées, mais la lecture est quoi qu'il en soit très enrichissante car elle offre une vision originale et une réflexion pertinente sur des thèmes parfois totalement laissés de côté et non débattus - comme le porno-, ou au contraire trop délicats à manier - la légalisation de la prostitution par exemple...

Bref, à vous de vous faire vos propres opinions au sortir de votre lecture, mais, pour celles qui s'intéressent au féminisme, c'est véritablement à lire et à confronter avec les thèses d'autres théoriciennes du féminisme, de différents courants ou générations, d'Isabelle Alonso à Gisèle Halimi, en passant par Elisabeth Badinter et Simone de Beauvoir.

Et comme l'a dit Silverring, ça serait effectivement pas mal de l'oublier dans quelques lieux publics ! ;)
" Maudit soit à jamais le rêveur inutile,
Qui voulut le premier, dans sa stupidité,
S'éprenant d'un problème insoluble et stérile,
Aux choses de l'amour mêler l'honnêteté ! "
Femmes Damnées II, C. Baudelaire (Les Fleurs du Mal)

Silverring

Re: Virginie Despentes

Message par Silverring »

Je tiens à preciser qu'en plus d'être peu cher et assez peu épais, il est facile à lire.

Merci de revenir sur cette dimension Clieuterpe STP puisque tu nous avons évoqué sa langue un oeut plus haut...

Avatar du membre
Clieuterpe
Messages : 339
Enregistré le : sam. 5 juin 2010 16:55
Localisation : Paris

Re: Virginie Despentes

Message par Clieuterpe »

Oui en effet c'est facile à lire !

Bon, je ne pense pas qu'on puisse réellement comparer la langue de cet ouvrage à celle des romans, puisque le propos et la démarche sont tout autres, donc l'écriture aussi, forcément.
Mais on retrouve quand même la "patte" Despentes, qui n'a pas peur d'appeler un chat un chat, et une chatte une chatte...
Bien sûr, c'est moins violent, moins percutant, moins dur, mais tout aussi efficace et puissant.

Après, est-ce que ça s'insère dans l'évolution de la langue de Despentes que tu évoquais Silverring, ou juste dans le processus différent d'écriture d'essai, je ne sais pas...
Qu'est-ce que tu en penses ? ;)
" Maudit soit à jamais le rêveur inutile,
Qui voulut le premier, dans sa stupidité,
S'éprenant d'un problème insoluble et stérile,
Aux choses de l'amour mêler l'honnêteté ! "
Femmes Damnées II, C. Baudelaire (Les Fleurs du Mal)

Silverring

Re: Virginie Despentes

Message par Silverring »

Il faudrait que je vérifie la chronologie de ses écrits, mais mon sentiment va nettement dans le sens d'une évolution de son style.
J'ai un souvenir des plus percutants de cette lecture, justement parce qu'on était plus dans le roman peut-être...
Ce que tu as dit à ce propos le laisse dubitative, j'avoue !

lesbionic
Messages : 735
Enregistré le : sam. 26 juin 2010 11:16
Localisation : Paris

Re: Virginie Despentes

Message par lesbionic »

J'ai beaucoup King Kong Theory. Les 1iers chapitres surtout et l'introduction sont épatants. Au bout d'un moment pourtant j'avoue avoir légèrement décroché et vers la fin, baclé ma lecture. C'est un livre court mais finalement un peu long. A lire en tout cas pour se faire une opinion...
J'ai rêvé, j'ai eu foi, j'ai tellement aimé
Que je ne suis plus de ce monde

Répondre