Les gender studies

Les articles qui vous ont plu ou déplu, ce que vous appréciez ou détestez…
Répondre
Avatar du membre
Georges
Messages : 1867
Enregistré le : ven. 15 juin 2012 18:33

Re: Les gender studies

Message par Georges »

Un article que je découvre, je trouve la question de la langue, des codes de langage intéressante.

http://www.tetu.com/actualites/france/n ... onnu-23129
"L'intelligence, on croît toujours qu'on en a assez vu que c'est avec cela qu'on juge" Coluche
"I'd rather cross the line than draw it."
"On peut passer toute sa vie sous la pluie, si on suit le nuage"

Avatar du membre
Enka
Messages : 657
Enregistré le : dim. 29 nov. 2009 10:33

Re: Les gender studies

Message par Enka »

Raaah tu as la rapidité du renard en chasse ! Je l'ai calé sur Twitter et prévoyais de le mettre ici ce soir, well done ;)
Je ne connaissais pas cette notation du "v", c'est une approche intéressante ! Vous avez lu des bouquins ou vu des docus qui en parlent ?
Ainsi squatte-il.

Avatar du membre
Georges
Messages : 1867
Enregistré le : ven. 15 juin 2012 18:33

Re: Les gender studies

Message par Georges »

Mis à part le film Shortbus, que j'ai beaucoup aimé, le reste ne me dit rien. Et comme toi, Enka, je trouve intéressant ce "v" et surtout son explication.
"L'intelligence, on croît toujours qu'on en a assez vu que c'est avec cela qu'on juge" Coluche
"I'd rather cross the line than draw it."
"On peut passer toute sa vie sous la pluie, si on suit le nuage"

Silverring

Re: Les gender studies

Message par Silverring »

Si le travail sur les pronoms t'intéresse Georges, je me permets de t'encourager à nouveau à poursuivre/achever la lecture du Monique Wittig que tu détiens ;)
Et pour ceulles qui ne peuvent mettre la main dessus (je sais pas chez vous mais par ici, il est en rupture de partout), vous pouvez vous mettre en appétit radiophoniquement pendant tout le mois, le début, c'était ce soir sur divergence fm et demain matin sur radio pays d'hérault : http://www.rphfm.org/SLP-Monique-Wittig ... e-Les.html

deusexmakina

Re: Acquis ou Inné

Message par deusexmakina »

Demain, à 0 h 50 , sur France 3 , une émission sur , je cite, Naître ni fille, ni garçon, un doc qui tend à démontrer qu' il y a de plus en plus d' ambiguïtés sexuelles, dues à une virilisation des petites filles, et une féminisation des petits garçons, du fait de malformations génitales ... Serait - ce un doc pour expliquer qu' il y a une recrudescence de gays ? Tenterait - on d ' excuser notre existence par une sorte de maladie dont - on est pas responsable ?

Silverring

Re: Acquis ou Inné

Message par Silverring »

je reprends l'intégralité du pitch :
Ambiguïté sexuelle, virilisation des petites filles, féminisation des garçons : de plus en plus de malformations génitales sont observées sur les nouveau-nés, les jeunes enfants et les adolescents. L'imagerie populaire les désigne sous le terme d'hermaphrodites, des êtres à la fois homme et femme. Aujourd'hui, dans les maternités, les équipes médicales ont une meilleure connaissance de ces malformations. Lorsqu'une ambiguïté sexuelle est détectée, les médecins, en accord avec les parents, assignent l'enfant dans le sexe où il a les meilleures chances de se développer harmonieusement. Les interventions chirurgicales et les traitements hormonaux lui donnent une apparence satisfaisante. Mais les corps conservent souvent la mémoire de sexes reconstruits ou transformés.
Il s'agit semble-t-il plutôt du I dans LGBTQIAS etc, bref justement des situations montrant clairement, cliniquement, qu'il n'y a pas que 2 sexes nettement distincts.
Je n'ai pas vu le documentaire en question, donc je ne sais pas s'il est particulièrement clair à ce propos, mais bon, sexe, identité de genre et orientation sexuelle sont 3 choses bien différentes.

VergeMarieJunior

Re: Les gender studies

Message par VergeMarieJunior »

J'avais juste envie de laisser cette photo ici >

Image

Un trio qui a du charme.

Avatar du membre
AlexKidd
Messages : 1760
Enregistré le : sam. 14 mai 2011 15:22
Localisation : Midgar

Re: Les gender studies

Message par AlexKidd »

Je suis sage et je colle mes parties de posts dans les topics appropriés. A priori, celui-ci concerne les rôles sexuels et trouverait sa place ici ?
--
Il y a cette question de " rôle masculin " que je ne suis pas sûre de bien comprendre. Je vois bien que l'interviewée nuance un minimum ses réponses, par exemple : "Pour être franche, cela revient toujours à ce que la personne préfère. Cela ne se résume pas à ce que l'une d'entre nous soit toujours "en haut" et l'autre "en bas". Nous changeons souvent les rôles, parfois au beau milieu d'un même rapport sexuel.", mais l'expression revient souvent dans l'interview. Cela veut-il dire qu'une personne à l'apparence masculine sera forcément d'inclination dominante et vice-versa ? En dépit des changements qui interviendraient durant le rapport, à fréquence non indiquée d'ailleurs, il y a quand même des personnes à l'inclinaison assez.. marquée. De ce que je comprends de ces réponses, cette inclinaison découlerait du fait qu'elle soit masculine, ou queer.

J'aimerais aussi savoir ce qu'est un rôle masculin. Je vois bien ce que ça peut désigner, j'imagine bien que l'on entend par là " la personne active ". Mais ce qui m'interpelle un peu, c'est qu'il s'agit d'un rapport entre deux personnes de sexe féminin. Pourquoi la question du masculin se pose-t-elle alors ? J'aurais eu le même questionnement si le problème avait été inversé : deux hommes, et une question de rôle féminin. Ce que je perçois, peut-être à tort, c'est un lien systématique entre la femme et son caractère faible, et l'homme et son caractère fort. Ce n'est pas le fait d'être actif ou passif qui m'interroge ( il faut bien que les gens s'accordent pour que le rapport puisse avoir lieu : p ), c'est plutôt la dénomination du masculin dans un rapport n'engageant que deux personnes de sexe féminin qui m'interpelle. Est-ce que ça signifie que l'on est incapable de se détacher du modèle hétérosexuel ce faisant ?

( je fais référence à cette interview dans mon post, initialement proposée par dana dans ce topic )

Méluzine

Re: Les gender studies

Message par Méluzine »

AlexKidd, que tu es sage et disciplinée! ;)

Je réagis rapidement et à chaud. Je trouve ça très intéressant ces questionnements, et ça me parle aussi beaucoup par rapport à mon histoire personnelle. J'ai été enfermée dans un rôle plutôt masculin à un moment donné et ça m'a pesé. Et je me rends compte depuis quelques temps que c'est vraiment ce côté masculin, "homme" qui m'a fait du mal. Je vis les choses beaucoup plus librement maintenant. Encore une fois, je déteste les étiquettes. Elles enferment dans quelque chose que l'on n'a pas forcément choisi. Et je trouve ça triste qu'en étant lesbienne, on n'arrive pas à se sortir de cette société hétéronormée et qu'on reste enfermé dans des cloisonnements homme-femme, même entre deux femmes.

Avatar du membre
AlexKidd
Messages : 1760
Enregistré le : sam. 14 mai 2011 15:22
Localisation : Midgar

Re: Les gender studies

Message par AlexKidd »

Hello Méluzine : )

Disons que je n'étais pas certaine que mes questions soient suffisamment pertinentes pour coller aux sujets. J'avais l'impression que non, d'ailleurs. Mais si elles ne dérangent pas, c'est tant mieux. Merci ; )

Pour ta réponse donc, tu te rapproches de :
AlexKidd a écrit :Est-ce que ça signifie que l'on est incapable de se détacher du modèle hétérosexuel ce faisant ?
[...] ce questionnement à priori ?

Non parce que du coup, je me pose la question de la représentation sexuelle gay ( féminine, mais ça marche aussi pour les hommes, quoique moins ), qu'elle soit soft ou plus assumée. Est-ce que le fait de ne jamais avoir eu de réel porno gay féminin mais des films orientés tournés par des hommes pour des hommes, bien qu'engageant deux femmes, renforce davantage le clivage, un peu vulgairement dit, deux femmes se caressent les cheveux ou s'enfilent comme un homme le ferait d'une femme ?

Là j'ai visé sur la sexualité plus " extrême " mais en restant dans la sexualité dite soft, même si les représentations ont quand même sacrément évolué depuis la Cage aux folles ou Gazon Maudit -je n'ai pas de vendetta contre ces deux films, ceci dit !-, est-ce que malgré tout le problème ne se pose pas ? Est-ce que l'on ne reste pas invariablement coincé(e)s dans le modèle hétérosexuel patriarcal ?

D'ailleurs je ne pensais pas spécialement à des femmes masculines ou des queers, parce que la tendance inverse s'observe aussi ? Par exemple, des filles ( je mets le terme pour mieux marquer la différenciation ) qui vont naturellement prendre le rôle de femmes dans leur couple : " Je dois faire la cuisine, mais j'aime ça ! Je lui repasse ses affaires mais j'aime ça ! J'aime les fleurs, le collage, décorer la maison, faire le ménage pour que ce soit tout propre pour elle quand elle rentre, etc etc.. ". Est-ce que, quelque part, ce ne serait pas un moyen de réitérer un processus dans lequel elles ont vécu, ou qu'elles ont pu observer dans leur vie quotidienne ( autour d'elles, cercle immédiat, culture populaire, etc.. ) ?

Évidemment, j'ai forcé un maximum sur les traits mais j'en viens à me demander si nous avons réellement les moyens de nous départir de ce schéma hétérosexuel, tellement omniprésent dans l'inconscient collectif qu'il en devient dangereusement insidieux parfois.. dès lors, comment s'en affranchir ? Et complication supplémentaire, comment s'y retrouver lorsque l'on y mêle la question des gender studies, du non-masculin et non-féminin ? Où est cette sexualité, comment s'exprime-t-elle ?

Dans mon post initial, je limitais la question à la sexualité. Là, j'étends un peu la question des " rôles " féminins et/ou masculins, c'est vrai. Mais au final, cette question de rôle m'interpelle toujours. Je n'y vois pour l'instant pas d'autre réponse que celle mentionnée précédemment.
Modifié en dernier par AlexKidd le lun. 16 déc. 2013 12:08, modifié 1 fois.

Répondre