Le sexe est-il politique?

Les articles qui vous ont plu ou déplu, ce que vous appréciez ou détestez…
Avatar du membre
absolutely
Messages : 523
Enregistré le : sam. 8 juin 2013 12:16

Re: Le sexe est-il politique?

Message par absolutely »

En fait, pour répondre à cette question, je distinguerai la sexualité de la pratique sexuelle.

Oui je pense que la sexualité est politique, ne serait-ce qu'en tant que phénomène social. Silverring s'est exprimée sur le sujet, en soulignant de surcroît que si la sexualité oubliait de s'occuper du politique, le politique n'oubliait pas la sexualité... Je suis en phase et je n'ai rien à ajouter.

La question de Georges se concentre sur l'intime. Si la sexualité est politique, sommes-nous (devons-nous) être des militants ds notre chambre à coucher (ou ailleurs ;)) ?
Cette réponse est éminemment un choix personnel comme tout ce qui se rapporte à l'engagement, notamment politique.
Je répondrai donc personnellement : a priori non. Je trouve que le désir (mon désir) porte en lui même une fragilité inversement proportionnelle à la force qu'il peut dégager et je n'ai pas envie de le brider en m'interdisant qq comportements pour des raisons de revendications politiques, ou de risquer de l'amoindrir en privilégiant certaines pratiques.
C'est personnel. "Revendiquer" au niveau de la pratique du sexe peut être sûrement aussi source d'excitation et certainement de créativité...
Mais, je ne me suis jamais senti ds un rôle assigné au fond du lit, ou ds la reproduction d'un schéma de nature politique.
J'ai eu une fois une "partenaire" qui a refusé une pratique qui pour moi était, disons,"anodine" pour des raisons politiques, par rapport à ce que cela pouvait représenter en terme de schéma normé.
Je n'ai pas été gênée de ce refus en raison de son caractère politique, mais la différence de perception m'a, en revanche, interpellée.
Qu'elle est la part sociale, qu'elle est la part psychanalytique concernant le choix de ce qui "politique" dans la recherche du plaisir, dans le choix de ce qui est subversif ou non ?
Cette interrogation renvoie à l'histoire de chacun(e), de fait, il me semble difficile de définir, à mon niveau, ce qui est de l'ordre du politique, au sens de résistance aux normes, dans l'exercice de ma propre sexualité.

Mais à la réflexion, je pense qu'intime et politique peuvent se rejoindre.
Construire à deux (ou plus, pr celles et ceux qui apprécient), comprendre et respecter les désirs de l'autre mais aussi l'emmener hors de ses sentiers battus (et réciproquement), ne pas voir la relation sexuelle comme un rapport dominant/dominé au sens "classique" du terme (je ne parle pas là de BDSM) inventer une autre forme de sexualité, même si elle nous est propre, a forcément des implications sur notre comportement social, car elle est source de création de nouveaux rapports et crée ainsi potentiellement un nouveau champ social.

Je vais citer Foucault :
"La sexualité fait partie de nos conduites. Elle fait partie de la liberté dont nous jouissons dans ce monde. La sexualité est quelque chose que nous créons nous-mêmes -elle est notre propre création, bien plus qu'elle n'est la découverte d'un aspect secret de notre désir. Nous devons comprendre qu'avec nos désirs, à travers eux, s'instaurent de nouvelles formes de rapports, de nouvelles formes d'amour et de nouvelles formes de création. Le sexe n'est pas une fatalité ; il est une possibilité d'accéder à une vie créatrice.
(...) Lorsqu'on examine les différentes manières dont les gens ont éprouvé leur liberté sexuelle -la manière dont ils ont créé leurs oeuvres d'art -, force est de constater que la sexualité, telle que nous la connaissons aujourd'hui, est devenue l'une des sources les plus productives de notre société et de notre être. Je pense, quant à moi, que nous devrions comprendre la sexualité dans l'autre sens : le monde considère que la sexualité constitue le secret de la vie culturelle créatrice ; elle est plutôt un processus qui s'inscrit dans la nécessité, pour nous aujourd'hui, de créer une nouvelle vie culturelle sous couvert de nos choix sexuels".


En ce sens, je pense que dans les rapports sexuels, nous sommes bien dans le politique sans forcément le savoir, sans nécessairement le revendiquer ou l'intellectualiser. En s'affranchissant dans la recherche du plaisir au niveau intime, de références spécifiques à des normes, à des schémas, nous modifions de facto notre rapport à la société, et partant, en étant un peu rapide peut-être, mais pour se comprendre, notre positionnement de citoyen...

Silverring

Re: Le sexe est-il politique?

Message par Silverring »

Puisque nous sommes maintenant en mode "chronique d'une mort annoncée", on peut s'amuser à faire de la réanimation, on sait qu'il n'y aura pas acharnement thérapeutique : on sait que dans un mois on nous débranche.

Je voulais revenir sur ce sujet parce que je le trouve super important. Je remercie absolutely pour la citation, cela illustre que le sujet a attiré la curiosité de beaucoup de monde, y compris dans le champ psy que tu pointes. J'ai entendu il y a quelques semaines un truc qui m'a troublé. Je ne m'en rappelle plus exactement, ni de la source ni du propos exact. Ce que j'ai retenu, c'est quelque chose comme "la sexualité est l'espace préservé pour l'enfant vis à vis de ses parents".
Et au départ, je me suis dit, mais naaaan !!!! En pensant comment mes parents avaient pu essayer d'intervenir pour que je vire hétéro.
Et puis j'ai revu le terme en pensant non plus à l'orientation sexuelle, mais bien aux activités sexuelles. Et là :idea:
Ayant intégré beaucoup de cadres sociaux normalisants jusque là, plus je suis entréE dans la sexualité, plus j'ai pu défaire les brides intériorisées. Personne n'était là pour me dire ce que j'étais censéE ressentir, comment, pourquoi, etc, passé un certain stade d'exploration.
J'ai pu me mettre en contact direct avec mes sensations sans les filtres sociaux-culturels qui n'ont pas fini d'obscurcir mes vues. Mon activité sexuelle a quelque chose de fondateur pour moi et je m'en sers régulièrement comme moyen de me recentrer, de me retrouver.
Bref, c'est un outil d'émancipation à mes yeux... quoi de plus politique ? :P

Aacryl

Re: Le sexe est-il politique?

Message par Aacryl »

je choisis ce topic pour y poster ma réflexion... je pense qu´il est le plus approprié.
J´ai continué de réfléchir après avoir posté dans le topic "Perception du corps et modifications", je me disais:
une personne dans un corps biologique féminin, qui se dit homme et se fait opérer pour avoir le corps d´un homme, associe donc les attributs masculins à l´identité masculine. Inversement, une personne dans un corps biologique masculin qui se dit femme se fait opérer pour avoir des attributs féminins... J´y vois un paradoxe. D´un côté l´idée que le corps avec ses attributs génitaux n´est pas le genre, mais pour avoir le genre on acquière les attributs génitaux de l´autre sexe. J´étais dans cette pensée quand j´ai trouvé au détour d´une toute autre recherche le travail et la personnalité de Preciado.
Alors j´ai un peu fouillé, et j´ai trouvé un article de Dolores Curia en espagnol, sur Preciado, les phrases entre guillemets sont des citations de Preciado. (Du coup je poste aussi parce que je ne suis pas trop sûre de ma traduction :oops: )
No quiero el género femenino que me fue asignado en el nacimiento. Tampoco quiero el género masculino que la medicina transexual me promete y que el Estado me acabará otorgando si me porto bien”. La heterosexualidad y la homosexualidad no existen, son ficciones políticas, dice. Del mismo modo que ser hombre o ser mujer son construcciones producidas “por un conjunto de tecnologías de domesticación del cuerpo”.
traduction libre:
"Je ne veux pas le genre féminin qui m´a été donné à la naissance. Je ne veux pas non plus le genre masculin que me promet la médecine transexuelle et que l´Etat m´accordera si l´opération devait réussir." L´hétérosexualité et l´homosexualité n´existent pas, ce sont des fictions politiques, selon Preciado. De la même facon qu´être un homme ou être une femme est une construction produite "par un ensemble de technologies [(hormones, chirurgie plastique…)] d´apprivoisement du corps".

ma traduction est aléatoire je crois bien, mais elle donne un apercu, et je retiens surtout que la pensée de Preciado abonde dans le sens de ma réflexion. Je vais de ce pas approfondir :geek:
Si quelqu´un-e connait cet auteur et souhaite laisser un commentaire, surtout ne pas hésiter!

édit:

l´extrait est tiré de cet article
SOY-La importancia de llamarse Paul

Chrysalide

Re: Le sexe est-il politique?

Message par Chrysalide »

Aacryl a écrit :je choisis ce topic pour y poster ma réflexion... je pense qu´il est le plus approprié.
Pour ma part ta réflexion me fait plus penser aux gender studies. : )

http://www.univers-l.com/forum2/viewtop ... =19&t=3045

Aacryl

Re: Le sexe est-il politique?

Message par Aacryl »

je n´ai volontairement pas posté là-bas, parce que le titre du topic que tu proposes Chrysalide n´est pas simplement les genres mais les gender studies... et je suis très réservée au sujet de ces études.... et de la manière aussi dont elles évoluent, et ce qu´on en fait... bref, non, je préfère l´idée plus générale de ce topic-ci ;)
aussi parce que la démarche de Preciado est politique.

j´ajoute cet article, en francais :)

B. Preciado, Testo junkie. Sexe, drogue et biopolitique.

Chrysalide

Re: Le sexe est-il politique?

Message par Chrysalide »

Peut-être alors que du coup, ouvrir un sujet dédié à Preciado ou à une de ses oeuvres, pourrait permettre une mise en valeur de ce que tu veux approfondir ici? enfin, une idée en passant d'une passante qui passe et à la réflexion qui trépasse... :p

Aacryl

Re: Le sexe est-il politique?

Message par Aacryl »

:lol:
c´est une bonne idée Chrysalide ;)
mais avant de créer moi-même le sujet sur un auteur qui m´est encore presqu´inconnu, je vais commencer par le lire.

InspecteurGadget

Re: Le sexe est-il politique?

Message par InspecteurGadget »

Ta réflexion Aacryl me fait penser à un article que je viens de lire, où un mec trans décrit son parcours, et le fait qu'il n'ait pas envie de se faire opérer, mais qui se heurte à tout l'aspect administratif (en gros il ne sera jamais déclaré homme sur ses papiers sans opération). Je vous invite vraiment à lire son témoignage qui est très intéressant.
Je n'y connais pas grand chose, mais j'ai l'impression de voir de plus en plus de personnes, qui se définissent trans ou non, qui ne veulent plus de cette binarité.
En cela, je te rejoins sur le fait de poster dans ce topic, car c'est bien une démarche politique de vouloir sortir de cette dichotomie homme/femme que la société nous impose (c'est aussi par exemple le cas avec les intersexués qui sont souvent opérés à la naissance sans leur laisser le choix).

Aacryl

Re: Le sexe est-il politique?

Message par Aacryl »

ouaw... merci pour le partage de cet article, InspecteurGadget :)
effectivement, je le trouve aussi très intéressant. Je note pourtant que je me heurte à deux phrases, deux thèmes:
1.
Je sais qui je suis, personne ne devrait avoir à valider mon identité.
2.
je dois me plier à une justice bornée qui n’intègre pas la notion de non-binarité
1. est un point délicat et je me rends compte que ce serait long de développer, et puis je ne suis pas psy, mais je ne crois pas que nous soyions seulement ce que nous croyons être, ce que nous savons de nous-même. Souvent des amis par exemple au cours de notre vie nous donnent la chance de nous découvrir un peu plus encore que ce que nous croyions avoir en nous. L´inverse est valable aussi, à nous opposer à d´autres personnes nous pouvons découvrir des points obscures en nous que nous ignorions. Et nous sommes en perpétuel changement. Alors qu´est-ce qu´une identité?

2. ma pensée, là, est plus facile à exprimer: il critique la société qui ne saurait fonctionner sans binarité. mais alors pourquoi veut-il être un homme? pourquoi ne veut-il pas être autre qu´une femme ou qu´un homme? Il serait éventuellement prêt à se faire opérer si c´est le prix à payer pour se faire appeler Monsieur.
J´ai des difficultés à y voir autre chose que de la binarité.
InspecteurGadget a écrit :j'ai l'impression de voir de plus en plus de personnes, qui se définissent trans ou non, qui ne veulent plus de cette binarité.
oui, et je suis curieuse de savoir où ca va nous mener politiquement et socialement parlant.

En faisant des recherches sur Paul B. Preciado j´ai rebondi sur l´auteur Guillaume Dustan, que je veux lire aussi ;)
Son épitaphe:
« J'ai toujours été pour tout être."
j´ajoute quelques passages égrénés ici et là:
Je crois que j´abonde plus dans ce sens, ce n´est pas l´enveloppe charnelle qui fait l´identité, ni l´appellation "madame" ou "monsieur". L´identité est ailleurs.
J´ai hâte de lire Guillaume Dustan.
InspecteurGadget, tu le connais?
Merci d´avoir été chercher le topic sur Testo Junkie ;) J´ai bien l´intention de le lire :D

InspecteurGadget

Re: Le sexe est-il politique?

Message par InspecteurGadget »

Aacryl a écrit : 2. ma pensée, là, est plus facile à exprimer: il critique la société qui ne saurait fonctionner sans binarité. mais alors pourquoi veut-il être un homme? pourquoi ne veut-il pas être autre qu´une femme ou qu´un homme? Il serait éventuellement prêt à se faire opérer si c´est le prix à payer pour se faire appeler Monsieur.
J´ai des difficultés à y voir autre chose que de la binarité.
Je vois son témoignage de façon un peu moins binaire que toi je crois, surtout quand il dit :
Parce que je suis queer et que je dois me plier à une justice bornée qui n’intègre pas la notion de non-binarité.
Aussi, je pense qu'il est très difficile de sortir de la binarité au quotidien, et je comprends qu'on puisse être tenté de s'y plier, simplement pour pouvoir vivre sa vie au mieux. On sent déjà dans son témoignage toute les difficultés de son vécu, et devoir se battre à longueur de journée doit être particulièrement usant.
Aacryl a écrit : J´ai hâte de lire Guillaume Dustan.
InspecteurGadget, tu le connais?
Merci d´avoir été chercher le topic sur Testo Junkie ;) J´ai bien l´intention de le lire :D
Je t'en prie. ;) C'est une lecture très riche, même si malheureusement j'aurais du mal à t'en parler, ça reste assez complexe et je l'ai lu il y a un moment.
Pour Guillaume Dustan, ça fait un moment que je pense à le lire aussi. Je m'étais acheté Oeuvres 1 chez POL, il faudra que je m'y mette. Tu sais déjà dans laquelle de ses oeuvres tu vas te plonger?

Répondre