ORGASME tigadi dam dam

Les articles qui vous ont plu ou déplu, ce que vous appréciez ou détestez…
DevotedT

Re: ORGASME tigadi dam dam

Message par DevotedT »

Je te lis CuninaSpesStimula et je note que ton rapport avec l'orgasme me rappelle ton rapport avec " je t'aime."
Du moins, c'est mon ressenti, et je me trompe peut-être?

Quand j'y pense, pour moi, l'orgasme est surtout un partage très intense, avec la personne aimée, dans une profonde confiance mutuelle.
Aussi, mon orgasme est totalement dépendant de son orgasme à elle.

Sinon, pendant longtemps, je refusais l'idée même d'orgasme, pour des raisons très personnelles.

Avatar du membre
CuninaSpesStimula
Modérateur
Messages : 2203
Enregistré le : mer. 21 oct. 2015 10:39

Re: ORGASME tigadi dam dam

Message par CuninaSpesStimula »

Et bien pour aimer comme pour avoir un orgasme, il faut accepter de perdre le contrôle tout ça tout ça, mais c'est pour moi le seul point commun.

Mais seule j'y arrive hein, c'est juste que je ne me laisse pas en avoir des trop intenses, si je sens qu'il sera trop intense je fais un bloquage et m'en empêche, en gros. Et ça m'énerve.
On risque de pleurer un peu si l’on s’est laissé apprivoiser. Antoine de Saint Exupéry.

Aacryl

Re: ORGASME tigadi dam dam

Message par Aacryl »

peut-être que tu crains qu´on t´entende?

Avatar du membre
CuninaSpesStimula
Modérateur
Messages : 2203
Enregistré le : mer. 21 oct. 2015 10:39

Re: ORGASME tigadi dam dam

Message par CuninaSpesStimula »

L'idée m'est en effet insupportable. Mais je ne supporte déjà pas de m'entendre moi-même. Si j'émets le moindre son involontairement, j'arrête tout d'un coup.
On risque de pleurer un peu si l’on s’est laissé apprivoiser. Antoine de Saint Exupéry.

InspecteurGadget

Re: ORGASME tigadi dam dam

Message par InspecteurGadget »

CuninaSpesStimula a écrit : Bref visiblement je suis seule au monde dans ce cas...
Je doute vraiment que tu sois seule au monde. ;) Tu abordes un sujet intime et pas évident (et tu fais bien de le faire), et il est probable que beaucoup de femmes à qui cela arrive n'osent tout simplement pas en parler. Les films, séries ou livres renvoient pour la majorité une image de l'orgasme totalement illusoire, la plupart du temps rapide et simultané entre les deux partenaires. Difficile de communiquer alors sur ce qui peut sembler un problème.

CuninaSpesStimula a écrit : C'est le problème principal en effet (même si malheureusement il n'y a pas que ça qui me bloque)...La confiance, le lâcher prise, accepter de perdre le contrôle, de ne pas être maître de la situation...Déjà seule c'est quelque chose de très compliqué, alors à deux...
Qu'est ce que tu risques? Je ne parles pas forcément quand tu es à deux, mais déjà seule? Par exemple, la peur qu'on t'entende c'est parce que tu n'es pas seule chez toi?
Pendant très longtemps, j'avais une peur presque panique de perdre le contrôle, mais en l’occurrence pas pendant l'orgasme (mais en l'écrivant, je me rends compte qu'en fait c'est vrai aussi pour ma sexualité à l'époque).
Par exemple, je ne buvais jamais d'alcool, par goût d'une part, mais surtout pour ne pas être dans une "situation à risque". Au final, vouloir garder le contrôle à tout prix est vraiment épuisant et une fois qu'on commence à lâcher prise, ça s'avère vraiment libérateur et agréable.

Griottesurlegateau

Re: ORGASME tigadi dam dam

Message par Griottesurlegateau »

Merci Chrysalide, pour ce topic, tellement intéressant mais aussi tellement rarement abordé...c'est vrai pour la sexualité en général, d'ailleurs.

Je suis assez d'accord sur le fait que l'orgasme est une cerise sur le gâteau mais pas un but en soi.
Il m'est arrivé de ne pas avoir d'orgasme avec ma compagne, mais de ressentir une véritable plénitude à vivre avec elle, intensément, l'éclosion du sien et vice-vers-ça.
J'ai découvert ce qu'était réellement un orgasme, dans toute sa dimension, avec elle.
Il me semble, en tout cas pour ma part, que le lien avec l'échange de sentiments amoureux très forts y est pour bcp, et donc la confiance en l'autre.

Je ne connaissais auparavant, que l'orgasme clitoridien.
Je suis entrée, grâce à cette relation, dans des paysages physiques et psychiques inconnus, une sorte d'introspection nouvelle, un voyage dans un autre plan de ma conscience, assez éblouissant.
C'en était même douloureux dans son intensité et sa nouveauté.
J'ai quasiment toujours pleuré après ces orgasmes et je suis contente de constater que je ne suis pas la seule car il est très difficile d'explique ces larmes qui ne traduisent pas de la tristesse mais une émotion trop forte pour être contenue. Presque difficile de revenir à la réalité de ce monde terrestre.

Physiquement, ces orgasmes sont devenus de plus en plus longs, comme des ondes de choc s'évasant sur des cercles de plus en plus large, des ricochets allant de plus en plus loin.
Des flashes également, d'endroits inconnus, d'une grande intensité émotionnelle.
Je suis, à la base, très sensible à la nature.

J'ai toujours eu à l'esprit, dans cet échange, que la sexualité était comme un jardin à entretenir à deux (à trois ou autre) mais à entretenir; qu'il lui fallait des soins attentionnés, de l'eau, de la lumière et que ces apports devaient être conjoints pour que la magie perdure et que le voyage s'enfonce toujours plus loin dans la découverte de nos contrées inconnues et intérieures.

J'ai bcp apprécié de lire qu'une femme pouvait éjaculer. J'ai tellement entendu, et continue à entendre d'inepties à ce sujet.
Sur les besoins sexuels supposés plus importants chez les hommes que chez les femmes...
Je me suis toujours sentie différentes de ces stéréotypes qui n'ont jamais été ma réalité.
C'est tellement fatiguant les stéréotypes...

J'ai bcp aimé la nudité des corps dans Room in Rome et les scènes montrant la sexualité des deux protagonistes. Il n'en fallait, pour ma part, pas d'avantage sous peine d'ennui et de redondance.
Mais il m'a semblé que le scénariste avait su varier les plaisirs.
C'était un certain challenge de faire un film sur un huit-clos de la sorte. Et c'est pas mal réussi.
Je n'ai pas pu ouvrir le lien de la scène dont vous parlez.

Un aparté qui me traverse l'esprit : ton pseudo, Chrysalide, est-t-il en rapport avec la transformation du papillon ?

Avatar du membre
Georges
Messages : 1865
Enregistré le : ven. 15 juin 2012 18:33

Re: ORGASME tigadi dam dam

Message par Georges »

Cunina, comme toi j'ai connu ce blocage, davantage à deux que seule, à un moment donné de ma vie. Ce phénomène d'être dans le plaisir de manière intellectuelle mais le corps qui d'un coup s'arrête de ressentir et donc de se laisser aller. Difficile de l'expliquer alors à sa/son partenaire et j'en suis toujours ressortie avec une grande frustration et sentiment d'anormalité. A la fois être dans le moment et complètement à côté. Au fil des rencontres amoureuses, d'échanges, j'ai appris à être mieux avec moi-même et ainsi accepter l'idée que blocage ne voulait pas dire que j'étais anormale. J'ai toujours eu beaucoup tendance à intellectualiser la sexualité, ce qui apporte également du plaisir, et j'ai compris petit à petit que cela brimait les réactions de mon corps car anticipation.
Petit à petit je crois que le blocage a cessé d'être en y pensant moins, en n'étant plus dans la recherche d'orgasme mais simplement dans le plaisir de l'instant. La première fois où j'ai pu dire à ma partenaire que là je ne ressentais plus rien et que je voulais arrêter m'a fait le plus grand bien et m'a vraiment aidée.
CuninaSpesStimula a écrit :L'idée m'est en effet insupportable. Mais je ne supporte déjà pas de m'entendre moi-même. Si j'émets le moindre son involontairement, j'arrête tout d'un coup.
J'ai longtemps été mal à l'aise avec le fait d'être entendue moi aussi, il me semble que cela fait partie d'un tout. Je crois de plus en plus que cela vient du fait d'anticiper une réaction qui pourrait nous gêner que la réaction elle-même. J'appréhendais de gêner l'autre, d'être risible... Perdre le contrôle = se livrer donc être soi face à l'autre. C'est ce que j'aime maintenant en réalisant que c'est ce que j'adore que l'autre accepte de partager avec moi.
Je me demandais comment tu vivais le fait d'être avec quelqu'un(e) qui soit vocal(e)..??.. Cela te gêne? T'excite? Les deux? Aucun des deux?
"L'intelligence, on croît toujours qu'on en a assez vu que c'est avec cela qu'on juge" Coluche
"I'd rather cross the line than draw it."
"On peut passer toute sa vie sous la pluie, si on suit le nuage"

Avatar du membre
CuninaSpesStimula
Modérateur
Messages : 2203
Enregistré le : mer. 21 oct. 2015 10:39

Re: ORGASME tigadi dam dam

Message par CuninaSpesStimula »

InspecteurGadget a écrit :Tu abordes un sujet intime et pas évident (et tu fais bien de le faire), et il est probable que beaucoup de femmes à qui cela arrive n'osent tout simplement pas en parler.(...) Difficile de communiquer alors sur ce qui peut sembler un problème.
Ben honnêtement c'est la première fois de ma vie que j'aborde ce sujet...(Enfin une fois j'ai dit à une amie que j'avais du mal à accepter de perdre le contrôle avec les femmes et donc des difficultés à atteindre l'orgasme et elle m'a répondu "Mais dis moi je suis ravie de l'apprendre..!" Et elle a immédiatement changé de sujet...) Et si je n'étais pas protégée par l'anonymat je ne le ferais probablement pas. Le problème c'est que j'ai l'impression que c'est honteux d'avoir un problème avec ça. D'avoir eu plusieurs partenaires sans jamais réussir à avoir un orgasme à deux. Et comment expliquer que je m'en empêche ?! C'est tellement ridicule ! Certaines femmes n'y arrivent pas car elles ne connaissent pas assez bien leur corps, moi je sais très bien qu'est-ce que mon corps aime et donc comment faire pour y arriver, c'est juste pour la finalisation que ça pose problème...Mais comment expliquer que mon corps et mon cerveau refusent LE truc qui est limite obligatoire j'ai l'impression pour avoir une sexualité "normale" et épanouissante ? (Alors que franchement j'adore le sexe et peux y prendre énormément de plaisir, seule ou à deux.)

Bref je crois que je me suis dit qu'en parler ne pouvait pas me faire de mal, et qu'avec un peu de chance et des témoignages ça pourrait m'aider à me débloquer...qui sait ? Au pire j'me tape la honte et l'affiche mais bon on en meurt pas. (Et je savais qu'ici personne ne se moquerait ni me jugerait, aussi.)
InspecteurGadget a écrit :
Qu'est ce que tu risques? Je ne parles pas forcément quand tu es à deux, mais déjà seule? Par exemple, la peur qu'on t'entende c'est parce que tu n'es pas seule chez toi?
(...)Au final, vouloir garder le contrôle à tout prix est vraiment épuisant et une fois qu'on commence à lâcher prise, ça s'avère vraiment libérateur et agréable.
Je ne vivais pas seule jusqu'à il y a peu c'est vrai, mais je ne pense pas que ça ait un rapport car je ne supporte pas de m'entendre déjà. Alors que quelqu'un m'entende, même (surtout ?) une fille avec qui je suis en train de coucher, c'est inenvisageable en fait. Et si par le passé j'ai pu émettre des sons à deux, c'était toujours de la simulation car je sentais qu'elles n'attendaient que ça, qu'elles en avaient besoin et que mon silence les frustrait plus qu'autre chose, et vu que je ne les connaissais pas et ne comptais pas les revoir, je pouvais me permettre de simuler, ceci afin de ne pas blesser leurs égos, afin de les satisfaire ou je ne sais pas... (J'espère vraiment tout à coup qu'aucune ne se balade sur ce forum !^^)
Mes problèmes de refus de perte de contrôle pour moi se situent uniquement niveau émotionnel et niveau sexuel, je crois. J'ai déjà été ivre plein de fois (je ne suis pas alcoolique hein, c'est sur une décennie !) et ça ne me pose aucun souci. Car je suis toujours capable de maîtriser mes paroles (je crois, j'espère !), mes actes également. Enfin évidemment que je dis et fais des choses ivre que je ne dirais ou ferais pas sobre, mais ça reste dans la limite du raisonnable, pour 99,99% des cas. Je ne perds jamais le contrôle totalement. Tu vois je n'ai jamais dit tout ce que j'ai dit ici (et ça j'en suis archi sûre !) alors que parfois j'étais vraiment saoule. L'alcool désinhibe mais bon, il n'est pas non plus un sérum de vérité !
Et je sais que c'est épuisant, si j'étais capable de lâcher prise crois moi que je le ferais...



Georges, tu n'imagines pas comme ton post m'a touchée et émue, car il a fait écho en moi à un point que je n'imaginais pas. Tu as su mettre des mots sur ce que je ressens, et c'est exactement ça. Mais chacune de tes lignes me correspond, c'est assez incroyable et déroutant, et ça fait du bien. Donc merci pour ça.
Georges a écrit :Ce phénomène d'être dans le plaisir de manière intellectuelle mais le corps qui d'un coup s'arrête de ressentir et donc de se laisser aller. Difficile de l'expliquer alors à sa/son partenaire et j'en suis toujours ressortie avec une grande frustration et sentiment d'anormalité. A la fois être dans le moment et complètement à côté.
+1 pour la première phrase déjà.
Le sentiment d'anormalité maintenant. Je l'ai plus ou moins dit plus haut, puisque j'ai parlé de honte, et je l'ai peut-être fait ressentir au fil de la discussion, mais c'est ça : se sentir anormale car personne ne fait ça et parce que ça paraît tellement aberrant...Et je ne me vois pas du tout expliquer à une fille "Non mais t'inquiète c'est pas ta faute, c'est moi qui m'empêche, c'est génial puis piouf, plus rien ; mais surtout ne le prends pas personnellement". Puis même si elle est consciente que ce n'est pas elle mais moi la responsable, que c'est ma faute et non pas la sienne, le "Mais pourquoi ?!" qui suivrait forcément serait encore plus compliqué à gérer...
Et c'est hyper frustrant en effet...Puis je crois aussi qu'à force, on se crispe par avance car on sait que ça va se passer comme ça, c'est ce que tu disais en parlant d'anticipation. A la fois j'ai besoin et envie de sexe, à la fois je sais que si jamais elle est à l'écoute de mon corps et de mes envies, et qu'elle sait vraiment s'y prendre avec moi, j'ai un risque de tout faire foirer.
Seule le plus souvent maintenant je m'arrange pour que ça soit "faible" en fait. Avoir un orgasme oui mais pas trop intense, que je n'ai pas besoin de stopper l'acte en lui-même car ça reste le plus douloureux, autant physiquement que psychologiquement. Et quand parfois je me dis "allez cette fois tu vas y arriver, tu vas complètement lâcher prise" ben j'ai tellement peur de ne pas arriver à ne pas m'empêcher, de sortir encore frustrée et énervée au final, que je ne risque pas de pouvoir me libérer, alors que si c'est moins intense je ressors détendue, calme et juste trop bien, avec l'envie de recommencer encore et encore, alors que si je stoppe consciemment (enfin c'est pas consciemment, mais quand ce n'est pas mon corps qui cesse de ressentir mais moi qui stoppe l'acte quoi...) ben je mets du temps à retrouver une libido "normale" (habituelle quoi).
Mais à la fois j'ai envie de ressentir plus, surtout quand je sais que je peux avoir plus, que ça peut être dix mille fois plus, que j'ai commencé à le ressentir, et à la fois je n'arrive pas à laisser les sensations me posséder vraiment. C'est hyper paradoxal.

Georges a écrit : Au fil des rencontres amoureuses, d'échanges, j'ai appris à être mieux avec moi-même et ainsi accepter l'idée que blocage ne voulait pas dire que j'étais anormale.
Je crois que malheureusement je n'en suis pas encore là, et c'est certainement ce qui m'a poussée à écrire ce premier post (en fait je ne m'en remets toujours pas d'avoir écrit ça...sobre en plus ! :lol:). Et je veux bien ne pas être anormale, mais déjà je suis lesbienne, alors si en plus je m'empêche moi-même d'orgasmer... :roll:
Georges a écrit :La première fois où j'ai pu dire à ma partenaire que là je ne ressentais plus rien et que je voulais arrêter m'a fait le plus grand bien et m'a vraiment aidée.
Wahou. C'est tellement improbable pour moi de faire ça. Après le fait que je n'ai eu sexuellement que des plans culs généralement pas réguliers du tout ne doit pas aider je pense. Si je couchais avec une femme que je connais vraiment (et donc que j'apprécie), je ne pourrais pas simuler ni lui mentir et alors la question se poserait peut-être.
Juste, elle a réagi comment ?
Georges a écrit :J'appréhendais de gêner l'autre, d'être risible...
Perdre le contrôle = se livrer donc être soi face à l'autre. C'est ce que j'aime maintenant en réalisant que c'est ce que j'adore que l'autre accepte de partager avec moi.
Je me demandais comment tu vivais le fait d'être avec quelqu'un(e) qui soit vocal(e)..??.. Cela te gêne? T'excite? Les deux? Aucun des deux?
Mais +++ encore pour ta première phrase ! Quand j'ai simulé de manière sonore, j'avais tellement envie de rire car je me trouvais juste trop ridicule...Et les rares fois où je me suis surprise à émettre un son seule (et donc involontairement), c'est débile mais j'ai tout arrêté et vérifié qu'il n'y avait personne alentours, que personne ne m'avait vue/entendue (alors que j'étais seule chez moi hein...), mais ce coup d’œil panoramique dans la pièce rendait la situation encore plus risible et pathétique, si tant est que cela soit possible.
Encore +++ pour la deuxième phrase en fait...Etre soi face à soi-même ce n'est déjà pas rien, c'est s'assumer (s'aimer ?), mais face à quelqu'un...S'offrir à la personne, lui appartenir l'espace de ce court instant, se mettre à nu en fait (c'est le cas de le dire !). C'est terrifiant.
(Mais j'aime trop qu'une femme perde le contrôle en ma présence, bien sûr... :roll: )
C'est hyper égoïste en fait.

Pour répondre à ta question, entendre une femme gémir/jouir sous mes mains/ma langue m'excite énormément, j'adore ça. En même temps ça me gêne oui. Parce qu'elle elle s'offre à moi, elle se donne entièrement, elle m'offre ce plaisir intense que de la sentir et l'entendre prendre du plaisir/avoir un orgasme, et moi je lui offre mon silence ? C'est irrespectueux en fait. Puis je suis jalouse aussi. Car elle elle y arrive, et elle elle n'est pas ridicule non, au contraire...ça la rend tellement excitante/sexy/attirante/etc etc...

Boudiou même si niveau pratique je ne suis pas sûre que ça m'aide à me libérer, ni que je me mette à réveiller mes voisins par mes cris, ça fait quand même vachement de bien d'en parler et de voir qu'on n'est pas seules (pas folles ?), merci.
Modifié en dernier par CuninaSpesStimula le dim. 1 nov. 2015 23:17, modifié 1 fois.
On risque de pleurer un peu si l’on s’est laissé apprivoiser. Antoine de Saint Exupéry.

Avatar du membre
Georges
Messages : 1865
Enregistré le : ven. 15 juin 2012 18:33

Re: ORGASME tigadi dam dam

Message par Georges »

Nous ne sommes pas seules et absolument ni folles ni anormales.
Je t'ai lue attentivement, me suis reconnue et te répondrai plus longuement très vite, mais là je suis trop crevée pour cela.
En tout cas, bravo de livrer tout cela, d'en parler comme tu le fais.
Juste une chose avant de retrouver mon oreiller, il n'y a aucune faute, seulement des façons de réagir avec ce que nous sommes, comme nous nous sommes construit(e)s, notre histoire propre.
"L'intelligence, on croît toujours qu'on en a assez vu que c'est avec cela qu'on juge" Coluche
"I'd rather cross the line than draw it."
"On peut passer toute sa vie sous la pluie, si on suit le nuage"

Avatar du membre
CuninaSpesStimula
Modérateur
Messages : 2203
Enregistré le : mer. 21 oct. 2015 10:39

Re: ORGASME tigadi dam dam

Message par CuninaSpesStimula »

Georges a écrit :Nous ne sommes pas seules et absolument ni folles ni anormales.
Parfois ce n'est pas si facile de s'en convaincre. Heureusement que ce genre de forums existe, afin de rencontrer des gens qui nous font nous sentir normales, qui nous aident à "banaliser" la situation, du moins qui essayent !
Georges a écrit :
En tout cas, bravo de livrer tout cela, d'en parler comme tu le fais.
Merci, je t'avouerai que j'ai mis plusieurs heures à écrire mon post précédent, mais au final comme je le disais, cette discussion fait du bien. Et sans ton post précédent, je ne suis pas sûre que j'y serais arrivée, donc vraiment merci à toi.

Bonne nuit :)
On risque de pleurer un peu si l’on s’est laissé apprivoiser. Antoine de Saint Exupéry.

Répondre